JEAN LUC TULOT

 

avec la collaboration de

 

BERNARD MAYAUD

 

 

 

 

 

 

 

 

LES RÉFORMÉS DE SAUMUR

AU TEMPS

DE L’ÉDIT DE NANTES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 0 0 1


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AVANT-PROPOS

-=-

 

 

 

La recherche de l'acte de sépulture d'Anne de La Noue, marquise douairière de la Muce-Ponthus, a été la raison de mon premier contact avec l'Eglise de Saumur à travers le relevé partiel fait en 1631 par Marc Saché pour l'inventaire de la série I des Archives départementales du Maine et Loire.

Une seule Eglise réformée de Bretagne, celle de Nantes paraît avoir eu de nombreux liens avec l'Eglise de Saumur. Le marchand allemand Mathieu Hoost établi à Nantes s'y maria trois fois. Anne de Goulaine de la Paquelais, épouse du pasteur Etienne de Brais y mourut.

Les liens matrimoniaux existaient également dans l'autre sens. En 1676, Dirck Van Rossunn, un marchand hollandais se maria au temple de Sucé avec une hollandaise de Nantes Suzanne Van Keulen et Samuel de Maliverné, d'une vieille famille saumuroise, y épousa Suzanne de Bras.

Les relations entre Saumur et les autres églises bretonnes étaient moins nombreuses. Certes c'est à Saumur que mourut le capitaine Jacques I de Brissac qui se distingua lors du siège de Vitré par les ligueurs.

Dans les années 1660, un Ravenel de Rennes épousa Suzanne De La Place, fille de Josué De La Place qui fut pasteur à Nantes de 1625 à 1636 avant d'être professeur à l'Académie de Saumur. Un Farcy fut également étudiant à Saumur.

C'est également à Saumur qu'Henri Henriet, sieur de Cran, un hobereau de l'Eglise de Blain, épousa à la fin des années 1640 Jeanne Niotte, fille d'un maître du grenier à sel de Saumur.

C'est pourquoi j'ai réalisé cette reconstitution dans un premier temps à partir du relevé partiel de Marc Saché puis dans un second temps à partir du relevé exhaustif des baptêmes et mariages réalisé par Monsieur et Madame Jacques Moron.

Monsieur Bernard Mayaud a bien voulu m’apporter son aide pour compléter les notices consacrées aux familles réformées Saumuroises reconstituées, ce dont je lui suis particulièrement reconnaissant. Monsieur Roy Day, descendant de la famille Lerpinière, pour sa part a bien voulu me communiquer les données qu’il avait recueillies sur sa famille en Angleterre.

En dehors de mes propres travaux sur les Eglises réformées de Bretagne et de Loudun, j'ai utilisé les travaux de Madame Brun sur l'Eglise d'Angers, de Madame Idelette Ardouin sur les protestants en Touraine et de Monsieur Thibaud Fourrier sur ceux de Blois.

Je remercie pour leur aide Monsieur et Madame Jacques Moron, Madame Anne Faucou, Madame Idelette Ardouin, Madame Sylviane Rohaut, le pasteur Daniel Vatinel, Monsieur Thibaud Fourrier, Monsieur Roy Day, la Bibliothèque municipale de Saumur, les Archives départementales du Maine et Loire, la Huguenot Society of Great Britain.

Le présent relevé des familles réformées saumuroises n'est pas exhaustif. Il ne concerne que des familles saumuroises notables ou ayant des liens avec la Bretagne ou ayant choisi pour Refuge l'Angleterre après la Révocation de l'Edit de Nantes. Ce travail, saisi sur un traitement de texte, n'est pas figé et peut évoluer d'édition en édition, en fonction de nouveaux éléments portés à ma connaissance.

Aussi, je remercie par avance tout lecteur qui pourrait m'apporter des compléments sur les familles déjà reconstituées ou m'informer sur des familles réformées pour lesquelles existent des documents (testaments, livres de raison,... ) qui permettent d'aller au-delà d'une simple reconstitution des familles.

Laissant de coté une étude démographique qui a été réalisée d’ailleurs par Didier Poton[1], mon but est principalement de me concentrer sur l'attitude religieuse des familles réformées de Saumur. Quelles furent les familles qui se rallièrent au catholicisme dans les années 1600-1685. Comment se passa la Révocation de l'Edit de Nantes à Saumur ? Quelles furent les familles qui prirent les chemins du Refuge ? Quelle fut l'attitude des familles nouvelles catholiques ? Jusqu'à quand se produisirent les dernières manifestations du protestantisme à Saumur ?

Cette édition anglaise des “ Réformés de Saumur au temps de l’Edit de Nantes ” reprend le texte de la première édition publiée en novembre 1999 par la Société des Lettres Sciences et Arts du Saumurois[2] avec quelques augmentations et corrections résultant du progrès de mes recherches au cours des années 2000 et 2001.

      Saint-Brieuc le 12 juillet 2001

    J. L. T.


INTRODUCTION

-=-

 

 

 

 

Saumur est une des Eglises réformées les plus mythiques de l'Ouest. En 1589, Henri de Navarre s'était fait concéder Saumur par Henri III en raison de la position stratégique de la ville sur la Loire du fait de ses ponts. Il nomma Philippe Duplessis-Mornay gouverneur de la place. Celui-ci s'employa à faire de Saumur un des foyers du protestantisme dans l'Ouest de la France et à cet effet y fondit un Collège et une Académie pour l'éducation de la jeunesse. Autorisée dès 1593 par lettres patentes du roi Henri, l'Académie de Saumur ne vit le jour qu'en 1599 ou 1600.

Si, au siècle dernier, J. F. Bodin dans ses Recherches historiques sur Saumur[3] a évoqué l’Eglise réformée de Saumur, ce n’est qu’en 1914 que Desmé de Chavigny a publié une première étude d’ensemble sur cette Eglise[4]. Marc Saché complétera cette étude en donnant des pages très prénétrantes sur l’Eglise de Saumur dans l'introduction de l'Inventaire sommaire de la série I des Archives départementales du Maine-et-Loire, publié en 1931.

L'Académie de Saumur pour sa part a été l’objet de plusieurs études spécifiques :

- P. MARCHEGAY, L'Académie des protestants à Saumur, Angers, 1852.

- J. DUMONT, Histoire de l'académie de Saumur, Angers, 1862.

- L. J. METEYER, L'Académie protestante de Saumur, Editions "La Cause", 1933.

Saumur compta un grand nombre de familles d'imprimeurs : Desbordes, Lesnier, Péan, Ribotteau, Vaillant,... . Dans l'ouvrage d'E. PASQUIER et V. DAUPHIN, Imprimeurs et libraires de l'Anjou, Angers, 1932, le lecteur trouvera une notice consacrées à chacune d'entre-elles.

Passé les années 1930, la publication d'ouvrages sur l'Eglise de Saumur s'est tarie. En 1985, à l'occasion du tricentenaire de la Révocation de l'Edit de Nantes J. M. Trottignon concluait une série de quatorze articles sur "l'Europe à Saumur au temps des huguenots", publiée dans le Courrier de l'Ouest, en soulignant que les archives municipales de Saumur attendaient toujours l'historien de l'Académie protestante. La publication des actes du colloque : "Saumur, capitale européenne du protestantisme au XVIIe siècle" organisé, sous la direction de François Lebrun, du 26 au 28 avril 1991 dans le cadre du Centre Culturel de l'Ouest à Fontevraud, a comblé en partie cette attente. Notons que la même année 1991 les registres de l'Eglise de Saumur ont été également l'objet d'une analyse par l'historien américain Philip Benedict dans son essai de dénombrement de la population réformée en France au XVIIe siècle[5].

La publication en 1997, d'une Histoire de Saumur, sous la direction de Hubert Landais, a permis enfin aux chercheurs de disposer d'un ouvrage d'ensemble[6]. Les pages consacrées à l’Eglise réformée de Saumur, œuvres de Didier Poton, du Père François Laplanche et de François Lebrun font la synthèse des données existantes.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ière PARTIE

 

PRÉSENTATION

DE L’ÉGLISE RÉFORMÉE

DE SAUMUR

 

 

 

 

 



CHAPITRE I

 

ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

-=-

 

 

 

 

François Lebrun sur la base des registres de l'E. R. de Saumur estime que les familles installées à demeure regroupaient environ un millier de personnes au début du XVIIe siècle, peut être 1300 personnes en 1620, à la veille de la disgrâce de Duplessis-Mornay, de 800 à 900 personnes au milieu du siècle et environ 500 personnes entre 1670 et 1685[7].

En estimant à quatre cents au maximum le nombre des élèves du Collège et de l'Académie, aux meilleurs jours de leur existence et à un nombre du même ordre tous les précepteurs et valets qui accompagnaient tous ces jeunes gens de la bonne société, surtout s'ils venaient de l'étranger, la population totale réformée de Saumur était de l'ordre de 2 000 vers 1620 (20% d'une population totale de l'ordre de 10 000 habitants) et de 1200 à 1500 tout au plus à la veille de la Révocation.

 

La première pointe de mortalité dans le relevé des sépultures s’observe en 1616 (71 décès) et correspond aux troubles de la minorité de Louis XIII pendant lesquels les troupes royales et des princes parcourent la province en tous sens. Une seconde pointe de mortalité plus forte est observée en 1626 (90 sépultures), année ou la peste ravage la ville et l’ensemble de la province. Dans les trois derniers mois de cette année là la communauté protestante va perdre 66 de ses membres. Les années 1630 conjuguent une forte natalité (56 baptêmes en 1635, 52 en 1639) avec une faible mortalité. Pendant les années 1640 le chiffre moyen des baptêmes est de 32 et de 36 dans les années 1650, avec trois pointes pendant les années 1657, 1658 et 1659. La crise de mortalité de l'avènement du règne personnel de Louis XIV est très marquée avec 89 sépultures en 1661[8], 56 en 1662. Le chiffre des baptêmes décroît pendant les années 1660 et 1670, reflet de la réduction de l’importance de la communauté réformée.

Comme le souligne Didier Poton, cette chute plus que les conversions au catholicisme est la résultante de la forte mortalité infantile qui fauchait pratiquement un enfant sur deux. L'on sait qu'au XVIIe siècle les villes étaient des foyers d’insalubrité et comblaient leur déséquilibre démographique par l'immigration rurale. Les campagnes du Saumurois étant restées catholiques, la communauté réformée saumuroise ne pouvait compter sur elles pour pallier ses déficits démographiques[9].

 


SAUMUR : BAPTEMES, MARIAGES ET SEPULTURES

 

                       B M                      S                             B  M                       S

1608             45                              

1609             23    

 

1610             37                                                1650  36                           4

1611             49                                                1651  21                          13

1612             40                                                1652  26                           9

1613             56                                                1653  34                           2

1614             41                                                1654  37                           9

1615             51                                                1655  37                           5

1616             71                                                1656  36                          19

1617             58                                                1657  41                          39

1618             44                                                1658  50                          22

1619             57                                                1659  45                          13

 

1620             39                                                1660  38                          46

1621             41                                                1661  38                          89

1622             35                                                1662  32                          56

1623             28                                                1663  33                          39

1624             40                                                1664  32                          37

1625             20                           31                 1665  32                          19

1626             22                           90                 1666  32                          22

1627             18                           55                 1667                                22

1628             21                           32                 1668  29                       9 20

1629             30                           32                 1669  33                       3 39

 

1630             40                           26                 1670  30                       3 35

1631             39                           49                 1671  39                       7 42

1632             38                           24                 1672  38                       6 31

1633             17                           20                 1673  28                       4 20

1634             41                           25                 1674  26                       1 43

1635             56                           15                 1675                                   

1636             41                           15                 1676  25                       7 35

1637             39                           15                 1677  25                       4 26

1638             37                            5                 1678  22                       4 25

1639             52                           12                 1679                                   

 

1640             43                           20                 1680  15                       6 28

1641             44                            7                 1681  27                       5 30

1642             42                           34                 1682  22                       7 25

1643             34                           31                 1683  28                       4 20

1644             25                           27                 1684  19                       5 31

1645             28                           25    

1646             38                           20    

1647             31                           15    

1648             46                            5

1649             33                            2


CHAPITRE II

 

STRUCTURE SOCIALE DE L'ÉGLISE DE SAUMUR

-=-

 

 

 

 

 

 

Philippe Chareyre a décrit la structure sociologique de l'Eglise de Saumur, nous ne ferons ici qu’en reprendre les grands points[10].

 

UNE FAIBLE REPRESENTATION DE LA NOBLESSE

 

Ce qui frappe notamment par rapport aux églises de Bretagne, c'est le petit nombre de familles nobles dont font état les registres de Saumur après la fin du gouvernement de Duplessis-Mornay.

La petite-fille de La Noue-Bras de Fer, Anne de La Noue, veuve de David II de La Muce qui, à la majorité de son fils César de La Muce s'étant retirée dans sa terre de Chalonne au Puy-Notre-Dame, disposait d'une maison à Saumur dans la paroisse de Nantilly où elle mourut en 1665.

Daniel de La Primaudaye fit célébrer le 5 mai 1654 le baptême d'un enfant de son mariage avec la bretonne Marie de Goulaine et son cousin, Maurice de La Primaudaye, sieur d'Esgoulands de Savigné-sur-Latham, le baptême de son fils Eléazar le 12 mai 1660.

Balda de Lastes, sieur de la Faurelière, épousa le 25 novembre 1671 à Saumur Marie Gendrault, fille d'écuyer Pierre Gendrault, sieur de Chambon et de Marguerite Bernard dont il eut deux enfants baptisés à Saumur en 1672 et 1678. Jérémie de Maubert, sieur de Coisbray, de Saint-Georges-des-Sept-Voies, fit baptiser en 1671 et 1675 deux enfants de son mariage avec Charlotte du Bellay.


LES MINISTRES DU SAINT EVANGILE

 

Saumur disposait d'un pasteur attitré pris en charge par l'Eglise. Il était secondé par les deux professeurs de théologie de l'Académie. Les pasteurs de Saumur furent :

- 1589            Jean de L'Espine († 15 septembre 1596)

- 1593            François Greslier dit de Macefer (+ 1602)[11]

-             Jean Vincent († 1599)

-                         Félix du Tronchay de La Noue (+ 1603)

- 1605            Jacques Merlin (pendant quelques mois)

- 160?            Samuel Bouchereau († 26 décembre 1630)

- 160?            Daniel Couppé (part à Tours)

- 160?            Daniel Renaudot († 1615)

- 1626            David Blanpain († 2 septembre 1663)

- 1643            Isaac Bérard de Beaujardin.

- 1677            Henri Philiponneau de Montargis

- 1685            Jean Barin

 

Saumur fut une véritable "agence matrimoniale" pour pasteurs. Ainsi trouvons nous les mariages en 1611 de Robert Boed, sieur de Trochorège avec Anne de Maliverné, en 1617 de Pierre Bollenat, pasteur d'Avallon, avec Charlotte Durand, en 1618 d'Abel Barbier avec Marie Leroy, de Samuel Lhommeau, pasteur de La Rochelle avec Anne Macé, en 1619 de Samuel Bouchereau avec Marthe Prunier, en 1622 de Josué De La Place avec Marie de Brissac, en 1626 de Pierre Fortin, ministre de Vitré avec Anne Leroux, en 1627 de Moïse Amirault avec Elisabeth Aubineau, en 1633 de Jean Bouchereau, pasteur de Laval avec Guillonne Duncan, en 1672 de Daniel Pain, ministre à Fontenay-le-Comte, fils de Daniel Pain, ministre de Châtellerault avec Anne Faquelis, en 1673 de Henri Phelipponeau avec Hélène Perroteau et en 1674 de Jean Forent, ministre de Sion avec Rachel Liger.

 

LE COLLÈGE ET L'ACADÉMIE DE SAUMUR

 

En mars 1593, Henri de Navarre, signa à Tours des lettres-patentes autorisant Du Plessis-Mornay "à faire construire, ériger et bastir un collège dans ladite ville, voulant qu'il soit composé de 5 classes pourvues de bons régens et de 5 professeurs, à scavoir trois pour les trois langues et deux pour la philosophie et mathématique"[12].

Toutefois à la suite de difficultés financières ce n'est qu'en 1607-1608 que l'établissement se constitua en deux cycles, le collège et l'académie.

Le collège était composé de cinq classes ayant à leur tête un régent. Les registres permettent de connaître les noms de ses principaux et régents.

 

Principaux du collège :

 

Michel Ragenau des Roches († 29 décembre 1611) ; Marc Duncan († 22 mars 1640) ; Moïse Amirault († 13 janvier 1664) ; Isaac Dussoul († 5 janvier 1676) ; Etienne de Brais († 24 juin 1679) ; Jacques de Prez.

 

Régents :

Première :

Guillaume Gédé (1616-1618) ; Jacob Schever (1617),; Patrice Pibble († 31 octobre 1642) ; De Courdilles (1677) ; Abraham Meure (1677-1685).

Seconde :

Zachary Boyd (1611-1615) ; Pierre Le Petit (1615-1626) ; Jacob Merle (1626-1633) ; Jean Parisod (1633-1637) ; Forbes (1637-1643) ; Théodore Crespin (1643-1654) ; Tanneguy Lefebvre (1655-1670) ; Hollard (1670) ; Tanneguy Le Febvre, le jeune (1682) ; Jacques Foucques, sieur de Boisabert (1683-1685).

Troisième :

Philippe Granjon (1615-1626) ; Louis Boudet (1626-1627), Jean Parisod (1626-1633) ; Poupart (1633-1637) ; Jean Parisod (1637-1651) ; Tanneguy Lefebvre (1651-1655), Jean Parisot (1655-1657) ; Jean Billé en troisième (1660-1677) ; Gouin (1685).

Quatrième :

Jean Parisod (1606-1626) ; Poupard (1626-1633) ; Martinet ; Viet (1633) ; De La Rue ; Marc Fay, sieur de la Tonnelle (1666-1681) ; Broussart (1684) ; Jacques de Prez (1684-1685).

 

Cinquième :

Le Petit (1616) ; Gédéon Rocheteau (1642-1648) ; De La Jugerie (1648) ; Jourdain (1648) ; Etienne de Brais ; Pierre De La Croix ; Isaac de La Roche-Crozé ; Daniel Crespin ; Jacques Marion ; de Salnay.

 

Dans l'Histoire généalogique de sa famille Philippe Le Noir[13] conte qu'à la Pâques 1638, après trois ans d'études auprès du pasteur de Nantes Jean Bouchereau, sieur de la Manche, il alla au Collège à Saumur :

"Je fus six mois en troisième sous Monsr. Parisot[14] et deux ans dans les hautes classes sous Mr. Merle, Régent de Seconde[15] et sous Mr. Pible, Ecossois, Régent de première[16], étant toujours des bons escholiers et nommé aux promotions.

Je demeurais en pension chez Mr. Duncan[17], principal du Collège un des grands hommes de ce siècle mais il n'avait aucun soin de moi quoi que mes parents eussent une toute autre espérance.

Sortant de première âgé de saise ans et presque aussi fort qu'aucun de mes camarades, mon oncle de La Haye me trouva si faible en humanitez qu'il me voulut tenir auprès de lui pour me fortifier en attendant que je fusse parvenu à un âge plus meur pour entrer en philosophie".

 

L'Académie de Saumur comptait cinq professeurs à raison d'un pour le grec, l'hébreu et la philosophie et de deux pour la théologie. Ces deux derniers avaient la qualité de pasteurs et desservaient la ville au coté du seul pasteur entretenu entièrement par léglise.

 

Recteurs :

Michel Beraud (1607) ; Moïse Amirault (1627, 1629, 1630 et 1639) ; Pierre de Villemandy (1676) ; Théodore Barin (1684).

Professeurs de Théologie :

Michel Beraud (1606-1608) ; Robert Boed, sieur de Trochorège (1606-1614) ; François Gomar (1615-1618) ; Jean Cameron (1618-1622) ; Moïse Amyrault (1626-1664) ; Josué De La Place (1631-1655) ; Isaac D'Huisseau (1630-1670) ; Etienne Gaussen (1664-1675) ; Isaac Dussoul (1656) ; Claude Pajon (1666-1667) ; Philippe Philiponneau, sieur de Hautecour (1677-1685) ; Etienne de Brais (1674-1679) ; Jacques de Prez (1683-1685).

Professeurs de Philosophie :

Guillaume Craig (1603-1614) ; Marc Duncan (1606-1626) ; Francis Burgersdyk (1613-1618) ; Wolman (1614-1615) ; Franco (1615-1620) ; Jacob Schevez (1617-1618) ; Guillaume Gedde (1617) ; Josué De La Place (1621-1625) ; Jacques de Brissac (1625-1628) ; Fautrart (1626-1629) ; Monther (1626) ; de Longchamp (1628-1631) ; Jean Druet (1629-1683) ; Jean Forent (1629-1634) ; Isaac Hugues (1634- 1660) ; Etienne Gaussen (1661-1664) ; Robert Chouet (1664-1669) ; Pierre de Villemandy (1669-1683) ; Henri Philipponneau (1669) ; De La Treille (1683-1684) ; Mathieu Fanjoux (1683-1685) ; Jean Renaudot (1684-1685).

Professeurs d'Hébreu :

Philippe Birgon, sieur du Bignon (1605-1611) ; Louis Cappel, sieur du Tilloy (1613-1657) ; Jacques Cappel, sieur de Montgembert (1657-1685).

Professeurs en éloquence :

Jehan Benoit (1611) ; Guillaume Geddé (1618-1625) ; Campbell (1626-1629) ; Jean Forent (1629-1632) ; Patrice Pible (1634-1642) ; Forbes (1642-1646) ; Guillaume Doull (1646-1677) ; Abraham Meure (1677-1685)..

Professeurs de Grec :

Jehan Benoist (1611-1623 et 1637) ; Marc Duncan (1627-1640) ; Tanneguy Le Fevre (1665-1672) ; Guillaume Doull (1672-1679).

 

L'Académie de Saumur avait une très grande réputation, bien que Philippe Le Noir inclinait pour l'Académie de Leyde où son oncle et son père avait fait leurs études, sa mère "tendant à l'épargne et à la seureté des estudes conclud pour Saumur" :

...après une interuption d'estudes académiques de quatre ans entiers, âgé de 20 ans, j'allay et fis mon cours de philosophie sous l'illustre Monsr. Druet en deux années 1645 et 1646, étant un des 3 les plus forts de ses escholiers, les deux autres étant Perachon de Lion depuis advocat à Paris et Melin de Poitou, receu ministre à St Maixant. Dans les 4 années suivantes, je m'appliquai à la théologie sous Messieurs Cappel, Amyraud, La Place qui asseurement en leur profession ont esté des plus grands hommes de leur siècle et incomparables chacun en son genre et son talent.

Le premier que j'ay le plus fréquenté excelloit en hébreu, arabe, rabbin, belles lettres, histoire et critique.

Le second très peu accessible avoit de hautes lumières de théologie, fluidité, netteté et présence d'esprit admirables.

Le troisième, simple et lent étoit d'un fond inépuisable de théologie pour la controverse, très subtil et de profonde méditationt[18].

 

Vingt-huit ans plus tard Philippe Le Noir envoya également son fils Jacques à Saumur :

...un ou deux ans durant (1673‑1674), il fit son cours de philosophie sous le mesme Profeseur que moy qui est le célèbre Monsieur Druet, homme sans égal pour la philosophie péripatétique et, au bout de son cours il eut la harangue des lauriers comme je l'avois eue de mon temps avec la louange de bon escholier et sage comme je l'avois aussi remportée.

Depuis cela, il a fait sept ans de théologie (1675‑1681) en la mesme Académie de Saumur où il a veu finir la carrière de profession de Mr Gossen[19], digne successeur de Mr. Amyraud et à Mr. du Soul[20] principal et professeur de théologie, l'un de la fleur de son âge, l'autre en sa caducité octogénaire.

ll a veu aussi le scavant et excellent Monsieur de Brais commencer et achever sa course, estant son disciple familier a latere et son commencement jusqu'à ses dernières heures en aoust 1680. Enfin, il a veu l'introduction de Mr. de Hautecour[21] et de Mr. de Praiz[22] dont le dernier l'eut pour pensionnaire en succédant à Mr. de Brais au principalat[23].

 

Saumur compta une population mouvante d'élèves dont quelques-uns sont connus parce qu'ils ont laissé des Mémoires, tels Philippe Le Noir de Crevain, Isaac Dumont de Bostaquet[24],... ou sont mentionnés à l'occasion d'un baptême ou d'une sépulture. Philippe Chareyre en a dressé la liste exhaustive et nous y renvoyons le lecteur. L'on notera la présence de quelques bretons, outre Philippe Le Noir déjà cité et son fils Jacques, deux jeunes membres de la famille des Goulaine de Laudonnière de Vieillevigne y furent inhumés ; René le 2 septembre 1618 et Elie le 28 juin 1669. François de Farcy y fit également ses études dans les années 1660, le 3 janvier 1666 il était le parrain d'un enfant de Jean Billé.

 

LES LIBRAIRES DE SAUMUR

 

Saumur, du fait de la présence du collège et de l'Académie, fut un grand centre d'impression. Ce monde des imprimeurs a été l'objet de l'étude de E. PASQUIER et V. DAUPHIN, Imprimeurs et libraires de l'Anjou, publiée 1932.

Les premiers imprimeurs à Saumur furent notamment Thomas Duportau, Claude Girard, Jehan Moussat. A ce premier noyau s'ajouta dans les années 1620 : Daniel de Lerpinière (1620), Isaac Desbordes et son associé Jean Lesnier. La seconde moitié du siècle est marquée par l'arrivée de nouveaux imprimeurs : Jean Ribotteau (1650), René Péan (1654), Antoine Rousselet (1654), le parisien François Vaillant (1666).

Notons que seuls Jean et Henri Desbordes les fils d'Isaac reprirent le flambeau. Les relations se faisant plutôt par les femmes : Jean Lesnier épousa en 1628 Madeleine Girard la fille de Claude Girard. Sa fille aînée Madeleine épousa en 1650 Jean Ribotteau et sa fille cadette Anne en 1653 Antoine Rousselet.

 

HOMMES DE LOIS ET OFFICIERS

 

Le monde des hommes de lois était représenté par : les avocats du roi François Drugeon, sieur de Hautmont, mort en 1626, Paul Bernard, sieur de Bouilly (1618) mort en 1662, François Bernard, sieur de Hautmont ; les avocats au siège de Saumur : Pierre Cognet, sieur de la Plante, mort en 1633,.... les avocats au parlement : Philippe Perroteau, Moïse Bernard,... et des offices de finances : Brian Niotte, fut élu entre 1596 et 1626, Paul Grouard, père et fils, Philippe Pinet décédé en 1636 et Daniel Martin.

Au début du siècle furent receveurs des aides : Pierre Grimaudet, Toussaint Belot, Nicolas Cougnet, Noël Houël. Le parisien Louis Acéré, sieur des Noyers, exerçait cette fonction dans les années 1670. Philippe Niotte, fils de l'élu Brian Niotte, fut contrôleur au grenier à sel ainsi que Paul Grouard fils. Parmi les receveurs du contre mesurage du sel se relèvent Michel Portau, sieur de Beauvais, entre 1601 et 1616, Paul Poitevin, mort en 1679 puis son fils Moïse.

 

MARCHANDS ET ARTISANS

 

L’Eglise réformée de Saumur était également composée de marchands et d’artisans. La reconstitution des familles fait apparaître qu’à un noyau original de quelques familles se joignirent des familles venant des villes voisines ou d’horizons plus larges.

Le monde de la marchandise comptait notamment : les Prunier (1606), Aubineau (1607), Leroyer (1610), Dieuxivois (1611), Gouin (1611), Chardon (1612), Guitton (1612), Figuet de Rouen (1613), Girard (1614), Audemont (1615), Pierre (1618), Audouys (1621), Aveline (1623), Galet (1634), Poitevin (1637), Le Cercler (1639), Mouchard (1640), Barbesore (1645), Peltier (1647), Faquelis de Flandres (1649), Michon (1652), Camin (1655), Champion (1655), Morin (1656), Van Rossun (1656), Demahis (1659), Delameer d’Amsterdam (v. 1664), Daillé (v. 1675), Boesnier (1677), Ridoullet (1679), Delagalère (1683).

Parmi les artisans les orfèvres étaient bien représentés : Baus (1613), Lambert (1615), Faligan (1617), Georges (1618), Aubert (1620), Peltier (1621), Guillaume (1623), Séheult de Rouen (1629), Coutant (1631), Druet (1636), Robin (1654), Jouffart (1664), Poitevin de Ruffec (1664), Nouel (1675), Duval (1676), Bouchet (1680), Michon (1683).

Le collège, l’académie constituaient un marché qu’il fallait vêtir. Les tailleurs réformés furent relativement nombreux à Saumur : Godefroy (1601), Desbordes (1614), Iston (1622), Favre (1640), Gaultier (1633), Girault ou Virault (1629), Marcou (1637), de Wilke d’Ecosse (1643), Archambault (1647), Van Ceulen de Flandres (1655), Lepère (1648), Beyman (1660), Perrineau (1664), Hendrick d’Ecosse (1677).


CHAPITRE III

 

LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE

DES RÉFORMÉS SAUMUROIS

-=-

 

 

 

 

Comme le souligne François Lebrun le protestantisme à Saumur ne possède pas un profond enracinement local comme dans certaines Eglises réformées voisines[25], notamment Loudun. La protection de Duplessis-Mornay, puis le marché que constituait pour certains corps de métier le collège et l’Académie, ainsi que la fonction portuaire de la ville sur la Loire ont attiré des familles réformées de la province, de provinces voisines et même de plus vastes horizons. Philippe Chareyre a fait l'analyse de la mobilité géographique des membres de l'Eglise réformée de Saumur à partir de ses registres[26]. Nous n'allons pas reprendre ce travail, mais décrire les liens qui existaient entre l'Eglise de Saumur et les Eglises circonvoisines que nous avons étudiées ou sur lesquelles des travaux sont désormais disponibles.

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE LOUDUN

 

Saumur avait des liens particulièrement étroits avec Loudun dont il était le débouché naturel sur la Loire. Plusieurs Loudunais se marièrent au temple de Saumur. Pierre Ammonet y épousa le 5 novembre 1617 Marie Poitevin[27] et Philippe Martin dans les années 1630 Rachel Duncan, fille du professeur Marc Duncan[28]. Samuel Dumoustier s'y maria en 1667 ou 1668 avec Suzanne Facquelis, ainsi que François Denis avec Catherine Gouin[29]. Le 19 août 1671 le tailleur Jean Carré[30] épousa à Saumur Suzanne Gatinet et l'avocat Pierre Champion, Suzanne Rou, également de Loudun. L'année 1678, vit les mariages au temple de Saumur de trois Loudunais : le 20 février, Catherine Dumoustier[31] épousa le marchand Isaac Pelletier, le 22 mai, le poëlier Jean Boisnet[32] épousa Suzanne Van Culen dont il eut deux enfants à Saumur en 1679 et 1680 et le 13 novembre, l'avocat Pierre Olivier[33], sieur des Fontaines épousa Anne Martin dont il eut un fils, Pierre baptisé en 1681 au temple de Loudun. Le chirurgien Pierre Jouan dit la Brèche épousa le 24 novembre 1680 à Saumur Suzanne Lepère. En 1681 à nouveau trois Loudunais se marièrent au temple de Saumur : Marc-Antoine Meschin le 29 juin avec Elisabeth Nouel, Marie Le Suire, fille d'André Le Suire et d'Elisabeth Denfer, le 6 juillet avec le sergetier David Leconte de Tinchebray en Normandie et le 23 juillet Marc-Antoine Potier, sieur de Maisonneuve avec Jeanne Poullain de Saint-Léger-de-Monbrun. Enfin le pasteur de Loudun, Daniel de Superville, épousa le 31 octobre 1683 au temple de Saumur Elisabeth de Monnevy[34].

Parmi les Loudunais qui s'établirent à Saumur se relèvent notamment : Marthe Fourneau, veuve de Charles Motet, après son remariage en 1623 avec le marchand saumurois Charles Aubineau[35], Jean Chapeau et sa famille en 1634, Théodore Dupin et sa famille dans les années 1635/36, Jean Tuault et sa famille en 1635, Daniel Regnier et sa famille en 1650, Pierre Champion à la suite de son mariage avec Marie de Mahys en 1660, l'huissier Pierre Siré (Ciret) et sa famille en 1660[36], André Le Suire et sa famille en 1660, Jean Voyer à la suite de son mariage avec Elisabeth Gouin en 1662.

Le Saumurois René Le Gangneur s'établit vers 1664 à Loudun neuf ans après son mariage avec Marie Champion.

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE THOUARS

 

Saumur avait des relations avec l’Eglise de Thouars, rassemblée sous la protection des La Trémoille. Deux étudiants de Thouars présentèrent une thèse à l'académie de Saumur : Louis Favereau (1645) et Jacques Champion (1651)[37].

Marie Pelleus, sœur de Pierre Pelleus, greffier du duché de Thouars, était mariée à Philippe Pinault, avocat à Saumur à qui elle donna quatre enfants en 1625, 1630, 1631 et 1633. Marguerite Durand la fille de l’apothicaire Pierre Durand et de Marguerite Nepveu s’établit à Saumur après son mariage en 1648 avec le marchand de draps de soie Jacques Mouchard. Son frère Pierre fut également marchand de draps à Saumur et épousa en 1665 une tourangelle Suzanne Besnard. Leur mère, Marguerite Nepveu, fut inhumée à Saumur le 1er mars 1671 à l’âge de 62 ans.

Henri de Brusse, fils d’Adam de Brusse ; l’un des conseillers du duc de La Trémoille, fit baptiser au temple de Saumur deux enfants, nés de son mariage avec Claude de Pierres : Émilie (9 juin 1658) et Henriette (2 novembre 1659). Deux enfants de Louis Foucher et de Marie Ollier de Thouars se marièrent au temple de Saumur : Paul épousa le 1er août 1677 Anne Archambault et Esther le 27 août 1684 Pierre Archambault[38]. André Girard, docteur en médecine, demeurant à Thouars, décéda le 24 octobre 1661 à Saumur. Catherine Chabrol, fille du ministre de Thouars Jean Chabrol, fut inhumée le 21 août 1682 à Saumur à l’âge de 16 ans.

Parmi les réformés ayant abjuré à Thouars en 1685, se relèvent deux Saumuroises : Marie Denfer, fille de Philippe Denfer et d'Elisabeth Prieur, baptisée le 31 août 1611, veuve du marchand potier d'étain Samuel Langlois[39] et Judith Baus, fille de l’horloger Hugues Baus et de Marie Fromont, veuve d’Henri Demahis, baptisée le 25 septembre 1622,[40].

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE CHATELLERAULT

 

Les liens entre Saumur et Châtellerault paraissent avoir été moins développés. Le marchand de soie Jehan Vergnon s’établit à Saumur dès 1598 avec son épouse Jehanne Daillé. L'avocat Jean Peltier, né en 1630 à Saumur, s'établit à Châtellerault où il épousa en 1652 Catherine Orillard dont il eut sept enfants[41]. L'orfèvre François Robin épousa en 1663 à Châtellerault Elisabeth Fromaget. Le tailleur Michel Marcou, né en 1638 à Saumur, s’établit à Châtellerault où il épousa en 1666 Marie Garnault, sa sœur Suzanne épousa le 10 février 1669 au temple de Saumur Nicol Philippon, marchand à Châtellerault. Pour sa part l'apothicaire saumurois Jean Amyrault par deux fois vint à Châtellerault pour s'y marier : le 28 juin 1671 avec Suzanne Carré puis, un an après le décès de celle-ci, le 13 juin 1678 avec Madeleine Beaupoil. Enfin dans le courant des années 1670 Daniel Daillé et Suzanne Carré, son épouse s'établirent à Saumur ou leur fils Pierre était étudiant en théologie. Suzanne Carré fut inhumée le 21 août 1678 à Saumur et Daniel Daillé le 1er février 1679. Leur fils aîné, Charles s'y établit comme horloger avec son épouse Marie Fradin.

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE TOURS

 

Les travaux d'Idelette Ardouin nous permettent de connaître les liens entre Saumur et Tours[42]. Le régent Philippe Granjon épousa par contrat passé le 16 août 1616 à Tours Elisabeth Besnard. Le médecin Bernardin Amirault après avoir exercé à Luynes s'établit à Tours où il se maria le 7 mars 1633 à Marie Coyrin qui lui donna cinq enfants de 1634 à 1641. L'avocat Jacques Amyrault y épousa le 19 juin 1640 Françoise Soubzmain. Le marchand flamand Franz Faquelis établi à Saumur y épousa le 19 décembre 1649 Suzanne Amyraut, originaire de Bourgueil. Isaac Gouin s'y remaria par contrat passé le 12 février 1653 avec Elisabeth Cherelle. Le marchand de draps de soie Pierre Durand y épousa le 26 mai 1665 Suzanne Besnard. Gabriel Barbesore s'y remaria le 16 septembre 1666 avec Elisabeth Marchand.

Le maître-serrurier Philippe Godin s'établit avec sa famille à Tours en 1661 ou 1662. Sa fille Madeleine, baptisée le 13 octobre 1663, épousa le 13 octobre 1680 au temple de Tours, Jacques Foucques, sieur de Boisdabert, régent au collège de Saumur, fils du notaire royal Pierre Foucques,

Marie Desbordes épousa le 19 juillet 1676 à Saumur Michel Jacob, horloger à Tours. Adrien Baert, marchand à Tours épousa le 8 février 1682 à Saumur Catherine Van Rossinn, fille du marchand hollandais Goossen Van Rossinn et de Catherine Pieters.

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE BLOIS

 

Saumur avait quelques liens avec l'Eglise de Blois[43]. Pierre Grimaudet, sieur de la Fontaine, s'établit à Blois à la suite de son mariage en 1628 avec Anne Bellay. Jérôme Manyer devint en 1636 commis aux aides à Saumur ; il s'y maria en 1639 avec Marie Gendrault, y eut trois enfants en 1640, 1641 et 1642 puis partit à Paris. Le médecin Nicolas Papin vint à Saumur à la fin des années 1640 ; il s'y maria en 1647 et y eut trois enfants en 1648, 1649 et 1653 et partit lui aussi à Paris. François Bernard, sieur de Haultmont, veuf d'Elisabeth Amirault se remaria le 20 novembre 1650 au temple de Blois avec Suzanne Bazin. Le libraire Henri Desbordes se maria deux fois à Blois, le 7 novembre 1677 avec Jeanne Dufour puis après le décès de celle-ci en 1681 le 25 janvier 1682 avec Marie Tremblay. Enfin le marchand François Robin s'y maria le 16 avril 1684 avec Henriette Elisant.

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE D’ANGERS

 

Comme il se doit, Saumur avait des relations étroites avec l'Eglise d'Angers[44]. Une demi-douzaine de Saumurois se marièrent au temple de Sorges. Philippe Georges dit La Roche y épousa le 30 juillet 1617 Catherine Bourdays ; le tailleur Denys Godefroy s'y remaria le 3 juin 1618 avec Marie Gouin et le régent Philippe Granjon le 14 février 1621 avec Perrine Le Bec. Forentin Ollier y épousa le 2 février 1625 Magdeleine Daniau et l'apothicaire Claude Amirault le 28 février 1629 Marguerite Colpin, fille de Toussaint Colpin, orfèvre à Angers, et de Madelaine Poisson. Le pasteur de Saumur, Bérard de Beaujardin, y épousa le 17 novembre 1647 Jeanne Huet, fille de Pierre Huet, conseiller du Roi, et d'Anne Lestoc ; Moïse Amirault, sieur de Champrobin, fils du pasteur Amirault, y épousa le 13 septembre 1653 Marie Théart, fille de Jacques Théart et de Suzanne Houssaye.

Quelques réformés d'Angers s'établirent à Saumur. Ce fut le cas en 1611 du libraire Claude Girard avec sa famille, en 1639 du marchand de draps de soie Daniel Le Cercler avec sa jeune épouse Marguerite Peltier et au début des années 1640 d'Isaac Peltier, sieur de la Thierrière qui épousa à Saumur en 1643 Marie Girard.

Inversement quelques réformés de Saumur s'installèrent à Angers. Daniel Georges, né en 1607, s'établit comme marchand à Angers où il se maria deux fois, en février 1632 avec Madeleine Colpin et en 1643 avec Marie Thibaudeau. André Peltier, né en 1652, fils d'Isaac Peltier et de Marie Girard, revint à Angers et se maria le 26 juillet 1676 au temple de Sorges avec Marie Doucher, fille d'un marchand de draps de soie.

Notons enfin le 7 juin 1671 au temple de Saumur le mariage du marchand Isaac Mingon d'Angers avec Renée Audemond, née en 1653, fille de Paul Audemond et d'Anne Guichard[45].

 

RELATIONS AVEC L’EGLISE DE NANTES

 

Les relations entre Saumur et Nantes étaient anciennes[46]. Le Saumurois Jean Bouchereau, sieur de la Manche, né en 1600, après avoir été pasteur pendant sept ans de l'Eglise de Laval, devint en 1636 pasteur de l'Eglise de Nantes en remplacement de Josué De La Place parti à Saumur. Il mourut le 29 novembre 1670 au bourg de Sucé ou était situé le temple. Sa seconde épouse Guillonne Duncan, fille du professeur Marc Duncan et de Suzanne Gorin, née en 1612 à Saumur, mourut le même jour. Samuel de Brissac, né en 1607, fils de Jacques de Brissac et de Jeanne Chevalerie, entra au service des La Muce-Ponthus à la fin des années 1630. Il mourut le 15 juin 1671 à Petit Mars. Elisabeth Virault, née en 1646, fille de Daniel Virault et de Sarah Joly, dans les années 1660 suivit son époux le maître‑chirurgien béarnais Pierre Casamajour à Nantes où elle lui donna dix enfants.

Le marchand d'Aix-la-Chapelle Mathieu Hoost, établi à Nantes, se maria trois fois au temple de Saumur. Le 4 août 1669 il épousa Christine de La Meer, fille du marchand Jean de La Meer, le 9 juillet 1673 Madeleine Druet, fille du professeur Jean Druet et enfin le 27 novembre 1675 Jeanne Le Royer, fille du médecin René Le Royer[47]. A la veille de la Révocation, un autre marchand de la colonie étrangère de Nantes Adrien Hoogewers épousa le 10 septembre 1684 à Saumur Marie Colas, la fille du pasteur de Preuilly.

Le raffineur nantais René Tinnebac s'établit à Saumur après son mariage en 1669 avec Marie Van Bullestraet. Un saumurois de vieille souche, Samuel de Maliverné épousa le 27 juin 1676 au temple de Sucé Suzanne de Bras, veuve de Jacques Van Darle[48]. Le marchand hollandais Dirck Van Rossun établi à Saumur épousa le 23 octobre 1678 au temple de Sucé Suzanne Van Keulen, fille d'un marchand hollandais de Nantes.

A la veille de la Révocation l'on trouvait à Nantes une dizaine de Saumurois : Adrien Baert et Catherine Van Rossinn, son épouse[49], le marchand Jacob Chapeau et Judith Delagarde, son épouse, le marchand Jacques de Superville et Marguerite Veilstekeurken, son épouse, Marthe Pillet, sa mère, Marthe de Superville, sa soeur, Dirck Van Rossinn et Suzanne Van Keulen, son épouse. S'ils durent abjurer, tous s'esquivèrent dans les années 1686, 1687 ou 1688.

 

RELATIONS AVEC LES EGLISES DE BLAIN, RENNES ET LA MOUSSAYE

 

Les autres Saumurois recensés en Bretagne sont peu nombreux. Jeanne Niotte, née en 1627, fille de Philippe Niotte ; maître du grenier à sel, épousa en 1648 ou en 1649, Henri Henriet, sieur de Cran, maître des eaux et forêts du Gâvre, et le suivit à Vay près de Blain. Après la mort de son mari en 1657, elle revint à Saumur auprès de ses parents.

A Rennes[50], l'on trouve Elisabeth De La Place, née en 1635 à Saumur, fille du pasteur Josué De La Place, qui avait épousé dans les années 1660 le banquier Jean Ravenel, sieur du Boistilleul, sa mère Elisabeth de La Ferre qui l'avait suivi à Rennes y mourut le 6 mai 1673 à l'âge de 70 ans. Magdeleine Galet, fille du marchand Isaac Galet et d'Anne Le Roy, épousa le 8 décembre 1680 au temple de Cleusné le marchand loudunais Jacques Geroult, sieur de la Sablière[51].

Madeleine Gautier, née en 1648 à Saumur, fille du tailleur Guillaume Gautier et de d'Elisabeth Georges, épousa le 25 novembre 1668 au château de la Moussaye à Plénée-Jugon[52] le graveur Jacques Bongrain originaire de Vitré[53].

Notons la présence à Saumur du médecin Jean Jortin et de sa soeur Anne, nés à Vitré en 1635 et en 1627. Ils étaient les enfants du pasteur de Vitré Pierre Jortin et d'Anne Le Roux et avaient suivi leur mère à Saumur où celle-ci s'était retirée après la mort de son mari[54].


CHAPITRE IV

 

LA RÉVOCATION DE L'ÉDIT DE NANTES

A SAUMUR

-=-

 

 

 

 

La Révocation de l'Edit de Nantes frappa à Saumur une communauté dont l'exode vers les pays du Refuge avait commencé dès le début des années 1680. S’appuyant sur notre travail commun, Bernard Mayaud, à partir du rôle de taille de 1686 pour les trois paroisses de la ville de Saumur, a dénombré 104 feux protestants sur un total de 1 108 soit environ 468 personnes pour un total de 4 986. Sur ces 468 protestants près de la moitié étaient déjà en 1686 sortis du royaume[55].

 

LES PREMIERS DEPARTS POUR LE REFUGE

 

Les sources anglaises, les seules publiées à ce jour, permettent d'apprécier en parti ce premier mouvement de départ[56]. Le relevé des actes de témoignage et de reconnaissance de l'Eglise de Threadneedle Street à Londres fait état de quatre Saumurois au début des années 1680[57] : Pierre Archimbaud fit acte de témoignage le 25 juillet 1680[58] ; le cordonnier Pierre Pinsonneau, cordonnier, âgé de 20 ans, le 26 octobre 1681 ; le pelletier André Puisancourt le 2 novembre 1681 et l'imprimeur Josué Rousseau[59] le 9 novembre 1681. André Puisancourt était venu avec son épouse Charlotte Bonneau, leurs deux enfants : Pierre et Anne et son beau frère Esaïe Bonneau.

N'apparaissant pas sur les relevés de l'Eglise de Threadneedle Street, le perruquier Paul Dupin et son épouse, Charlotte Nouel, obtinrent la denization le 16 mai 1683[60].

Pierre Thiboust, fils de Pierre Thiboust et d'Elizabeth Renard épousa le 4 août 1684 dans l'Eglise de la Savoye Charlotte Bechereau de Tours, fille d'Arnauld Bechereau et de Charlotte Boutillon[61]. Deux enfants furent baptisés dans l'Eglise de Threadneedle Stret : Pierre (14 juin 1685) et Louis Pierre (1er juillet 1688)[62].

 

Quelques départs vers les Provinces-Unies sont connus pendant cette période. Le régent de la quatrième, Marc Fay, sieur de la Tonnelle dès 1681 partit en Hollande avec sa famille et s'établit à Amsterdam[63]. Le libraire Henri Desbordes qui avait été inquiété pour avoir publié en 1681 un ouvrage condamné par le Conseil d'Etat, jugea plus prudent de partir en 1682 pour la Hollande et s'installa à Amsterdam[64]. En 1683, l'orfèvre Jacques Desbordes, frère cadet d'Henri, rejoignit celui-ci à Amsterdam[65].

 

L’HALLALI DE LA RÉFORME A SAUMUR

 

Les réformés de Saumur en l'évêque d'Angers Henri Arnauld[66] avaient un rude adversaire qui ne ménageait pas sa peine pour obtenir la conversion des protestants de son diocèse. Sous son égide le père Honoré de Cannes fit une mission à Saumur du 7 juillet au 8 août 1684. Cette mission fut un échec, si les réformés de Saumur écoutèrent volontiers le prédicateur, un seul d'entre eux fit abjuration entre les mains de l'évêque.

Cette mission fournit toutefois le moyen à Henri Arnauld d'arriver à ses fins. Pendant la mission un baptême avait été célébré au temple alors que celui-ci aurait dû rester fermé. Arnauld saisit le Conseil d'Etat.

Dans la première quinzaine de janvier 1685, le sort de la communauté réformée de Saumur fut scellé[67]. Le 8 le Conseil d'Etat ordonna la fermeture de l'Académie et du collège, faute d'avoir pu produire des lettres patentes de leur fondation. Le 15, le Conseil d'Etat interdit l'exercice public de la Religion prétendue réformée dans la ville de Saumur et ordonna la démolition du temple[68].

Beaujardin le pasteur de Saumur se retira chez sa fille à La Rochelle où il abjura à la Révocation entre les mains de l'évêque Henri de Laval[69]. Soucieux d'assurer aux réformés un état civil, l'Intendant Nointel chargea le 2 avril le ministre Jean Barin de baptiser les enfants des réformés Saumurois dans la maison de leurs parents en présence d'un officier de la prévôté "sans faire aucun presche, exhortation, ny autres exercice de la R.p.r. que ce qui est marqué dans leur liturgie". Le 22 juin, conscient du risque causé par ces baptêmes au domicile des réformés, Nointel ordonna à Barin de les célébrer dorénavant à l'hôtel de ville.

Toutes ces décisions furent accueillies avec joie par les catholiques[70]. Alors que le temple de Saumur tombait sous les pioches des démolisseurs, dans sa lettre à Phélippeaux, le lieutenant particulier de Saumur, Jacob de l'Etang de Ry[71] décrit le désarroi des réformés :

"Je peu vous assuré que ses pauvres malheureux sont dans une grande soumission ; ils m'ont apporté un plant et me prie de vous l'envoyé ; ils m'ont aussy prié de vous escrire, les ministres surtout, pour leur donné du temps pour se retirer. Ils ont de grandes familles ; il faict fort vilain. Vous ordonnerez, s'il vous plaist, le temps qu'ils pouront resté issy et vous oré la bonté de me le faire savoir afin qu'ils se conforment à vos ordres"[72].

Conscient semble t-il du noyau de résistance que pouvait constituer les professeurs du collège et de l'académie de Saumur, ainsi que les libraires le pouvoir parait leur avoir accordé assez largement l'autorisation de sortir du Royaume. Le professeur d'hébreu Jacques Cappel reçut la permission de partir en l'Angleterre le 22 février, le principal Jacques de Prez[73] le 6 mars et le professeur de philosophie Jean Renaudot[74] le 27 mars, le régent Abraham Meure[75] en avril et le régent Jacques Foucques[76] le 13 juin. Pour leur part Jean Barin et son frère Théodore[77], Henri Philiponneau de Hautecourt[78], Pierre de Villemandy[79] cherchèrent refuge en Hollande. Le 5 juin, le libraire et bedeau de l'académie de Saumur Jean Riboteau[80] reçut un brevet du Roi lui permettant de vendre ses biens et de sortir du royaume. Ses collègues Jean Desbordes[81], René Péan[82] et François Vaillant[83] obtinrent la même autorisation les mois suivants.

Comme il se doit les membres de la communauté hollandaise de Saumur cherchèrent à regagner leur pays natal. Françoise Chevalier signale que Catherine Pieters, veuve du marchand Goosen Van Rossen[84], déjouant la surveillance du lieutenant du Roi au gouvernement de Saumur, Jacob de L'Estang de Ry, était parti en septembre. Le raffineur René Tinnebac et sa femme[85] n'eurent pas cette chance et furent emprisonnés au château de Saumur.

Tous ces événements avaient peu ébranlé les réformés qui restaient. Henri Arnauld qui croyait avoir terrassé l'hydre en obtenant la fermeture de l'Académie et la destruction du temple, malgré ses exhortations, constatait en octobre que "le même nombre de familles que le calvinisme retenoit dans ses ténèbres depuis si longtemps y demeuroit toujours".

 

LA REVOCATION A SAUMUR

 

Les conditions de l'application de l'Edit de Fontainebleau à Saumur ne sont pas connues[86]. L'on ne sait comment procéda l'évêque Henri Arnauld à Saumur, n'obtint il comme Fléchier à Nantes qu'un succès relatif et octobre et novembre ? Fallut-il recourir ou décembre à la force pour obtenir les conversions attendues du pouvoir ?

L'on peut présumer que les nouveaux convertis portés sur les rôles de la taille des paroisses de Saint-Pierre, de Notre Dame de Nantilly et de Saint-Nicolas de Saumur, dressés en octobre et novembre furent ceux dont Henri Arnauld put obtenir l'abjuration au cours de ces deux mois. Il s'agit de Rachel Fiquet, veuve de Courtin ; de Pierre Marchand ; des orfèvres Philibert Jouffard et François Robin ; du tailleur Jacques Dutertre ; de la cabaretière Marie Langlois, veuve de René d'Aubigné ; de l'horloger Charles Daillé ; du marchand Isaac Gouin ; de Michel, Alexandre et Marie Tan ; du sarger Jean Le Conte ; de l'apothicaire Pierre Liger ; du serrurier François Le Pere si joliment surnommé Clou neuf ; d'Anne Amyrault, veuve de Jean Robin ; du potier d'étain Paul Foucher ; du manchonneau Puisancourt et sa femme ; du marchand Pierre Monnery ; de Gabrielle Delage, veuve de Hyerosme Pierre de La Croix ; du peintre François La Goffin ; de Judith Baux, veuve d'Henri de Mahys ; du droguiste Pierre Desbordes ; du boutonnier Pierre Aveline ; de Jacques Amyrault et de sa mère Françoise Soubzmain ; de Jean Dumaretz ; du chapelier Daniel Guimont ; de Catherine Ciret (Siré), veuve du médecin Pierre Herbault.

Il est hautement probable que les personnes taxées d'office par les répartiteurs, étaient des protestants qui n'avaient pas encore abjuré : Jacques de Maliverné (70 livres), Louis Acéré, sieur des Noyers (250 livres), l'avocat Philippe Peroteau (50 livres), le marchand Philippe De La Galère (100 livres), le marchand Daniel Regnier (100 livres), le marchand Isaac Pelletier de la Terrière (200 livres), l'apothicaire Jean Amyrault (200 livres), le médecin Jean Jortin et sa soeur (50 livres), Jacob Chapeau (40 livres), Henri Leriget et sa femme Anne Maliverné (150 livres) ; Marthe Pillet, veuve du médecin Jacques de Superville (50 livres), Jacques Poitevin, sieur de l'Isle (200 livres), Catherine Pieters, veuve de Goosen Van Rosse (150 livres), son fils Gérard (100 livres), son gendre Pierre Boisnier, sieur du Portal (100 livres), Suzanne Amirault, veuve de Franz Faquilis et son gendre Jean Velthuysen (100 livres) ; Noé Girard (100 livres) ; du raffineur René Tinnebac (200 livres).

Mais l’on doit s’interroger sur ces taxés d’office. L'on sait par d'autres sources que certains d’entre eux étaient déjà partis. Il en est ainsi de Catherine Pieters. D'autres étaient sur le chemin du départ : Jacob De La Place et Judith De La Garde, son épouse, Marthe Pillet, veuve du médecin Jacques de Superville, Dirck Van Rossinn et Suzanne Van Keulen, son épouse, étaient à Nantes à cette époque.

Notons par ailleurs que sur ces rôles des huguenots bon teint ne sont pas présentés comme nouveaux convertis ni surtaxés. Il en est ainsi d'Isaac Gouin, du tailleur François Perrineau, de Conrad Lameer, des régents Abraham Meure et Marc Fay, sieur de la Tonnelle et du libraire François Vaillant. Il est vrai que ces derniers avaient déjà pris le chemin du refuge, Marc Fay était à Amsterdam, Abraham Meure et François Vaillant étaient à Londres.

Les sources catholiques soulignent la mansuétude dont fit preuve Henri Arnauld à l'égard des nouveaux convertis, mais oublient la présence de cette compagnie d'une centaine de soldats dont le rôle de taille révèle la présence en ces mois d'octobre et de novembre à Saumur. Notons toutefois que sur les quatre vingt dix saumurois logeant des soldats, seuls le droguiste Pierre Debordes et Pierre Boisnier étaient des protestants.

 

LE GRAND DEPART POUR LE REFUGE

 

La Bretagne fut la zone privilégiée de passage des Saumurois sur le chemin du refuge. André Peltier et son cousin Jacques Audouys[87] échouèrent dans leur tentative de fuite et durent abjurer le 14 décembre 1685 entre les mains de l'évêque de Saint-Malo. En fait ce ne fut que lorsque le pouvoir leva la surveillance sur les côtes que le grand flux vers le Refuge se produisit[88]

 

L'exploitation des sources anglaises fait apparaître un courant continu de départ dans les année 1687-1690. Deux saumuroises firent acte de reconnaissance en 1686 dans l'Eglise de la Savoie : Anne Marion, âgée de 25 ans, le 2 mai[89] et Esther Aveline, âgée de 20 ans, le 27 juin[90]. Marie Duporteau, âgée de 64 ans, veuve de maistre Jacques Marion et mère d'Anne, arriva à la fin du mois de septembre 1686, mais malade elle ne put faire acte de reconnaissance dans l'Eglise de la Savoye[91].

Les minutes du consistoire de l'Eglise de Threadneedle Street mentionnent le 25 avril 1686 qu'Elisabeth Montrot, "presented by Mlle Lesnier the wife of Mr Lesnier, was found adequately instructed and will make public abjuration next Sunday"[92]. Elisabeth Montrot, fille de feu Michel Montrot et de Françoise Courtin se maria le 29 juin 1687 dans l'Eglise de Threadneedle Street avec Jean Des Charmes natif de Langres en Champagne[93]. Les registres de l'Eglise de Saint Jean Spitafields font état des baptêmes de Jeanne Elisabeth (24 juin 1688), d'un fils (8 septembre 1690), Renée Elisabeth (4 juin 1694) et d'Hélène Elisabeth (23 septembre 1705)[94]. Leur fille Hélène Elisabeth épousa le 25 décembre 1722 dans l'Eglise de Saint Jean Spitafields Michel Bruneau[95].

 

Une dizaine de Saumurois abjurèrent la Religion romaine à Jersey en 1687[96] : Justine Renard, veuve de Jacques Vaslet le 7 avril 1687[97] ; le marchand Jacob Chapeau et Judith De La Garde, son épouse[98] et Pierre Pineau le 16 juillet 1687 ; Daniel Liger et Isaac son fils le 13 août 1687[99] ; Marie Liger le 8 octobre 1687[100] ; les écuyers Jérémie de Maubert, sieur du Plessis[101] et Pierre Maubert, sieur du Mesnil, son neveu, le 5 novembre 1687.

Quatre saumurois firent acte de reconnaissance en cette année 1687 dans l'Eglise de la Savoie : Jeanne Amyrault, âgée de 69 ans, veuve de Guillaume Doull, professeur en éloquence de Saumur, le 23 janvier[102] ; Elisabeth Guitton, fille, âgée de 50 ans, le 30 janvier[103] ; Louis Acéré, âgé de 16 ans, le 25 mars 1687[104], Marie Foucher, veuve d'Isaac Faligan, le 17 novembre[105]. Elisabeth Montrot, native de Saumur, fille de feu Michel Montrot et de Françoise Courtin se maria le 29 juin 1687 dans l'Eglise de Threadneedle Street avec Jean Des Charmes natif de Langres en Champagne[106].

Charlotte Archambault, fille de Pierre Archambault et de Suzanne Dumaine, épousa le 4 janvier 1687/8, dans l'Eglise de Threadneedle Street, Abraham Barbier de Preuilly en Touraine[107]. Les registres de l'Eglise de Saint Jean Spitafields font état des baptêmes de Jeanne Elisabeth (24 juin 1688), d'un fils (8 septembre 1690), de Renée-Elisabeth (4 juin 1694) et d’Hélène-Elisabeth (23 septembre 1705)[108]. Leur fille Hélène-Elisabeth épousa le 25 décembre 1722 Michel Bruneau[109].

 

Sur les sept familles saumuroises qui obtinrent la denization le 9 avril 1687[110], cinq d'entre-elles s'étaient embarquées à Nantes pendant l'été et l'automne 1685. Il s'agissait du ministre Jean Renaudot et de Madeleine Dufresnay, son épouse, de Jean, Daniel, Julie et Israëlite, leurs enfants ; du régent Abraham Meure, de Madeleine Delerpinière, son épouse, d'Abraham, André et Daniel leurs enfants ; de Marthe Cailloué, veuve du libraire René Péan, de Marthe, Elisabeth, Marie et Renée ses enfants ; du libraire Jean Riboteau, Madeleine Lesnier, son épouse, d'Henry, Madeleine et Marie leurs enfants ; du libraire François Vaillant, Jacquine Guillemin, son épouse et de Paul, François, Isaac, Suzanne et Marie leurs enfants.

S'agissant des membres des deux autres familles qui obtinrent la denization le 9 avril 1687, à savoir le maître-chapelier Claude Nobilleau, Marguerite Léglise, sa femme, Daniel, Henri, Elisabeth et Judith leurs enfants[111] , Pierre Michon, Catherine Riboteau, le gendre et la fille aînée de Jean Riboteau[112], ils avaient dû eux aussi probablement s'embarquer à Nantes à la même période.

 

La plupart de ces familles et d'autres se retrouvent dans l'Eglise d'Hungerford Market que le ministre Jean Renaudot créa en janvier 1688 avec Pierre Rondelet le pasteur de Bordeaux, Pierre Pezé des Galinières, le pasteur du Mans et Philippe Jouneaux celui de Barbezieux[113].

Le registre de l'église d'Hungerford Market s'ouvre le 18 avril 1688 sur le baptême de Pierre, fils de Pierre Boesnier, sieur de la Touche et de Marthe Redoullet, né le 3 avril[114]. Le 23 septembre de la même année fut baptisée également Anne, fille de l'orfèvre Pierre Michon et de Catherine Riboteau, née le 18 septembre. Deux autres enfants de Pierre Michon et de Catherine Riboteau furent baptisés dans la même église : Pierre Antoine (27 septembre 1692) et Catherine (2 octobre 1696)[115].

Gilles du Vaudriet et Marie Sudrit, sa femme, firent acte de reconnaissance en cette année 1688 dans l'Eglise d'Hungerford Market[116].

Marthe, la fille aînée de René Péan et de Marthe Cailloué épousa le 2 octobre 1688 dans l'Eglise d'Hungerford Market Jean Le Fevre et sa soeur cadette Elisabeth le 14 novembre 1689 le peintre Samuel Grandpré. Leur plus jeune soeur, Marie, pour sa part épousa Joseph Baillon dont elle eut une fille, baptisée le 26 mars 1695[117].

 

Jeanne Baymant dont le fils, Arnaud, né de son mariage avec le maître-cordonnier Arnaud Casaubil, fut baptisé le 5 mars 1689 dans l'Eglise d'Hungerford Market[118], devait être la fille du tailleur Georges Beyman et de Marie Cruchon, baptisée le 12 août 1663 à Saumur[119]. Sa soeur cadette Marie était la marraine[120].

 

Le 22 septembre 1689, Catherine Duperat, fille de Pierre Duperat et de Magdeleine Renard, épousa dans l'Eglise d'Hungerford Market Philippe Renou[121]. Louis Vaslet, fils de Jacques Vaslet et de Justine Renard, se maria le 24 août 1691 dans cette même église avec Marie Barachin, fille de Claude Barachin et de Louise Renou d'Angers[122].

 

Deux enfants du tailleur d'habits Pierre Archambault qui avait fait acte de témoignage le 25 juillet 1681 dans l'Eglise de Threadneedle Street, furent baptisés dans l'Eglise d'Hungerford Market : Anne (16 juin 1695), Jean (10 décembre 1699)[123].

Le 21 mars 1697, Marie Riboteau, fille de Jean Riboteau et de Madeleine Lesnier épousa dans la même église Paul Pinaut, un officier du régiment de Galway, originaire de Vendôme[124]. Elle s'établit avec celui-ci à Dublin où leur fils Paul est décédé le 7 janvier 1700/1 à l'âge de six jours[125].

 

Le mouvement des départs se poursuivit en 1688. Sept membres de l'Eglise de Saumur abjurèrent à Saint-Hélier : Esther Godin, femme d'André Guillemin[126], Marie Guillemin, veuve du marchand René Le Roi[127] le 11 février 1687/8 ; Suzanne Godin, femme du maître-tailleur Henri Perigois et Esther Marie leur fille le 7 avril[128] ; Marie Le Pere, fille du serrurier François Le Pere[129], Jeanne Liger, fille de l'apothicaire Pierre Liger[130], Madelaine Morin, fille du marchand Pierre Morin[131], l'horloger Elie Bernard et son épouse Catherine Chappeau le 12 mai[132].

 

Le 15 janvier 1688, Anne Druet, veuve de Conrad De La Mer fit acte de reconnaissance dans l'Eglise de Threadneedle Street[133] et Marthe De Lor, épouse de Daniel Leglise le 18 janvier[134]. Le 24 mai de la même année Jean Hugues, âgé de 42 ans, également de Saumur, fit acte de reconnaissance dans l'église de la Savoye[135]. Enfin Suzanne Martin, femme de l'avocat en Parlement Moïse Poitevin fit en cette année 1688 acte de reconnaissance dans l'Eglise de Leicester Fields[136].

 

C'est probablement à cette époque que Jacques Peltier, fils de l'orfèvre Jacques Peltier le jeune et d'Anne Girard, baptisé le 6 novembre 1650 au temple de Saumur, s'engagea dans les armées de Guillaume III d'Orange. Après avoir servi "above ten years" comme officier in Major-general Levison's Regiment, il obtint la naturalization le 4 mai 1698/9[137].

 

Madeleine Morel reçut en 1690 des aumônes dans l'Eglise de Saint-James[138]. Le 16 avril 1690, le passementier Julien Galais et Marie Pinsonneau, son épouse, firent baptiser leur fille, Marie dans l'église de Glassehouse Street[139], son parrain était Mr. Antoine Murray[140] et sa marraine Mlle Marie Cappel[141]. Un autre enfant, Julien, fut baptisé le 3 février 1695 dans l'Eglise du Carré[142].

 

REPRISE DES DEPARTS DANS LES ANNEES 1696-97

 

Le mouvement des départs des Saumurois vers l'Angleterre reprit avec la conclusion de la guerre de la ligue d’Augsburg. Daniel Cappel de Saumur, fils de Monsieur Jacques Cappel, "cy-devant professeur de langues orientales à Saumur" fit acte de reconnaissance dans l'église de Swallow Street le 7 juin 1696[143]. Son épouse Jeanne Piserott fit acte de reconnaissance dans la même église le 19 septembre 1697[144]. Daniel Capel se remaria le 26 septembre 1717 avec Catherine Dorey dans l'église de Saint Martin Orgars[145].

 

Noé Girard de Saumur fit acte de reconnaissance le 6 mars 1698 dans l'église de Swallow Street[146]. Il épousa dans cette église le 19 octobre 1704 Jeanne Hugon [147].

Moses Amyrault, son of Moses Amyrault, by Mary his wife[148], Daniel and Francis Capel, sons of James Capel by Mary, his wife obtinrent la naturalization le 11 avril 1700[149].

Jean Redoulles (Redoullet) de Saumur en Anjou fit acte de reconnaissance en 1701 dans l'Eglise du Tabernacle[150].

 

Anne de Lastes de Saumur de son mariage avec Pierre d'Aussy, "gentilhomme françois réfugié, né à Rouen"[151] eut deux enfants baptisés dans l'Eglise wallonne de Southampton : Pierre (10 avril 1709) et Charles (6 septembre 1713)[152]. Le baptême d'Anne de Lastes n'est pas porté sur les registres de Saumur, elle devait être la fille de Balda de Lastes, sieur de la Faurelière et de Marie Gendrault[153].

 

Au total au moins une centaine de Saumurois cherchèrent refuge outre Manche.

 

LES RÉFORMES SAUMUROIS DANS LES AUTRES PAYS DU REFUGE

 

Faute de relevé du fichier wallon, l’on ne sait combien de réformés saumurois cherchèrent refuge aux Provinces-Unies[154]. Quelques départs vers ce pays sont seulement connus : dès 1681 celui du régent Marc Fay, en 1682 du libraire Henri Desbordes ; en 1683 de l’orfèvre Jacques Desbordes : en 1685 des ministres Jean et Théodore Barin, Henri Philiponneau, Pierre de Villemandy, du libraire Jean Desbordes, de Moïse Amyrault, sieur de Champrobin et de deux de ses enfants, de Catherine Pieters, veuve de Goosen Van Rossinn.

 

Le mouvement des départs vers l’Allemagne ne fut le fait que de quelques individus : Jacques de Maliverné et son épouse Marie Papin à Marbourg, Jean et Pierre Audouys à Berlin, Anne Nouël à Hann.

 

LES NOUVEAUX CONVERTIS DE SAUMUR EN 1697

 

En 1697, Miromesnil estimait à 23 le nombre des familles de "nouveaux convertis" de Saumur[155], soit, sur la base de cinq personnes par famille, un chiffre de l'ordre de 120 à 150 personnes. Bernard Mayaud dans un récent article a confirmé cette estimation en recherchant dans les registres catholiques de Saumur des années 1686-1730 les "nouveaux convertis" et leurs descendants[156].


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IIe PARTIE

 

FAMILLES

DE L'ÉGLISE RÉFORMÉE

DE SAUMUR

 

 


Cette seconde partie ne prétend pas présenter toutes les familles réformées de l'Eglise de Saumur. Cette reconstitution en son état actuel concerne uniquement les familles qui avaient été l'objet d'études préalables ou pour lesquelles les sources disponibles apportent des précisions, notamment quant à leurs relations avec les Eglises voisines. Il revient au lecteur d'être indulgent et éventuellement, pourquoi pas, de nous apporter son aide s'il dispose de compléments d'information.

 

 

ACÉRÉ

 

Louis Acéré, sieur des Noyers, devint receveur des aides à Saumur vers 1670. Il appartenait au monde de la haute finance parisienne.

 

1° Le chef de cette famille, Marc-Antoine Acéré, sieur des Forges, fils de Georges Acéré, sieur de la Tourette et de Dorothée Yvon, avait été marchand à Lyon en 1622 avant de s'installer à Paris et de prospérer dans la ferme des traites foraines et domaniales de Languedoc et Provence à partir de 1629, dans les traités de la cour des aides d'Agen et des droits attribués aux offices de Guyenne en 1630 et 1632 et dans les prêts consentis en 1637 et 1638[157]. De 1632 à 1635, avec ses deux coreligionnaires Gédéon Tallemant et Nicolas de Rambouillet, il assura la gestion de la fortune du cardinal de Richelieu[158]. Marc-Antoine Acéré acheta en 1638 une charge de conseiller, secrétaire du Roy, Maison et Couronne de France.

Marc-Antoine Acéré avait épousé par contrat du 1er mars 1627 passé devant Thomas Aubry, notaire à Loudun, Anne de Burges, fille du receveur des tailles de l'élection de Loudun Barthélemy de Burges et de Anne Le Proust. Ils eurent treize enfants.

 

2° Louis Acéré, écuyer, sieur des Noyers, le sixième enfant de Marc-Antoine Acéré et de Anne de Burges, baptisé le 5 novembre 1636 au temple de Charenton[159], fut receveur des aides à Saumur. Il épousa le 24 août 1670 au temple de Saumur Jeanne Gendrault, baptisée le 18 novembre 1648 au temple de Saumur, fille de Pierre Gendrault (voir à ce nom), sieur de Chambon, et de Marguerite Bernard. Elle lui donna quatre enfants :

- Louis, baptisé le 20 mai 1671 au temple de Saumur, eut pour parrain son grand-père Pierre Gendrault, sieur de Chambon ; il suit en 3°.

- Marc-Antoine, baptisé le 18 octobre 1672, est décédé le 18 mars 1678, âgé de plus de 5 ans.

- François, baptisé le 22 juillet 1674, eut pour parrain l'avocat du roi François Bernard, sieur de Hautmont ; il suit en 4°.

- Charlotte-Marie, baptisée le 29 décembre 1675, eut pour parrain le comte de Plymouth.

Louis Acéré fut en 1683 le commissaire du Roy au synode provincial de Sorges. Il fut taxé d’office en 1686 à 250 livres sur Saint-Pierre, comme “nouveau converti”.

 

3° Louis Acéré de Saumur, âgé de 16 ans, fit acte de reconnaissance dans l'église de la Savoye le 25 mars 1687[160].

 

4° François Acéré, sieur de Saint-Georges, "born at Saumur, son of Louis Acéré by Jeanne his wife", reçut la naturalization le 24 mars 1698/9[161].

 

 

AMELOT

 

1° Pierre Amelot, sieur de la Prie, épousa Anne Gorin (voir à ce nom) ; dont six enfants :

Jean (23 janvier 1611 au temple de Saumur), Anne (jumelle du précédent, † 23 février 1611), Pierre (16 septembre 1612, † 24 octobre 1622), Madeleine (9 novembre 1614), Catherine (21 février 1616, † 26 avril 1619) et Anne (23 mai 1621).

 

2° René Amelot épousa Marie Dumaine (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Louys, baptisé le 12 juin 1619.

 

AMIRAULT (ou AMYRAULT)

 

L'Eglise de Saumur comptait trois branches protestantes de la famille Amirault, notamment celle du ministre. Elles ont probablement la même origine que les nombreux Amirault catholiques vivant à Saumur et Bourgueil. Nous renvoyons le lecteur à la généalogie publiée par Jacques Amirault[162].

Il sera traité successivement :

* des “ Amirault apothicaires ”

* des “ Amirault avocats ”

* des “ Amirault pasteurs ”

 

“ Les Amirault apothicaires ”

 

1° Julien Amirault, greffier de la baronnie de Bourgueil, paraît avoir eu deux fils de sa première femme, Marie Le Pareux :

- Claude Amirault, auteur de la branche des “ Amirault, apothicaires ”. Il suit en 2°.

- Jacques Amirault, auteur de la branche des “ Amirault, avocats ”. Il suivra en 7°.

 

2° L'auteur de cette branche, l'apothicaire Claude Amirault, né vers 1560, était le fils aîné de Julien Amirault, greffier de la baronnie de Bourgueil et de sa première femme Marie Le Pareux. Il épousa Marie Péju. Claude Amirault fut inhumé le 22 mai 1633 à Saumur et Marie Peju le 7 février 1651 à Saumur. Ils eurent sept (ou neuf) enfants :

- apparemment, Marthe, née v. 1592, † 9 octobre 1661 à Saumur

- apparemment, Charlotte, baptisée le 12 novembre 1595 au temple de Saumur.

- Marguerite (ou ? Marie), baptisée le 31 janvier 1599, † 22 décembre 1658 à Saumur, épousa le 8 septembre 1624 au temple de Saumur, Mathieu Cottière, pasteur de Luché-Pringé (72), pasteur de l’église de Tours en 1624, puis de celle de Luynesen 1632, inhumée le 14 décembre 1656 à Tours, fils de Simon et de Françoise Ribbe : dont postérité.

- Claude, baptisé le 15 août 1602. Il suit en 3°.

- Marie, baptisée le 26 mai 1604.

- Mathurin, né v. 1606. Il suit en 6°

- René, baptisé le 4 mai 1608, † 7 juin 1608.

- Éllye, baptisé le 9 mars 1611, † 19 septembre 1611.

- Élisabeth, née v. 1615, † 4 janvier 1616.

 

3° Claude Amirault, fils de Claude Amirault et de Marie Peju, baptisé le 15 août 1602 au temple de Saumur, fut, comme son père, apothicaire. Il épousa, en 1ères noces le 28 février 1629 au temple de Sorges, Marguerite Colpin, baptisée le 14 mai 1606 au temple de Sorges, fille de Toussaint Colpin, orfèvre à Angers, et de Madeleine Poisson. Ils eurent cinq enfants :

- Madeleine, baptisée le 4 novembre 1629 au temple de Saumur, † 15 novembre 1629.

- Claude, baptisé le 23 février 1631, † 22 mai 1633.

- Marguerite, baptisée le 15 août 1638, † 5 septembre 1662 à Saumur

- Claude, baptisé le 25 mai 1638.

- Madeleine, baptisée le 19 août 1641.

- Elisabeth (ou Esther), baptisée en 164?, épousa Marc Fay (voir à ce nom), sieur de la Tonnelle, régent de l’Académie, baptisée le 3 mai 1637 au temple de Saumur, fils de Antoine et de Esther Hugues. Elle émigra en 1681 avec son mari à Amsterdam. Elle fut inhumée le 5 mai 1684 au cimetière Saint-Anthonius d'Amsterdam.

- Anne, baptisée le 29 avril 1646, épousa av. 1666, Jean Robin (voir à ce nom), marchand à Chavagne, fils de François et de Marie Daillé. Veuve, Anne Amirault, abjura à la Révocation. Elle est taxée à 7 livres en 1686 comme “nouvelle convertie”.

- Jean, baptisé le 7 mai 1647, qui suit en 4°.

Marguerite Colpin fut inhumée le 18 mai 1662 à Saumur. Claude Amyraut se remaria avec Marie Daillé (voir à ce nom), de Châtellerault, veuve en 1ères noces de François Robin.

Marie Daillé, femme de Claude Amyrault, est décédée le 6 septembre 1676 à Saumur, à l'âge de 68 ans. Claude Amyrault est décédé le 24 février 1677 à Saumur, à l'âge de 76 ans.

 

4° Comme son père Jean Amirault, né en 1647, était apothicaire. Il épousa, en premières noces le 28 juin 1671 au temple de Châtellerault, Suzanne Carré (voir à ce nom), de Châtellerault, née v. 1649, fille de Jean Carré et de Marie Otin. Elle lui donna quatre enfants :

- Suzanne, baptisée le 17 juillet 1672 au temple de Châtellerault, épousa le 28 février 1707 dans l’église Saint-Pierre de Saumur Antoine Chrestien de Loudun, fils de Pierre et de Marthe Le Blanc.

- Marie, baptisée le 21 juin 1673 au temple de Saumur, inhumée le 11 novembre 1673.

- Jean, baptisé le 21 novembre 1674. Il suit en 5°.

- Claude, baptisé le 23 février 1676, inhumé le 25 juin 1676.

Suzanne Carré fut inhumée le 21 mai 1677 à Saumur à l'âge de 28 ans.

Au bout d’une année de veuvage Jean Amyrault se remaria, le 13 juin 1678 au temple de Châtellerault, avec Madeleine Beaupoil de cette ville, fille de Léger Beaupoil et de Marie Guillaud. Elle lui donna dix enfants:

- Léger, baptisé le 31 août 1679 au temple de Saumur, inhumé le 27 août 1681.

- Claude-Baltazar, baptisé le 18 septembre 1680.

- Madeleine, baptisée le 25 décembre 1681, épousa le 22 juin 1706 dans l'église Saint-Pierre de Saumur, Pierre Boinet (voir à ce nom), marchand poislier, baptisée le 25 février 1680 au temple de Saumur, fils de Jean Boinet et de Suzanne Van Ceulen.

- Pierre, baptisé le 20 décembre 1682.

- Marthe, baptisée le 19 décembre 1683. Elle épousa en 1ères noces Pierre Hugé, orfèvre : et en secondes noces le 12 décembre 1726 à Saint-Pierre d’Angers, Olivier Destriché, orfèvre, fils de Jacques, orfèvre, et de Louise Desforges.

- Marie, baptisée v. 1685, épousa, en 1ères noces le 8 octobre 1714 en Saint-Pierre de Saumur, Pierre Mingon (voir à ce nom), orfèvre à Angers, baptisé le 29 septembre 1669 au temple de Sorges, fils de Pierre , marchand de draps de soie à Angers, et de Anne Renault. Marie Amiraut se remaria le 12 avril 1728, à Saint-Pierre d’Angers avec l’orfèvre Pierre Beaugrand, fils de Jean, procureur à l’élection de Laval, et de Renée Dubourg.

- Philippe, né v. 1686, † dans la Religion catholique le 3 juin 1686 à Varrains (49).

- Charles, baptisé le 26 octobre 1689 à Saint-Pierre de Saumur, † 10 septembre 1696 à Saint-Pierre.

- Andrée, baptisée le 23 novembre 1692 à Saint-Pierre, † après 1726.

- Françoise, baptisé le 13 juillet 1698 à Saint-Pierre.

 

5° Jean (dit Jean-Baptiste) Amirault, orfèvre à Angers, né en 1674, † 1 décembre 1732 à Saint-Maurille à Angers, fils de Jean et de Suzanne Carré, épousa le 25 mai 1700 dans l’église Saint-Maurille, Suzanne Le Becq (1674-23 novembre 1738 aux Ponts-de-Cé), fille de Jean et de Suzanne Cador. Dont nombreuse postérité sur Saint-Maurille.

 

6° Mathurin, avocat à Saumur, né v. 1606, † 18 février 1676 à Saumur, épousa Marthe Delommeau (ou de Lomeau) d’une famille de La Rochelle, † ap. 1673 ; dont un fils :

- Mathurin, né v. 1629, † v. 1679, se convertit et épousa dans la Religion catholique v. 1654 à Précigné (72), Marie Cantin. Dont une postérité catholique à Angers.

 

“ Les Amirault avocats ”

 

7° Jacques I Amirault, sergent royal et avocat, était le second fils de Julien Amirault (en 1°) et de Marie Le Pareux., né v. 1570. Il épousa Marie Capet. Elle lui donna au moins cinq enfants :

- Bernardin, baptisé le 14 août 1605 au temple de Saumur. Il suit en 8°.

- Jacques II, baptisé le 20 février 1608. Il suit en 9°.

- Samuel, baptisé le 23 décembre 1609, † 31 janvier 1620 à Saumur.

- Marie, née v. 1613, † 16 mai 1643 à Saumur.

- Renée, née v. 1619, † 30 juin 1619 à Saumur.

Jacques I Amyrault fut inhumé le 20 septembre 1637 à Saumur et Marie Capet le 18 octobre 1644.

 

8° Bernardin Amirault, né en 1605, docteur en médecine à Luynes, puis à Tours, épousa le 7 mars 1633 au temple de Tours, Marie Coyrin, veuve de Pierre Goujon, marchand. Dont cinq enfants baptisés au temple de Tours entre 1634 et 1641.

 

9° Jacques II Amirault, né en 1608, fils de Jacques Amyrault et de Marie Capet , fut avocat en parlement. Il épousa, le 19 juin 1640 au temple de Tours, Françoise Soubzmain, fille d'Isaac, bourgeois de Tours, et de feue Élisabeth Morin. Elle lui donna :

- Françoise, baptisée le 20 février 1641 au temple de Saumur, † 30 mai 1643.

- Françoise, baptisée le 11 mai 1642, † 15 février 1652.

- Jacques III, baptisé le 16 août 1643. Il suit en 10°.

- Samuel, baptisé le 2 novembre 1644.

- Charles, baptisé le 6 mai 1646, né le 1er.

 L'avocat Jacques II Amyrault fut inhumé le 11 avril 1647 à Saumur. Sa veuve fut taxée en 1686 à 50 livres, en tant que “nouvelle convertie”.

 

10° Jacques III Amyrault, né en 1643, fils aîné de Jacques II Amyrault et de Françoise Soubzmain, fut docteur en médecine. Il épousa, le 31 octobre 1668 au temple de Saumur, Elisabeth Mouchard, baptisée le 29 juin 1642 au temple de Saumur, fille de Jacques, marchand, et de Françoise Royer. Elle lui donna onze enfants baptisés au temple de Saumur :

Elisabeth (27 février 1669, † 15 septembre 1676), Françoise (4 mai 1670, † 9 mai 1670), Marguerite (7 juin 1671), Jacques (15 mai 1672, † le 11 août 1674), Jeanne (1er janvier 1674, † 13 janvier 1674), Françoise (jumelle, † 17 janvier 1674), Françoise- Esther (8 mai 1675), Suzanne-Élisabeth (18 novembre 1676, † 5 février 1679), Jacques IV (30 janvier 1678), Isaac (1er mai 1681, † 22 décembre 1683) et Jean (28 mars 1683).

 

“ Les Amirault pasteurs ”

 

1° Abel I Amyrault, le père de Moïse Amirault, "d'une bonne famille & ancienne famille originaire d'Orléans"[163] était probablement le fils de Claude Amyrault, maître apothicaire à Bourgueil.

Nous pensons qu’il fut notaire royal héréditaire juré à Chinon, résidant à Bourgueil; “ancien” de l’église protestante de Bourgueil, il représente cette Église aux Synodes de 1607 et 1609.

Né v. 1559, † v. 1621, Abel Amyrault épousa, le 26 septembre 1579 dans l’Eglise de Loudun, Rachel Legaigneux (voir à Legangneur), dont il eut cinq enfants :

 Abel II, sieur de Vaussoudun qui suit en 2°.

- François, sieur de Saulgé, qui suit en 4°.

- Isaac, clerc de notaire de son père, parrain en 1611 à Saumur, né v. 1592. Il fut, peut-être, le procureur au Parlement de Paris de ce nom, qui eut un fils (ou un petit-fils) baptisé au temple de Charenton, le 20 avril 1656

- Moïse, le célèbre théologien, né en septembre 1596 qui suit en 5°.

- Marie, née v. 1600, † 28 février 1627 à Saumur.

 

2° Abel II Amyrault, sieur de Vaussoudun, notaire à Bourgueil après son père, greffier de la baronnie de Bourgueil en 1605, né v. 1595, décéda le 1er décembre 1661 à Saumur. Il épousa Jeanne Fagot (voir à ce nom) qui lui donna quatre enfants :

- Abel, né v. 1610. Il suit en 3°.

- Jeanne, née v. 1620, épousa, en premières noces en 1640, Patrice Pible (voir à ce nom), professeur à l'Académie de Saumur, et, en secondes noces en 1646, Guillaume Doull (voir à ce nom) professeur d'éloquence et de grec à l'Académie de Saumur, né v. 1616, † 3 octobre 1679 à Saumur Elle abjura à Bourgueil en 1685 ; mais elle passa en Angleterre, où elle fit acte de reconnaissance, le 23 janvier 1687 à Londres, dans l’église de la Savoye.

- Rachel, née v. 1622, qui abjure en 1682.

- Marguerite épousa en 1646 Piet Doosthoorn (voir à ce nom), bourgeois à Saumur. Celui-ci fut taxé à 5 livres en 1686; Marguerite fut reçue le 28 décembre 1687 en l’église d’Amsterdam.

 

3° Abel Amyrault, sieur de Vaussoudon, pasteur de Saint-Aignan (au Maine) en 1637, né v. 1610, † av. 1672, épouse Elisabeth Passedoit. Elle lui donna six enfants :

- Élisabeth, née v. 1633, abjure le 30 octobre 1685 à Rouillée (Sarthe) elle épousa le Joachim Redon, sieur de la Bonnerie, qui abjure lui aussi en 1685.

- Abel, sieur du Chesne, né v. 1635, † av. 1681, épousa Louise Voyer, dont postérité qui reste en France à la Révocation.

- Henri, né v. 1642 à Saint-Aignan, marchand à Vendôme en 1672, émigre en Angleterre à la Révocation; il est naturalisé le 11 mars 1700. Il avait épousé, avant 1672, Marie Rapillart ; dont postérité en Angleterre.

- Madeleine, née v. 1643, épousa av. 1662, Philippe Delagalère (voir à ce nom), sieur de Lessart, né v. 1623, marchand, veuf en premières noces de Renée Boesnier. Elle abjura en 1685 à Bourgueil avec son époux. Philippe Delagalère fut inhumé le 3 décembre 1688 à Saint-Germain de Bourgueil et Madeleine Amirault le 24 mars 1693 à Bourgueil.

- Charles, né v. 1647, épousa le 15 novembre 1689 à Longué, Marthe Bérard, fille de Joseph et de Gabrielle Le Doyen veuve de François Mauxion, fermier de la Roche,. Charles Amirault fut inhumé dans la Religion catholique le 24 août 1699 à Longué (49).

- René, né v. 1650, fut marchand à Vendôme et y épousa, au temple de cette ville le 24 juillet 1672 Madeleine Marais de Châteaudun, fille du maître architecte Marceau Marais et de Madeleine De La Chasseigne. Dont sept enfants baptisés au temple de Vendôme entre 1673 et 1681. Il abjura le 28 novembre 1685 à Saint-Ouen-des-Fossés (Sarthe).

 

4° François Amyrault, sieur du Saulgé, né v. 1590, fut marchand à Tours, épousa p. c. du 12 juin 1618 à Châtellerault, Suzanne Lebloy, née v. 1600. François Amyrault fut inhumé le 4 décembre 1651 à Saumur et Suzanne Lebloy le 5 juillet 1672. Ils eurent deux enfants :

- Suzanne, née v. 1620, épousa le 19 décembre 1649 au temple de Tours, Franz Faquelis (voir à ce nom), marchand Flamand, né v. 1609, † 7 janvier 1676 à Saumur.

- Abraham, sieur de Saulgé, né v. 1625, marchand à Nantes, épousa av.1665, Élisabeth Gaudé; dont, sans doute, un fils : Moyse, inh. à 4 ans le 4 septembre 1669 à Saumur

 

5° Moïse Amyrault fut pendant près de quarante ans le plus célèbre maître de la jeunesse réformée de France[164]. Il avait un défaut son style lourd et monotone. Philippe Le Noir de Crevain qui fut son élève écrivait à son propos : “ très peu accessible avoit de hautes lumières de théologie, fluidité, netteté et présence d'esprit admirable ”.

Moïse Amyrault, né en septembre 1596 à Bourgueil, fils de Albel et de Rachel Le Gangneux, épousa, le 22 mai 1627 au temple de Saumur, Élisabeth Aubineau (voir à ce nom), baptisée le 12 août 1607 au temple de Saumur, fille de Charles et de Élisbath Poitevin. Elle lui donna deux enfants :

- Elisabeth, née le 17 septembre 1629 au temple de Saumur, épousa en 1643 l'avocat François Bernard (voir à ce nom), sieur de Hautemont, baptisé le 11 juillet 1612 au temple de Saumur, fils de Paul, sieur de Bourilly, et de Jeanne Drugeon. Elle fut inhumée le 14 avril 1645 à Saumur. Pour consoler sa femme, Amyraut écrivit en 1646 son Discours sur l'état des fidèles après la mort. François Bernard se remaria avec Suzanne Bazin; il abjura à la Révocation.

- Moïse, né le 23 août 1631 au temple de Saumur, qui suit en 6°.

Moïse Amyrault est décédé le 13 janvier 1664 à Saumur, l'âge de 68 ans et Elisabeth Aubineau le 9 mai 1664.

 

6° Moïse Amyrault, sieur de Champrobin (“ancien fief, avec manoir”, à Vivy, 49), "fort habile avocat au Parlement de Paris" (P. Bayle). Il épousa le 13 septembre 1653 Marie Théart d'Angers, fille de Jacques Théart et de Suzanne Houssaye, baptisée le 9 mai 1638 au temple de Sorges. Elle lui donna quatorze enfants dont la plupart moururent en bas âge :

- Moïse, baptisé le 21 février 1655 au temple de Saumur, mort en bas âge.

- Élisabeth, baptisée le 3 septembre 1656, épousa av. 1678, François Hardy

- Suzanne, baptisée le 23 janvier 1658.

- Marie, baptisée le 16 février 1659, inhumée le 23 septembre 1680 à Paris.

- Moïse, baptisé le 7 juillet 1660, mort en bas âge.

- Charles, baptisé le 15 octobre 1661, inhumé le 31 mars 1666 à Saumur.

- N...., né 19 10 et † 20 octobre 1662.

- Suzanne, baptisée le 22 mars 1665.

- Françoise, baptisée le 22 juillet 1666.

- Anne, baptisée le 30 septembre 1667, inhumée le 13 août 1669 à Saumur.

- Marthe, baptisée le 30 juillet 1670, dame de Champrobin, n’émigra pas et obtient “par décret du Roi” tous les biens de son père absent du royaume pour faits de religion, Elle épousa au début des années 1700 Jean Caillard, sieur de Lespoy et de la Monnerie. Marthe Amyrault fut inhumée le 17 février 1731 à Saint-Pierre de Saumur.

- Moïse, baptisé le 13 mars 1673, inhumé le 4 janvier 1674 à Saumur.

- Moïse, baptisé le 28 octobre 1674, inhumé le 25 novembre 1678 à Saumur.

- Moïse, baptisé le 13 juillet 1682 au temple de Charenton, qui suit en 7°.

Moïse Amyrault, sieur de Champrobin, devint en 1667 gentilhomme de la grande fauconnerie du Roi. En 1679 ou 1680, Moïse Amyrault de Champrobin s'établit à Paris. Sa fille Marie y mourut le 23 septembre 1680 et son dernier fils Moïse fut baptisé le 13 juillet 1682 au temple de Charenton.

A la Révocation, Moïse Amyrault de Champrobin se réfugia à La Haye[165]. Dès le 12 janvier 1686, le procureur-général l'inscrivait au nombre des fugitifs. Sa femme, Marie Théart, et ses filles avaient abjuré. Les biens de Moïse Amyrault furent accordés à ses enfants par brevet du 8 juillet 1685. En décembre 1686, toutefois Amyraut revint en France pour emmener sa famille, ainsi que nous l'apprend une note de La Reynie :

"Mme Amyrault est dans la rue Pavée, la deuxième après les Grands Augustins. Son mari est ici ; il a offert à Félix pour le passer avec quatre enfants. Félix occupé ailleurs, n'a pu accepter. Une des filles est mariée à M. Hardy ; ils songent aussi à partir".

Moïse Amyrault ne put emmener qu'un de ses enfants. Un document de 1688 mentionne que :

"On dit que la dame Amyraut loge à Paris, dans la paroisse Saint-Sulpice, rue des Marais, à une porte cochère , qu'elle a trois enfants, et que le plus âgé est une fille de dix-neuf ans".

Sur l'ordre du Roi du 10 janvier 1689, les deux filles de Mme Amyrault furent enlevées et mises aux Nouvelles-Catholiques. Elles y restèrent huit mois. Seignelay écrivait à La Reynie le 12 septembre :

"Sur le compte que j'ai rendu au roi de ce que vous m'avez écrit au sujet des filles du nommé Amyraut, Sa Majesté m'a ordonné de vous faire savoir qu'elle trouve bon que ces filles soient remises à leur mère, et il faut qu'en le disant à M. Bellavoine[166], vous le chargiez de le faire savoir audit Amyraut et de lier commerce de lettres avec lui pour avoir des nouvelles".

Moïse Amyrault, sieur de Champrobin, ne resta pas aux Provinces-Unies et s'établit par la suite en Angleterre où il devint docteur de l'Université d'Oxford.

 

7° Moses Amyraut, né en 1682, born at Paris in France, son of Moses Amyraut, by Mary, his wife, obtint la naturalization le 11 avril 1700[167]. Il serait devenu par la suite député au Parlement britannique.

 

ANFRIS (ou ANFRY)

 

Le maître-cordonnier, Charles Anfris, originaire de Saint-Lô (v. 1648-ap. 1681), fils de Pierre, marchand, et de Marie Robert, épousa, le 28 juillet 1669 au temple de Saumur, Marie Garçon (voir à ce nom) (ou Garson), fille de Siméon, cordonnier, et de Marie Corbonneau, baptisée le 9 mars 1653 au temple de Saumur. Elle lui donna trois enfants : Pierre (21 septembre 1670, † 14 février 1674), Jean (19 avril 1672) et Marie (19 octobre 1681, † 20 octobre 1681).

 

ANGOUMOIS (ou LANGOUMOIS)

 

1° David Angoumois, gantier épousa Jeanne Marcou (voir à ce nom), fille de Michel; ils ont eu douze enfants : Anne (29 juin 1661, † 3 juillet 1661), Marguerite (7 juin 1662, † 25 juin 1662), David (23 septembre 1663), Louis (4 février 1665, † 12 janvier 1676), ...?... (27 janvier 1666), Jeanne (6 février 1667), Marthe (3 avril 1668, † 1er novembre 1679), Anne (28 avril 1669), Judith (15 juin 1670, † 9 octobre 1671), Élisabeth (25 octobre 1671), François-Girard (19 juillet 1684) et Suzanne (12 juin 1687 à Saint-Pierre de Saumur).

 

2° Pierre Angoumois, marchand à Bourgueil, abjure à Bourgueil en 1685, † av. 1690, épousa Claude Guérin (voir à ce nom), qui abjure aussi en 1685. Dont deux fils :

- Pierre (2 septembre 1663 au temple de Saumur, † 24 février 1721 à Bourgueil) abjura en 1685 avec ses parents. Il épousa en 1ères noces le 19 février 1689 à Bourgueil, Claude Estavard, fille de Marc, sergent, et de Renée Guillot. Il épousa en 2des noces 5 mai 1714 à Bourgueil Angélique Aubert de Boispatté, fille de Louis Aubert et de Renée Le Suire. Il y eut postérité des deux mariages.

- Davil, né le 15 novembre 1664 à Bourgueil, fut baptisé le 1er avril 1665 au temple de Saumur.

 

3° à noter :

- Marthe Angoumois, épousa av. 1603, Daniel Courtin (voir à ce nom).

. Marie Angoumois, † 31 décembre 1608 à Saumur, épousa Jean Chollet (voir à Challet), † ap. 1608.

 

ARCHAMBAULT

 

1° Le tailleur d'habits Pierre Archambault, de son mariage en 1647 avec Suzanne Dumaine (voir à ce nom), fille de Pierre Dumaine et d'Anne Mareau, baptisée le 7 juillet 1621 au temple de Saumur, eut huit enfants :

- Eléazar, baptisé le 30 septembre 1648 au temple de Saumur.

- Marguerite, baptisée le 10 novembre 1649, épousa, le 24 février 1677 au temple de Saumur , Jacques Hendrick (voir à ce nom), tailleur d'habits, fils de Georges de la ville de Domblans en Ecosse, et de Marie Dromond.

- Marie, baptisée le 4 février 1652.

- Suzanne, baptisée le 16 janvier 1656.

- Anne, baptisée le 12 janvier 1659, épousa, le 1er août 1677 au temple de Saumur, Paul Foucher (voir à ce nom), potier d'étain, de Thouars, fils de Louis Foucher et de Marie Olier.

- Pierre, baptisé le 17 juillet 1661, fut inhumé le 20 juillet 1661.

- Pierre, baptisé le 12 novembre 1662. Il suit en 2°.

- Charlotte, baptisée le 11 mai 1664, épousa le 4 janvier 1687/8 dans l'Eglise de Threadneedle Street le tailleur Abraham Barbier de Preuilly[168].

Pierre Archambault fut inhumé le 28 avril 1676, à l'âge de 58 ans.

 

2° Pierre Archambault, né en 1662, fit acte de reconnaissance en 1681 à Londres devant l'Eglise de Threadneedle Street. Il revint en France pour se marier, le 27 août 1684 au temple de Saumur, avec Esther Foucher (voir à ce nom), de Thouars, fille de Louis Foucher et de Marie Olier. Il repartit en Angleterre avec son épouse et sa soeur Charlotte. Celle-ci se maria le 4 janvier 1688 dans l'Eglise de Threadneedle Street.

Deux enfants de Pierre Archambault et d'Esther Foucher furent baptisés dans l'Eglise d'Hungerford Market : Anne (16 juin 1695), Jean (10 décembre 1699).

Pierre Archambault fut le 24 octobre 1724 dans l'Eglise de Castle Street le parrain de son petit-fils Jean, fils de son fils Pierre et d’Elisabeth X_______[169].

 

3° Jeanne Archambault épousa av. 1655, Philippe Couppé (voir à ce nom).

 

AUBERT chirurgiens

 

1° Avant de s'installer à Saumur circa 1610, Paul Aubert avait été chirurgien à Mouliherne (49). Il épousa Marie Chrestien (voir à ce nom), † 24 février 1640 à Saumur. Leur trois premiers enfants sont nés à Mouliherne et furent baptisés au temple de Baugé ; les autres le sont au temple de Saumur

- Paul, baptisé le 19 février 1604 au temple de Baugé, né à Mouliherne. Peut-être ? est-ce lui qui fut inhumé le 12 mars 1636 à Saumur.

- Marie, baptisée le 19 mars 1605

- Jacques, baptisé le 20 janvier 1607.

- Adam, baptisé le 23 janvier 1611 au temple de Saumur. Il suit en 2°.

- Jean, baptisé le 11 octobre 1615.

- François, baptisé le 29 juillet 1618.

- Isaac, baptisé le 17 octobre 1621.

Paul Aubert (ou ! Obert) fut inhumé le 12 mars 1636 à Saumur et Marie Chrestien le 24 février 1640 à Saumur.

 

2° Adam, chirurgien, né en 1611, † avant le 24 avril 1649, Marie Hubert ; dont quatre enfants :

Louis (10 février 1644), Gustave (14 novembre 1646), Jeanne (19 janvier 1648) et Jean (posthume 24 avril 1649).

 

AUBERT dit LE FONDEUR

 

1° Jérôme Aubert, "le fondeur", fut inhumé le 3 décembre 1635 au temple de Saumur.

 

2° Isaac Aubert, fils de Jérôme, également surnommé "le fondeur", se maria quatre fois. Ses deux premières épouses moururent probablement en couches dans les douze mois suivant leurs mariages : Jeanne Desbordes († 19 février 1640 à Saumur) et Françoise Lenoir († 12 avril 1642 à Saumur).

Isaac Aubert se remaria en troisième noces avec Marie Touzard. Elle lui donna cinq enfants baptisés au temple de Saumur : Marie (7 juillet 1644), Jacques (13 août 1645), Isaac (19 février 1648), Louise (17 mars 1649) et Esther (12 mars 1651).

A nouveau veuf, Isaac Aubert en quatrième noces épousa Anne Trinquant dont il eut six enfants :

Jeanne (1er septembre 1655 au temple de Saumur), Claude (10 janvier 1657), Élisabeth (3 février 1658), Clément (9 mars 1659), Anne (15 août 1660, † 14 octobre 1661) et Paul (25 janvier 1662).

 

AUBERT orfèvre

 

1° Jérémie Aubert, fondeur, de son premier mariage en 1620 avec Jeanne Béritault (voir à ce nom) eut sept enfants :

- Jérémie, baptisé le 4 mars 1621au temple de Saumur, qui suit en 2°.

- Jeanne, baptisée le 3 avril 1622, inhumée le 12 novembre 1622.

- Marie, baptisée le 23 août 1623, † 10 mai 1625.

- Isaac, baptisé 20 octobre 1624, qui suit en 3°.

- Jacob, baptisé le 18 novembre 1626, † 2 septembre 1628.

- Jehan, baptisé le 25 octobre 1628, † 21 février 1630.

- Jehanne, baptisée le 19 juin 1630. C’est elle, sans doute, qui épousa av. 1656, Richard Camin (voir à ce nom), marchand blanchisseur de toiles, né v. 1625, † 6 avril 1676 à Saumur

 

Veuf, Jérémie Aubert se remaria, le 9 mai 1632 au temple de Saumur, avec Marie Langlois (voir à ce nom), veuve de Martin Girard:, dit “les Noyers”. Dont deux enfants :

- Renée, baptisée le 12 décembre 1632 au temple de Saumur.

- André, baptisé le 11 juin 1634.

Jérémie Aubert fut inhumé le 3 décembre 1635 et Marie Langlois le 15 décembre 1641.

 

2° Jérémie Aubert, né en 1621, fils de Jérémie Aubert et de Jeanne Béritault, était maître orfèvre. Il épousa en premières noces Marguerite de Vergemajor. Elle lui donna deux enfants :

Esther (14 janvier 1652) et Jérémie (30 avril 1656).

Marguerite de Vergemajor fut inhumée le 5 octobre 1657.

 

Jérémie Aubert se remaria au temple de Loudun avec Andrée Guichery (voir à ce nom) de cette église, fille d'Abraham Guichery et de Renée Champion. Elle lui donna huit enfants :

Jérémie (17 novembre 1658, inhumé le 23 novembre 1658), Abraham (25 décembre 1660, inhumé le 1er avril 1673), Judic (11 janvier 1662, inhumée le 20 juillet 1662), Hélène (14 mars 1663, inhumée le 3 mai 1663), Anne (25 avril 1664, inhumée le 4 janvier 1674), Renée (28 octobre 1665, inhumée le 23 mars 1672), Jeanne (4 mai 1667, inhumée le 10 juin 1675) et Rachel (25 juillet 1668).

Jérémie Aubert fut inhumé le 31 décembre 1669 à l'âge de 49 ans. Andrée Guichery se remaria le 23 août 1676 au temple de Saumur avec l'orfèvre Philippe Daller d'Angers.

 

3° Isaac Aubert, né en 1624, épousa en 1646 Suzanne Iston (voir à ce nom), fille d'Alexandre Iston et de Suzanne Gondouin, baptisée le 28 novembre 1627 au temple de Saumur. Elle lui donna notamment deux fils : Alexandre (29 avril 1647 au temple de Saumur, inhumé le 22 avril 1652) et Isaac (10 octobre 1649). Le parrain de ce dernier était Isaac Aubert, sieur de Chaumont et la marraine Marguerite de Vergemajor.

 

AUBIN (ou AUBAIN)

 

1° Mathurin Aubin épousa Jehanne Béritault (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Madeleine, baptisée le 24 janvier 1599 au temple de Saumur. C’est sans doute elle qui, † 2 décembre 1656 au temple de Saumur, épousa le 9 avril 1620 au temple de Saumur, Daniel Gouin (voir à ce nom), † 16 octobre 1637 à Saumur.

 

2° Daniel Aubin, † av. 1662, épousa le 9 avril 1617 au temple de Saumur, Catherine Basset (voir à ce nom), † 2 janvier 1662 à Saumur ; dont six enfants :

- Françoise, baptisée le 5 mai 1619 au temple de Saumur.

- Marie, baptisée le 11 mai 1622, probablement † 3 octobre 1657 à Saumur.

- Madeleine, baptisée le 15 février 1626. C’est sans doute elle qui épousa av. 1653, Michel Grudé (voir à ce nom), † 18 février 1657 à de Saumur.

- Françoise, baptisée le 19 mai 1630. C’est sans doute elle qui épousa av. 1655, André Stroup (voir à ce nom), “Suisse de nation”, qui ne sait pas signer.

- Suzanne, baptisée le 11 septembre 1633.

- Daniel, baptisé le 10 août 1636.

 

3° Jehan Aubin, dit “Obinière”, ancien, † 23 mai 1644 à Saumur, épousa Marguerite Chabat (ou “Chabard”), † 22 mars 1628 à Saumur ; dont deux fils :

- Isaac, baptisé le 10 août 1611 au temple de Saumur, † 21 avril 1613.

- Paul, baptisé le 8 mai 1616.

 

4° Jehan Aubin épousa Michelle Poitou; dont deux filles :

Judith (baptisée le 24 août 1603 au temple de Saumur) et Anne († 9 mars 1611).

 

5° Israël Aubin épousa Esther Mellier ; dont deux filles :

Marie († 28 février 1627 à Saumur) et Élisabeth († 15 novembre 1611).

 

6° à noter :

. Mathurin Aubin, de Bessé, épousa le 28 août 1605 au temple de Saumur, Françoise Doublet.

. Mathurine Aubin, † 16 juillet 1623 à Saumur, fille d’un père tonnelier.

. Louise Aubin, † 15 mai 1632 à Saumur, fille de Mr, sieur de la Grange, de Loudun.

. Jeanne Aubin, † 16 avril 1645 à Saumur, épousa av. 1634, Pierre Léglise (voir à ce nom), menuisier, † 29 mars 1646 à Saumur

 

AUBINEAU

 

1° Le marchand Charles Aubineau “ancien”, épousa en premières noces Élisabeth Poitevin (voir à ce nom), que nous croyons fille de Robert Poitevin et d'Isabelle Grouard. Elle lui donna huit enfants :

- Elisabeth, baptisée le 12 août 1607 au temple de Saumur, épousa, le 22 mai 1627 le pasteur Moïse Amirault (voir à ce nom), né 1596, fils de Abel et de Rachel Le Gangneux. Elle fut inhumée le 9 mai 1664.

- Charles baptisé le 16 mai 1610.

- Samuel, baptisé le 12 octobre 1608, † 26 décembre 1613.

- Marie, baptisée le 27 novembre 1611,

- Paul, baptisé le 25 novembre 1613, qui suit en 2°.

- Michel, † 16 novembre 1617.

- Samuel, baptisé 3 janvier 1616, inhumé le 28 avril 1616.

- Nicolas, baptisé 22 avril 1617

Elisabeth Poitevin fut inhumée le 6 octobre 1619 à Saumur. Charles Aubineau se remaria, par contrat passé le 9 juillet 1623 à Loudun (Aubry, notaire), avec Marthe Fourneau, veuve de Charles Motet.

Marthe Fourneau fut inhumée le 31 mars 1633 à Saumur et Charles Aubineau le 22 avril 1652.

 

2° Paul Aubineau, fut marchand. Il épousa Marthe Gourdineau (voir à ce nom), baptisée le 10 avril 1605 au temple de Saumur, fille de Charles et de Françoise Ouvrard. Ils n’eurent pas d’enfants. Paul Aubineau est décédé le 26 mai 1671 à Saumur, âgé de 58 ans. Sa femme fut taxée d’office à 50 livres en 1686 comme “nouvelle convertie” à Saint-Pierre.

 

3° à noter :

. Judith Aubineau († 23 janvier 1655 à Saumur), épousa René Fourneau († av. 1655).

 

AUDEMONT, HAUDEMONT

 

1° Martin Audemont dit"Caboche", fut un temps le "valet de Mr le gouverneur Duplessis-Mornay" avant de devenir marchand. Il épousa, en 1ères noces le 1er mars 1615 au temple de Saumur Françoise Bonestat (voir à ce nom) (ou “ Bonétat ”), qui fut inhumé. le 7 mars 1620 à Saumur Elle lui avait donné trois enfants :

- Philippe, baptisé le 13 janvier 1616 au temple de Saumur, fut inhumé le 7 mai 1616.

- Bénigne, baptisé le 25 janvier 1617.

- Charlotte, baptisée le 15 août 1618, épousa, le 5 février 1645 au temple de Cleusné, siège de l'Eglise de Rennes, François Clermont, maître‑pintier, fils de Georges Clermont et d'Arthure Sillault.

Martin Audemont se remaria, le 13 septembre 1620 au temple de Saumur, avec Suzanne Grillet (voir à ce nom). Elle lui donna au moins deux fils :

- Philippe, baptisé le 13 janvier 1636, probablement † 9 octobre 1662 à Saumur.

- Paul, qui suit en 2°.

Martin Audemont mourut entre 1648 et 1652 en un lieu inconnu. Suzanne Grillet revint à Saumur où elle fut inhumée le 14 juin 1652.

 

2° Paul Audemont, † av. Sept. 1654, était marchand. Il était marié à Anne Guichard, † ap. 1671, dont il eut cinq enfants baptisés au temple de Saumur:

- Suzanne, baptisée le 11 octobre 1648 au temple de Saumur Ses parrains sont son grand-père et sa grand-mère paternels..

- Anne, baptisée le 5 mars 1651.

- Paul, baptisé le 1er mai 1652.

- Renée, baptisée le 18 mai 1653, épousa le 7 juin 1671 au temple de Saumur, Isaac Mingon (voir à ce nom), marchand, né v. 1647, fils de Jean et de Judith Lecercler.

- Andrée, baptisée le 16 septembre 1654, née posthume le 9 septembre.

 

3° Julien Audemont épousa le 29 novembre 1620 au temple de Saumur Rachel Girault (voir à ce nom) ; dont deux enfants : Charlotte (31 octobre 1621 au temple de Saumur) et Bernardin (13 novembre 1624, † 7 mai 1625).

 

AUDINET

 

1° Michel Audinet, sieur de la Ratière et Marthe Raffou, son épouse de Loudun firent baptiser une de leur fille au temple de Saumur : Élisabeth (14 juillet 1644).

 

2° à noter

. Anne Audinet épousa av. 1656, Pierre Le Gangneux (voir à ce nom), huissier.

 

AUDOUYS (ou AUDOUIS)

 

1° Pierre Audouys, marchand pintier, † 3 décembre 1653 à Saumur, épouse Françoise Tassin (voir à ce nom), née v. 1591, † 25 mai 1671 à Saumur. Elle eut cinq enfants :

- Pierre, baptisé le 30 juin 1621 au temple de Saumur, † 6 juillet 1621.

- Renée, baptisée le 28 septembre 1622, † 17 janvier 1625.

- Renée, baptisée le 28 décembre 1625, † 7 août 1629.

- Jehan, baptisé le 2 janvier 1630. Il suit en 2°.

- Loys, baptisé le 24 mars 1632, † 11 avril 1632.

 

2° Le marchand Jean Audouys, à l'âge de 22 ans, épousa en 1652 Anne Peltier (voir à ce nom), baptisée le 21 décembre 1633 au temple de Saumur, fille du marchand orfèvre Jacques Peltier et d'Anne Druet. Elle lui donna dix enfants :

Jean (22 juin 1653 au temple de Saumur), Jean (27 août 1654),, Abraham (29 février 1656, vivant en 1676), Anne (24 octobre 1657, inhumée le 26 juillet 1661), Marie (3 août 1659), Jacques (23 novembre 1661), Fils (né et † 3 septembre 1663), Christine (21 décembre 1664), Pierre (14 février 1666, inhumé le 15 février 1666) et Pierre (15 juin 1672).

Jean Audouys assurait la gestion des deniers du consistoire[170]. En 1685, Son fils Jacques échoua avec son cousin André Peltier dans leur tentative de fuite par la Bretagne et ils durent abjurer le 14 décembre de cette année entre les mains de l'évêque de Saint-Malo. Jean Audouys fut taxé d’office en 1686 à 200 livres comme “nouveau converti” sur Saint-Pierre) ;

 

3° Le rôle des français réfugié à Berlin dressé le 31 décembre 1699 fait état du "Sr. Jean Audouy, régent du collège français, natif de Saumour, sa femme, son frère, deux enfants et un valet"[171].

Bordier précise que Jean Audouys était professeur en éloquence et que son frère s'appelait Pierre et était horloger.

 

AUDROUIN

 

Léonard Audrouin était cordonnier. Il épousa le 12 mai 1613 au temple de Saumur, Marye Jéliotte (ou “Juliotte”). Elle lui donna une fille :

- Madeleine, baptisée le 11 mai 1614 au temple de Saumur. Il est probable qu’il s’agisse de : Madeleine Audroin qui épousa av. 1638, François Miche (voir à ce nom). De même, l’on peut penser que cette même Madeleine Audrouin se remaria, av. 1649, avec Louis Hébert (voir à ce nom).

 

AUVRAY

 

David Auvray, écuyer, sieur du Mesnil (en Normandie), † 22 août 1663 à Saumur, épousa en 1ères noces, Jeanne Champion (voir à ce nom) ; dont deux enfants baptisés au temple de Saumur :

Jean-Georges (4 avril 1649) et Jeanne (25 juin 1651).

David Auvray épousa en 2des noces, Jeanne Charrier (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Marthe, baptisée le 1er novembre 1654 au temple de Saumur.

 

AVELINE

 

Nombreuse famille protestante à Saumur comme à Angers. Il y a également, à Angers, de très nombreux Aveline catholiques, peut-être d’une souche commune.

 

1° Daniel Aveline, sieur de la Sablonnière, protestant, né v. 1570, peut-être fils de Robert Aveline et de Anne Froger (qui sont catholiques), épousa le 15 juillet 1601 au temple de Sorges, Marie Apvril, fille de Mathurin et de feue Catherine Thibaut. Dont, entre autres, un fils qui suit en 2° :

 

2° Jacques Aveline, sieur de la Sablonnière, baptisé le mai 1619 au temple de Sorges, † av. 1673, épousa Anne Daverton, baptisée le 17 février 1619 au temple de Baugé, † ap. 1673, fille de Jean, grenetier à Baugé, et de Anne Belot ; dont quatre enfants :

- Jacques, baptisé le 11 novembre 1649 au temple de Baugé, † 4 mars 1680 à Angers.

- Daniel, baptisé le 22 janvier 1652 au temple de Sorges. Il suit en 3°.

- Paul, baptisé le 8 août 1655 au temple de Sorges.

- Anne, baptisée le 18 mars 1657 au temple de Sorges.

 

3° Daniel Aveline, sieur de la Sablonnière, marchand, né en 1652, épousa le 22 janvier 1673 au temple de Saumur, Renée Boesnier (voir à ce nom), fille de Pierre, sieur du Portal, et de Anne Demonnery. Dont neuf enfants baptisés au temple de Sorges.

*

4° Daniel Aveline, marchand, † av. 1671, épousa, le 27 août 1623 au temple de Saumur, Suzanne Prunier (voir à ce nom), née v. 1600, † 12 septembre 1683 à Saumur. Elle lui donna huit enfants :

- Estienne, baptisé le 12 juin 1624 au temple de Saumur, inhumé le 9 juin 1625.

- Daniel, baptisé le 23 novembre 1625.

- Suzanne, baptisée le 3 octobre 1627, † 26 avril 1630.

- Marie, baptisée le 19 décembre 1632. C’est sans doute elle, † 5 janvier 1659 à Saumur, qui épousa av. 1656, Pierre Bernard (voir à ce nom), avocat, né en 1625, † 3 avril 1679 à Saumur, fils de Paul, sieur de Bouilly, et de Jeanne Drugeon.

- Jean (ou ? Isaac), baptisé le 8 janvier 1634.

- Gabriel, baptisé le 21 janvier 1635.

- Étienne, baptisé le 6 avril 1636, † 19 juin 1636.

- Jacques, baptisé le 9 septembre 1637.

 

5° Pierre Aveline était marchand mercier ; il fut taxé à 20 livres en 1686 comme “nouveau converti”. Il épousa en 1ères noces, Elisabeth Iston, baptisée le 28 novembre 1627 au temple de Saumur, † 10 janvier 1664 à Saumur, fille d'Alexandre Iston et de Suzanne Goudouin. Elle lui donna sept enfants baptisés au temple de Saumur :

Pierre (19 septembre 1654), Jean (12 décembre 1655), Alexandre (24 janvier 1657), Bernardin-Daniel (5 mai 1658, † 10 février 1668), Élisabeth (19 novembre 1659, † 14 mars 1668), Rachel (3 avril 1661) et Ester (1er janvier 1663).

Pierre Aveline se remaria avec Suzanne Giraudeau qui lui donna sept enfants :

Suzanne (30 mai 1666 au temple de Saumur, † 22 juillet 1666), Louis (17 août 1667, † 29 janvier 1669), Suzanne (3 novembre 1669), Louis (26 avril 1671, † 15 février 1672), Isaac (20 juillet 1672, inhumé le 1er avril 1675), Judith (14 janvier 1674, † 10 septembre 1676) et Anne (23 juin 1675).

 

Esther Aveline de Saumur, âgée de 20 ans, fit acte de reconnaissance le 27 juin 1686 dans l'église de la Savoye[172].

 

6° Pierre Aveline, arquebusier, probablement † 10 mai 1627 à Saumur, épousa le 28 mai 1623 au temple de Saumur, Louise Motel (voir à ce nom) ; dont deux enfants :

Renée (17 avril 1625 au temple de Saumur, † 28 février 1631) et Pierre (1er décembre 1626).

 

7° à noter :

. Pierre Aveline, d’Angers, † 16 septembre 1617 à Saumur.

. Louise Aveline, † 16 mai 1627 à Angers, épousa Gamaliel Peltier (voir à ce nom), † av. 1611. Dont postérité.

. Jacques Aveline, † 5 septembre 1637 à Saumur.

 

BAERT (ou BART)

 

Adrien Baert, né circa 1658, marchand à Tours épousa, le 8 février 1682 au temple de Saumur, Catherine Van Rossun (voir à ce nom). Baptisée le 4 avril 1660 au temple de Saumur, elle était la fille d'un marchand hollandais de cette ville, Goossen Van Rossinn, et de Catherine Pieters. Leur première né :

- Abraham, fut baptisé le 20 décembre 1682 au temple de Tours. Il mourut le 29 décembre suivant à Tours[173].

Adrien Baert et Catherine Van Rossinn s'établirent l'année suivante à Nantes où leur fille :

- Catherine, vit le jour le 25 novembre 1683. Elle fut baptisée le 26 au temple de Sucé.

"[Catherine] Vanrosse femme d'Adrien Bart marchand, native de Saumur, âgée de 28 ans s'est depuis retirée en hollande avec une fille âgée de deux ans, son mary marchand trafiquant sur mer est resté en cette ville"[174].

 

BAILLERGEAU

 

René Baillergeau de Montreuil-Bellay et Marie Le Clerc, son épouse, firent baptiser au temple de Saumur leur fille : Marie (3 février 1649). Ils étaient habituellement membres de l’Eglise de Loudun où ils firent baptiser sept enfants en 1642, 1643, 1644, 1645, 1646, 1650 et 1653.

 

BAILLY (ou BAILLIF)

 

Simon Bailly, bonnetier, † 12 octobre 1640 à Saumur, épousa Marie Girard (voir à ce nom), née v. 1610, † 13 avril 1674. Dont trois enfants :

- Suzanne, née vers 1633, épousa le 16 octobre 1675 au temple de Saumur, Claude Favre (voir à ce nom) (ou “Faure”), tailleur d’habits, né v. 1613, † ap. 1682, veuf de Marie (Baillie).

- Isaac, baptisé le 6 février 1636 au temple de Saumur.

- Élisabeth, baptisée le 27 mai 1640, épousa le 2 août 1676 au temple de Saumur, Henri Nobileau (voir à ce nom), libraire, baptisé le 19 novembre 1643 au temple de Saumur, fils de Pierre, chapelier, et de Judith Guicherit.

 

BANCELIN (ou BANSELIN)

 

Michel Bancelin épousa Marie Dandrillon (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Moyse, baptisé le 9 septembre 1657 au temple de Saumur

 

BAUS (ou BEANS , BAS)

 

Hugues Baus, horloger, orfèvre, † ap. 1624, épousa le 27 janvier 1613 au temple de Saumur, Marye Frémont (voir à Fromont), † 5 janvier 1624 à Saumur ; dont cinq enfants baptisés au temple de Saumur:

Élisabeth (12 janvier 1614), Jehan (30 mai 1618), Jacob (22 décembre 1619), Judith (25 septembre 1622) et Jacques (24 décembre 1623).

Judith Baus épousa le marchand Henri Demahis. Elle lui donna trois enfants à Saumur. Elle était veuve en 1663 et abjura le 6 octobre 1685 dans l’église Saint Médard de Thouars.

 

BARBESORE (ou BARBESOLLE)

 

Les Barbesore protestants sont presque aussi nombreux à Angers qu’à Saumur. Nous n’avons pas trouvé, pour ceux de Saumur, les liens qui les rattachent certainement les uns aux autres.

 

1° Gabriel Barbesore, marchand pelletier, marchand “pélissonier”, † ap. 1686, épouse en 1ères noces Esther Le Nain, † 12 novembre 1665 à Saumur ; elle est peut-être la fille de N... Le Nain et de Suzanne Bourgeois (qui est inhumé. le 28 décembre 1657 à Saumur). Dont dix enfants :

- Suzanne, qui ne sait pas signer, baptisée le 5 mars 1645 au temple de Saumur † ap. 1669, qui épousa François de Lhommes, marchand pelletier.

- Pierre, baptisé le 20 janvier 1647.

- Françoise, baptisée le 10 mai 1648.

- Élisabeth, baptisée le 10 avril 1650.

- Françoise, baptisé le 14 avril 1652.

- Moyse, baptisé le 25 septembre 1653, † 28 septembre 1656.

- Jacques, baptisé le 28 février 1655.

- Marie, baptisée le 25 mars 1657.

- Louis, baptisé le 22 septembre 1658. Il suit en 2°.

- Élisabeth, baptisée le 23 mai 1660, † 8 février 1662.

Gabriel Barbesore épousa en 2des noces 16 septembre 1666 au temple de Tours, Élisabeth Marchand (voir à ce nom), † ap. 1686, fille de Pierre et de Suzanne Moïse. Dont cinq enfants :

- Gabriel, baptisé le 7 avril 1669 au temple de Saumur, † 11 avril 1669.

- Pierre, baptisé le 6 avril 1670.

- Marie-Suzon, baptisée le 14 août 1672, † 15 octobre 1679.

- Hélène, baptisée le 18 avril 1677, † 24 septembre 1677.

- Jean-Gabriel, né le 5 et baptisé le 12 octobre 1681 au temple de Tours.

 

2° Louis Barbesore (ou “Barbesole”), né en 1658, épousa dans la Religion catholique, avant 1708, Marie Geneviève : dont un fils :

- François, baptisé le 21 février 1708 à Saint-Pierre de Saumur.

 

3° Isaac Barbesore, marchand, porté en 1686 sur le rôle des “nouveaux convertis”, épousa Élisabeth Ollier (voir à ce nom), baptisée le 22 décembre 1635 au temple de Saumur, † ap. 1686, fille de Florentin et de Madeleine Daveau. Dont deux enfants baptisés au temple de Saumur :

Élisabeth (24 novembre 1657, † 8 février 1662) et Isaac (1er décembre 1658).

 

4° à noter :

. Martin Barbesore, † 9 novembre 1658 à Saumur, est ? peut-être le grand-père de Suzanne Barbesore dont il est le parrain en 1645.

. Marguerite Barbesore épousa av. 1648, Isaac Boti (voir à ce nom).

. Marguerite Barsore (la même ? que la précédente), née v. 1627, † 2 mai 1680 à Saumur, épousa av. 1654, André Puisencourt (voir à ce nom), manchonnier.

. Judith Barbesore épousa av. 1656, Jean Begain (voir à ce nom).

 

BASSET

 

1° Daniel Basset, mégissier, sans doute † 10 décembre 1663 à Saumur, épouse le 16 juillet 1617 au temple de Saumur, Andrée Godin (voir à ce nom), † 5 février 1667 à Saumur ; il eut sept enfants dont cinq furent baptisés au temple de Saumur :

Daniel (20 novembre 1619, † 18 août 1622), Suzanne (7 juin 1623, † 31 janvier 1627), Daniel, († 31 décembre 1626), Suzanne (13 mai 1629 au temple de Saumur), Marthe (18 juin 1634), Isaac (26 février 1640) et Daniel († 9 janvier 1643).

 

2° Georges Basset, dit “le Bois”, de Caen, † 16 septembre 1616 à Saumur, épousa Renée Berthoys ; dont un fils :

- Georges Basset, † 29 septembre 1613 à Saumur.

 

3° à noter

. Martin Barbesore épousa le 1er Janvier 1614 au temple de Saumur, Marye Largerye (voir à ce nom) ; dont neuf enfants baptisés au temple de Sorges.

. Catherine Basset, † 2 janvier 1662 à Saumur, épousa le 9 avril 1617 au temple de Saumur, Daniel Aubin (voir à ce nom), † av. 1662.

. Anne Basset épousa le 22 juillet 1618 au temple de Saumur, Laurent Masier (ou ? Mazurier), soldat.

. Jehan Basset, esperonnier, † 23 septembre 1616 à Saumur.

 

BASTIDE

 

Pierre Bastide épousa Charlotte Lattay; dont quatre enfants baptisés au temple de Saumur :

Charlotte (22 septembre 1638), Catherine (4 décembre 1639), Louis (11 novembre 1640) et Jeanne (6 novembre 1641).

 

BAZIN (ou BASIN)

 

1° Isaac Bazin, sieur de Crémoux de Blois, fils de Jean Bazin, ambassadeur de Charles IX en Pologne, et de Catherine Gaillard, fut député général de la R.P.R. en 1626 auprès de Louis XIII. Il eut entre autres, de son second mariage avec Marie Maillard, fille de Claude Maillard, médecin ordinaire du Roi à Orléans, deux filles :

- Suzanne, baptisée le 29 juillet 1622 au temple de Blois, épousa le 20 novembre 1650 au temple de Blois, François Bernard (voir à ce nom), sieur de Hautmont, veuf de Élisabeth Amirault, fils de Paul, sieur de Bouilly, et de Jeanne Drugeon. Elle fut inhumée le 2 avril 1657 à Saumur.

- Élisabeth, baptisée le 21 mai 1621 au temple de Blois, épousa le 24 avril 1644 au temple de Blois Jean Philipponeau (voir à ce nom). Elle fut inhumée le 31 octobre 1662 à Saumur.

 

2° à noter :

- Isaac Bazain, escolier de Blois, † 2 novembre 1626 à Saumur

 

BEAUJARDIN

 

1° Bérard de Beaujardin, né v. 1618, fils de Mathieu de Beaujardin, pasteur de Bergerac, et de Françoise de Teustac, devint ministre à Saumur en 1643. Il épousa le 17 novembre 1647 au temple de Sorges Jeanne Huet (voir à ce nom), fille de Pierre Huet, conseiller du Roi, et d'Anne Lestoc, baptisée le 2 novembre 1625 au temple de Sorges. Ils eurent deux enfants :

- Louis, baptisé le 20 décembre 1648 au temple de Saumur

- Jeanne, baptisée le 24 janvier 1652, épousa le 25 décembre 1678 à Saumur Isaac Husson (voir à ce nom), sieur de la Platerie, avocat au Parlement.

En 1685, Bérard de Beaujardin partit à La Rochelle chez sa fille où il abjura entre les mains de l'évêque Henri de Laval. Il reçut une pension annuelle de 400 livres. Il mourut en 1693 à l'âge de 75 ans.

 

2° à noter :

. Ester Beaujardin, fille de Mlle de Beaujardin, † 24 mars 1645 à Saumur.

 

BEGAIN

 

1° Jérémie Begain, dit “Fontaine”, paraît avoir épousé en 1ères noces Simonne ...?..., dont une fille :

- Marie, † 1er mars 1618 à Saumur.

Jérémie Begain se remaria avec Isabelle Chartier ; dont trois enfants au temple de Saumur :

Ester (14 février 1618, † 1er mars 1618), Antoine (21 avril 1619, † 30 novembre 1626) et Renée (12 septembre 1621, † 4 novembre 1626).

 

2° Jean Begain (ou ? Rogain) épousa Judith Barbesore (voir à ce nom) (ou ? Barbier) ; dont une fille :

- Suzanne, baptisée le 22 février 1656 au temple de Saumur

 

3° à noter :

. Anne “Begueain”, “la femme à Des Marchais” ? , † 10 novembre 1640 à Saumur

 

BELHOMME

 

Les Belhomme protestants sont assez nombreux à Baugé.

 

1° Jean Belhomme, sargetier, † 18 septembre 1661 à Saumur, épousa Louise Blanpin (voir à ce nom) (ou “Blancpain”), baptisée le 21 janvier 1624 au temple de Saumur, fille de David et de Anne Cailleau; dont cinq enfants baptisés au temple de Saumur :

Jean (1er février 1654, † 23 août 1656), David (12 janvier 1656), Michel (8 avril 1657, † 12 novembre 1661), Jean (25 janvier 1659) et Marthe (6 mars 1661, † 2 janvier 1662).

 

2° à noter :

. Marthe Belhomme épousa av. 1602, ...?...Goinier. Dont un fils : Alexandre Goinier, baptisé le 29 mai 1602 au temple de Saumur.

. René Belhome épousa le 24 juin 1612 au temple de Saumur, Marye Guillon.

. Henriette Belhomme, née v. 1624, † 22 septembre 1678 à Baugé, fille de Jacques Belhomme, ancien de l’église de Baugé, et de Jeanne Panchèvre, épousa av. 1647, Jacques Wimmers (voir à ce nom), né v. 1619, † catholique, le 27 avril 1681 à Baugé, fils de Jacques et de Judith Aveline.

. Jean-Joseph-René Belhomme, fils de Jean et de Renée Jolly, épousa le 24 avril 1713 à Saint-Michel-du-Tertre à Angers, Marie-Dorothée Wimmers (voir à ce nom), baptisée le 31 octobre 1683 au temple de Sorges, fille de Jean, orfèvre à Angers, et de Catherine Crispin (voir à Crespin).

 

BELOCIER (ou BELOSSIER)

 

1° Thomas Belossier, dit “la Fontaine”, de La Flèche, † 16 janvier 1643 à Saumur, fils de Thomas et de Renée Renaux, épousa le 3 juin 1601 au temple de Sorges, Marie Michel (voir à ce nom), de Beaufort, † 27 novembre 1615 à Saumur, fille de René et de Marie ...?...; dont six enfants, parmi lesquels l’aîné, seul, est baptisé au temple de Baugé et les autres eu temple de Saumur :

Daniel (30 juin 1604, † 26 avril 1611) . Renée (28 août 1605), Judith (26 août 1607), Marie (11 février 1609, † 25 février 1609), Daniel (27 avril 1611) et Anne (10 novembre 1613).

 

2° Thomas Blocier (peut-être le précédent ? ou ? le suivant), soldat ; épousa Marie Périgois ; dont une fille :

- Marie, baptisée le 13 janvier 1621 au temple de Saumur

 

3° Thomas Belocier, dit “la Fontaine”, † 9 janvier 1643 à Saumur, épousa Isabelle Trigallou (voir à ce nom), baptisée le 11 octobre 1609 au temple de Saumur, † 16 janvier 1640 à Saumur, fille de Thomas et de Isabelle Tourault ; dont trois enfants baptisés au temple de Saumur :

Jacques, (11 avril 1635), Élisabeth (21 octobre 1637) et Marie (18 janvier 1640).

 

4° à noter :

. N... Belocier, sieur de la Fontaine, † av. 1674, épousa Anne Bardet, née v. 1600, † 31 décembre 1674 à Saumur.

Anne Belocier épousa av. 1637, Pierre Cabarat (voir à ce nom), marchand chapelier, † entre 1661 et 1674, sans doute remarié à Jeanne Léglise.

 

BENOIST (ou BENOÎT)

 

1° Georges Benoist, bourgeois de Genève, est sans doute le fils de Jacques Benoist (de Champrons, en Dauphiné) et de Jeanne Salette. Il épousa le 2 novembre 1575, Salomé Cop, fille de Michel Cop, ministre à Genève. dont un fils qui suit en 2°.

 

2° Le docteur en médecine Jean Benoist, né sans doute à Genève v. 1685, † 7 mars 1664 à Saumur, sur la recommandation de Casaubon, avait été appelé en 1609 par Duplessis Mornay pour occuper la chaire de grec à l'Académie. Il publia des éditions de Lucien, de Pindare et d'Horace. Voir un long article à son nom dans Célestin Port et dans Haag.

Jean Benoist épousa, le 4 novembre 1611 au temple de Saumur, Madeleine Grimaudet (voir à ce nom), née v. 1592, † 20 août 1627 à Saumur, fille de Pierre Grimaudet, sieur de Fontaine, receveur des aides en l'élection de Saumur, et de Madeleine de La Noue. Elle lui donna dix enfants:

- Magdeleine, baptisée 16 octobre 1613 au temple de Saumur.

- Suzanne, baptisée 24 décembre 1614.

- Perrine, baptisée 10 janvier 1616, inhumée le 17 août 1620.

- Samuel, baptisé 25 avril 1617, fut médecin. Il fut inhumé le 15 juillet 1657 à Saumur.

- Marie, baptisée 4 juillet 1618.

- Philippe, baptisé 14 août 1619, médecin, † ap. 1681.

- Jehan, baptisé 20 septembre 1620, † 12 mai 1625.

- Jean, médecin, baptisé le 24 octobre 1621, † 7 mars 1664 à Saumur.

- Perrine, baptisée 4 décembre 1622, inhumée le 30 novembre 1625.

- Jean, baptisé 19 avril 1626. Il suit en 3°.

 

3° Jean Benoist, sieur de Clermont, né en 1626, † 30 décembre 1678 à Saumur, épousa Anne Dusoul (voir à ce nom), fille de Isaac, professeur à l’Académie, et de Aimée Besly, eut huit enfants :

- Anne, baptisée le 24 octobre 1666 au temple de Saumur.

- Jean, baptisé en septembre 1668 au temple de Loudun.

- Marie, baptisée le 22 décembre 1669 au temple de Saumur..

- Anne, baptisée le 1er janvier 1671 dont le parrain était le ministre de Loudun, Jacques Guiraud.

- Suzanne, baptisée le 11 décembre 1672 dont la marraine était sa tante, Suzanne Dusoul, femme du ministre Jacques Guiraud.

- Philippe, né le 6 septembre, baptisé le 11 septembre 1674 par Jacques Guiraud “dans la maison de Belisson”.

- Jean, né le 24 décembre 1677, baptisé le 18 janvier 1678.

- Benjamin, posthume, né le 8 1, baptisé le 1er février 1679.

 

4° à noter :

. Marie Benoît épousa av. 1619, Louis Guyon (voir à ce nom), imprimeur, † 23 mars 1628 à Saumur.

 

BÉRANGER (ou BELLANGER)

 

1° Isaac Bérenger, dit “la Vigne”, graveur, de Blois, † 14 décembre 1626 à Saumur, épousa le 15 juillet 1618 au temple de Saumur, Madeleine Masson (voir à ce nom) ; dont trois enfants :

Espérance († 31 septembre 1626 à Saumur), Isaac (26 mai 1621) et Anne (13 septembre 1623, † 27 janvier 1627).

 

2° à noter :

. Espérance Bellanger épousa le 28 octobre 1618 au temple de Saumur, Jean Lelong. Dont un fils ; Isaac Lelong, baptisé le 29 juillet 1620 au temple de Saumur.

. Espérance Béranger (mais elle signe “Bellanger”), † 1er août 1661 à Saumur, épousa av. 1653, Mathieu Coutant (voir à ce nom), fourbisseur d’épées, † 16 août 1670 à Saumur, remarié à Suzanne Druet.

 

BÉRITAULT (ou BERTAULT)

 

1° Israël Béritault, arquebusier, † 12 septembre 1631 à Saumur, épousa le 19 septembre 1627 au temple de Saumur, Anne Langlois (voir à ce nom), † 13 septembre 1631 à Saumur ; dont trois enfants :

Jérémie (26 juillet 1628 au temple de Saumur, † 31 juillet 1628), Marie (26 août 1629) et Israël († 24 janvier 1630).

 

2° à noter :

. Jeanne Béritault épousa av. 1599, Mathurin Aubin (voir à ce nom).

- Marie Béritault épousa av. 1615, Jacques Olivier (voir à ce nom), sieur de la Coisette, prévôt des maréchaux de France.

. Jeanne Béritault, † 3 septembre 1631 à Saumur épousa av. 1621, Jérémie Aubert (voir à ce nom), orfèvre, † 3 décembre 1635 à Saumur, remarié à Marie Langlois.

. Renée Béritault épousa av. 1631, Paul Rabotteau (ou ? “Ribotteau”).

- Renée Béritault (la même ? que ci-dessus), née v. 1603, † 23 mars 1671 à Saumur, épousa Yves Serrault (voir à ce nom) (ou “Senault”), né v. 1602, † 4 octobre 1677 à Saumur.

. Esther Béritault, † 10 octobre 1662 à Saumur.

 

BERNARD (voir BESNARD)

 

Les Bernard, protestants, sont plutôt à Saumur ; tandis que les Besnard, protestants, sont plutôt à Angers.

 

1° Paul Bernard, sieur de Bouilly, né v. 1574 et † 19 janvier 1662 à Saumur, succéda en 1618 à son beau-père comme avocat du Roi en la sénéchaussée de Saumur ; nous pensons que c’est lui que Célestin Port appelle “ François ” et qu’il dit “ député par l’Anjou à l’assemblée politique de Gergeau en 1608 et trois ans plus tard à celle de Saumur ”. Sous ce prénom de “ François ”, Célestin Port signale à la B. N. un manuscrit: Aucunes épîtres de deux jeunes hommes français ou Correspondance supposée d’Espeville et de Haultmont sur la religion réformée (Mss. français 2391).

Paul Bernard épouse Jeanne (ou “ Anne-Jehanne ”) Drugeon (voir à ce nom), baptisé le catholique 26 août 1589 à Saint-Pierre de Saumur, † 7 octobre 1574 à Saumur,, fille de l'avocat du roi François Drugeon (voir à ce nom), sieur de Hautmont[175] à Rou-Marson, et de Marguerite Deshayes ; ils eurent seize enfants :

- Philippe, baptisé le 20 décembre 1609 au temple de Saumur, dont le parrain était Philippe de Mornay, gouverneur de Saumur. Il suit en 2°.

- Marguerite, baptisée le 24 avril 1611, † 11 mai 1664 à Saumur, épousa, p. c. du 26 octobre 1643, l'écuyer Pierre Gendrault (voir à ce nom), sieur de Chambon, né v. 1607, † 10 mars 1675 à Saumur, fils de Jean et de Marie de Puygirault. Elle décéda le 11 mai 1664.

- François, sieur de Haultmont, baptisé le 11 juillet 1612, qui suit en 3°.

- Jeanne (ou ? Robert), baptisée le 16 avril 1614

- Paul, baptisé le 10 mai 1615, fut inhumé le 10 septembre 1629.

- Jehanne, baptisée le 11 septembre 1616, † 22 octobre 1616.

- Jean, baptisé le 26 novembre 1617, † 14 avril 1619.

- Jean, baptisé le 14 avril 1619.

- Jeanne, baptisée le 27 septembre 1620, épousa Philippe Niotte (voir à ce nom), sieur des Barballières, taxé comme “nouveau converti en 1686, baptisé le 22 mai 1624 au temple de Saumur, fils de Philippe, grenetier, et de Marie Chiton.

- Jean, baptisé le 20 juillet 1622, † 18 septembre 1626.

- Suzanne, baptisée le 24 janvier 1624, † 21 janvier 1627.

- Pierre, baptisé le 23 mars 1625. Il suit en 4°.

- Moïse, baptisé le 29 septembre 1627. Nous considérons que c’est lui, “avocat”, qui est taxé d’office à 150 livres en 1686 au rôle des “nouveaux convertis” ; c’est encore lui (Célestin Port, 2de éd.) : Moïse Bernard, sieur de Morin, avocat au Parlement de Paris et au sièges royaux de Saumur, qui abjure le 23 février 1686 à Saint-Pierre deBesançon, ayant échoué dans sa tentative de passer en Suisse[176].

- Élisabeth, baptisée le 16 septembre 1629, † 20 septembre 1629.

- Paul, baptisé le 31 août 1631, inhumé le 1er septembre 1631.

- Élisabeth, baptisée le 22 mai 1633, probablement † 9 juin 1666 à Saumur.

 

2° Philippe Bernard, sieur de Bouilly, né en 1609, fut, nous semble-t-il, doyen des avocats du parlement de Paris ; en Sept. 1662, il épousa en 1res noces, Jeanne Jaubert, née v. 1607, † en 1670; il se remarie avec Dorothée Froment. Il parait avoir eu, du 1er lit, un fils :

- ...?..., qui figure sur la liste des membres du Consistoire de Paris en 1685.

 

3° L'avocat François Bernard (voir l’article de Célestin Port), sieur de Haultmont, comme son grand-père maternel, et son père, exerça la charge d'avocat du Roi. Il participa en 1677 comme commissaire du Roi au Synode provincial de Touraine. S’étant converti à la Révocation, il obtint en 1687 une pension de 1 200 livres. Il a laissé des Notes pour servir à l’histoire de Saumur. Á La B. N. : une Ode à Mme de Maintenon (Mss. 2221) et un poème héroïque sur les actions de Louis XIV (Mss. 2289).

François Bernard épousa en premières noces en 1643 Elisabeth Amyraut (voir à ce nom), baptisée le 18 novembre 1629 au temple de Saumur, fille de Moïse Amyraut et d'Elisabeth Aubineau. Elle décéda prématurément au bout de 18 mois de mariage et fut inhumée le 14 avril 1645 à Saumur.

Après cinq ans de veuvage, François Bernard de Haultmont épousa en secondes noces le 20 novembre 1650 au temple de Blois Suzanne Bazin (ou “Basin”), baptisée le 29 juillet 1622 au temple de Blois, fille de l'avocat au Parlement Isaac Bazin, sieur de Crémoux et de Chenay, député en 1626 de La R.P.R. auprès de Louis XIII, et de Marie Maillard. Elle lui donna cinq enfants :

- Paul, baptisé le 21 janvier 1652 au temple de Saumur.

- François, baptisé le 5 janvier 1653.

- Marie, baptisée le 28 juin 1654, épousa Jacques Le Bigot (voir à Bigot), sieur de la Chouannière (à Longué), commandant des vaisseaux du Roi, † av. 1704.

- Isaac, baptisé le 20 juin 1655.

- Suzanne, baptisée le 4 février 1657.

Suzanne Bazin fut inhumée le 20 avril 1657 à Saumur à l'âge de 35 ans.

 

4° Pierre Bernard, né en 1625, avocat en Parlement, † 3 avril 1679 à Saumur, épousa Marie Aveline (voir à ce nom), probablement baptisée le 10 décembre 1632 au temple de Saumur, † 5 janvier 1659 à Saumur, fille de Daniel, marchand et de Suzanne Prunier. Dont deux filles :

Suzanne (28 juin 1656 au temple de Saumur, † 11 juin 1659) et Jeanne (7 octobre 1657, † 17 avril 1671).

 

5° à noter :

- Élisabeth Bernard, soeur de Paul Bernard (en 1°), † 5 mars 1647 à Saumur, épousa v. 1611, Noël Houel, receveur des tailles de l’élection de Saumur, † entre 1625 et 1630. Pas d’enfants baptisés à Saumur. Il s’agit sans doute de Noël (Du) Houel, secrétaire de la Chambre du Roi, fils de Guillaume (de Houdan, au comté de Montfort-l’Amaury) et de Jeanne Thoullery, qui épousa en 1ères noces, c m. du 28 juillet 1603, Françoise Le Beuf, baptisée le 6 juillet 1585 à Saint-Pierre de Saumur

 

BERNARD (horlogers , du Mans)

 

L'horloger Élie Bernard, fils d'Élie Bernard, horloger († av. 1681), et d'Esther Renoul (ou ? “Arnoul”), était originaire du Mans. Il épousa, le 2 février 1681 au temple de Saumur, Catherine Chapeau (voir à ce nom), fille du marchand Jean Chapeau et de Catherine Bernaudeau, baptisée le 10 mars 1641 au temple de Saumur.

Elie Bernard et Catherine Chappeau réussirent à s'enfuir à Jersey en 1688 où ils abjurèrent la religion romaine le 12 mai de cette année à Saint-Hélier. Ils s'établirent à Southampton et devinrent membres de l'Eglise wallonne de cette ville.

Catherine Chapeau mourut le 1er juillet 1694 à Southampton à l'âge de 53 ans. Élie Bernard se consola très vite du décès de son épouse. Le 15 juillet suivant, il épousa Marquise Breton (Berthon) de Châtellerault[177].

 

BERTHE de FLEURY (voir à FLEURY)

 

BESNARD (voir BERNARD)

1° Gabriel Besnard, apothicaire à Angers, épousa le 1er décembre 1647 au temple de Sorges, Madeleine Pelletier ; dont un fils, qui suit en 2°.

 

2° Gabriel Besnard, apothicaire à Angers, bourgeois, baptisé le 23 novembre 1653 au temple de Sorges, épousa le 8 mai 1681 au temple de Saumur, Anne Peltier (voir à ce nom) (ou “Lepeltier”), baptisée le 24 septembre 1662 au temple de Saumur, qui abjure peu avant sa mort, † 18 mai 1738 à Saint-Pierre de Saumur, fille de Jacques Peltier, orfèvre, et de Anne Girard ; dont cinq enfants :

- Jacques, baptisé le 22 février 1682 au temple de Sorges.

- Gabriel, baptisé le 17 janvier 1683 au temple de Saumur, † 7 mars 1713 à Saint-Pierre de Saumur.

- Noé, baptisé le 20 février 1684 au temple de Sorges.

- Anne, baptisée le 14 février 1694 à la Trinité à Angers, qui abjure cependant en 1707, † 18 mai 1761 à Saint-Pierre de Saumur, épousa en 1ères noces 6 août 1720 à Saint-Pierre de Saumur, Moïse Poitevin (voir à ce nom), fils de Moïse et de Suzanne Martin; elle épousa en 2des noces 4 mai 1733 à Saint-Pierre de Saumur, Jean Dussol (voir à Du Soul), sieur du Cros, contrôleur des aides, fils de Bernard, avocat, et de Marie de Boisneux.

- Pierre, † ap. 1720.

 

3° Paul Besnard épousa av. 1660 Anne Thomas (voir à ce nom) ; dont deux enfants :

Anne (16 mai 1660 au temple de Saumur) et Paul (14 août 1661).

 

4° à noter :

. Élisabeth Besnard (ou ? Bernard), inhumé. 8 septembre 1620 à Saumur, fille de Abdias et de Élisabeth Mahiet, épousa par contrat de mariage du 14 août 1616 à Tours, Philippe Grangeon (voir à ce nom), régent de la 3me, inh. 23 septembre 1626 à Saumur, remarié à Perrine Lebec.

 

BEYMAN (ou BESMANN , BEIMANN)

 

Georges Beyman était tailleur d'habits. Il épousa en 1660 Marie Cruchon (voir à ce nom), baptisée le 5 juin 1633 au temple de Saumur, fille de Troïle Cruchon et de Catherine Vallet (ou Vallée). Ils eurent neuf enfants :

- Philippe, baptisé le 6 février 1661 au temple de Saumur, inhumé le 24 novembre 1661.

- Jeanne, baptisée le 12 août 1663.

- Anne, baptisée le 15 novembre 1665.

- Marie, baptisée le 2 septembre 1668.

- Marguerite, baptisée le 10 août 1670.

- Suzanne, baptisée le 15 février 1672, fut inhumée le 27 mars 1674.

- Henri-Georges, baptisé le 8 juillet 1674, eut pour parrain Henri Schruden, raffineur. Il fut inhumé le 3 novembre 1676.

- Isaac, baptisé le 7 juillet 1675, inhumé le 9 août 1676.

- Esther, baptisée le 17 juillet 1678.

Georges Beyman fut inhumé le 25 novembre 1684 à Saumur à l'âge de 54 ans. En septembre 1685, Marie Cruchon donna quinze francs à sa fille Marguerite et la confia à Mme de Superville pour aller à Nantes où elles retrouvèrent une autre Saumuroise Mme Casamajore. Marguerite fut arrêtée le 17 octobre 1685 sur l'ordre du procureur André Boussineau[178].

Jeanne et Marie "Baymant", plus chanceuses que leur sœur Marguerite, réussirent à se réfugier en Angleterre. Jeanne épousa à Londres le maître-cordonnier Arnaud Casaubil. Leur premier né, Arnaud, fut baptisé le 5 mars 1689 dans l'Eglise d'Hungerford Market. Marie Baymant était la marraine[179]. Damelle Marie "Baymont" fut le 20 mai 1698 dans l'Eglise du Carré la marraine de Catherine, fille de Philippe Renou et de la Saumuroise Catherine Duperat[180]. Marguerite réussit toutefois à rejoindre Londres et obtint notamment des secours du Royal Bounty en 1709 et 1715.

 

BIGEARD

 

Ésaïe Bigeard épousa Marie Fardeau; dont deux enfants :

Olivier (16 août 1648 au temple de Saumur) et Suzanne (3 septembre 1651).

 

BIGOT (de la Chouannière , ou LE BIGOT)

 

1° Pierre Bigot, habitant la Bilange, † ap. 1629 († soit en 1630, soit en 1634), épousa Marie Dufour (voir à ce nom) ; † 5 mars 1624 à Saumur ; dont deux enfants :

Pierre (25 mars 1606 au temple de Saumur, † soit en 1630, soit en 1634), Anne († 17 mars 1610) et Marthe († 2 février 1617).

 

2° à noter :

. Françoise Bigot, des Rosiers, épousa av. 1601, Paul Pelletier (voir à ce nom), de Bessé.

. Guionne Bigot épousa le 12 novembre 1617 au temple de Saumur, Pierre Gohier

. Élisabeth Bigot épousa le 1er mai 1626 au temple de Saumur, Jean David (voir à ce nom), sieur de Boismignon, † 23 décembre 1659 à Saumur, sans doute veuf en 1ères noces de Françoise Prieur.

. Marie Bigot épousa av. 1627, Jean Ouzan (voir à ce nom), dit “Rivière”, veuf de Hélène Gouin.

. Isaac Bigot, sieur de (Lorsandière), avocat, † 25 avril 1627 à Saumur

. Robert Bigot, sieur de la Chouannière, est le père de Isabelle, † 12 novembre 1626 à Saumur

. Marguerite Bigot de la Chouasnière, née v. 1625, baptisée le 8 octobre 1683 au temple de Saumur.

. Martin Bigot, receveur et garde au mesurage du sel à Saumur, est le père de Anne , qui épousa le 31 août 1638 au temple de Sorges, Jean Olivier (voir à ce nom), sieur du Bouchet, commissaire provincial d’artillerie.

. Pierre Bigot, † 2 mai 1630 à Saumur.

. Pierre Bigot, † 11 janvier 1634 à Saumur.

. Madeleine Bigot épousa av. 1635, Daniel Bourceau (voir à ce nom), peut-être † 12 octobre 1650 à Saumur.

. Jacques Le Bigot, sieur de la Chouannière (à Longué), commandant des vaisseaux du Roi, † av. 1704, épousa Marie Bernard (voir à ce nom) de Hautmont, baptisée le 28 juin 1654 au temple de Saumur, † ap. 1704, fille de François, avocat à Saumur, et de Suzanne Bazin.

 

BILLÉ

 

Jean Billé, régent de la seconde classe en 1677, né v. 1633, † 15 novembre 1677 à Saumur, épousa Élisabeth Genest (voir à ce nom), baptisée le 21 novembre 1625 au temple de Saumur, fille de Paul, sieur des Mousseaux, et de Marie Delavau; dont cinq enfants :

Jean (7 août 1661 au temple de Saumur, † 23 mars 1662), Isaac (28 avril 1664, † 26 août 1664), Jean (jumeau du précédent, † le même jour), Élisabeth ( 3 janvier 1666) et Jeanne (2 septembre 1669, † 10 décembre 1669).

 

BIRGAN

 

Philippe Birgan, sieur du Bignon, “professeur en langue hébraïque”, † 24 juillet 1611 à Saumur, épousa Jeanne Chérotin, † 6 février 1611 à Saumur ; dont une fille :

Sarah, baptisée le 18 mars 1607 au temple de Saumur

 

BLAIN (ou BLAIS)

 

André Blain, peut-être mort 2 mars 1636 au temple de Saumur, épousa Anne Trigalou (voir à ce nom), baptisée le 4 avril 1604 au temple de Saumur, † 27 juillet 1631 à Saumur, fille de Thomas et de Isabelle Tourult ; dont trois enfants :

Anne (27 avril 1625 au temple de Saumur), André (6 mai 1629, † 16 septembre 1630) et Isaac (11 août 1630, † 12 juillet 1631).

 

BLANCHET

 

Marin Blanchet épousa le 27 janvier 1619 au temple de Saumur, Philippe Nobileau (voir à ce nom) ; dont un fils :

- René, baptisé le 15 décembre 1619 au temple de Saumur, † 22 décembre 1619.

 

BLANPAIN (ou BLANPIN , BLAMPAIN)

 

1° David Blanpain devint ministre de Saumur en 1626; il mourut le 2 septembre 1663 à Saumur. Il épousa, le 28 novembre 1617 au temple de Saumur, Anne Cailleau (ou Caillaud), † 11 juillet 1661 à Saumur. Elle lui donna onze enfants :

- Jean, baptisé le 27 janvier 1619 au temple de Saumur

- David, baptisé le 12 avril 1620, fut inhumé le 8 octobre 1622.

- Louise (ou Anne), baptisée le 21 janvier 1624, épousa av. 1654, Jean Belhomme (voir à ce nom), sargetier, † 18 septembre 1661 à Saumur.

- Marthe, baptisée le 13 décembre 1626, † 23 mai 1634.

- Jehanne, baptisée le 30 septembre 1629, épousa av. 1654, ...?... Delarivière (voir à ce nom), médecin du Roi.

- David, baptisé le 15 mai 1633, fut inhumé le 12 juillet suivant.

- Suzanne, baptisée le 30 juillet 1634, fut inhumé le 2 octobre suivant.

- Rachel, baptisée le 2 octobre 1635; marraine au temple de Saumur en 1654.

- Judith, baptisée le 9 février 1639.

- Moyse, baptisé le 15 juillet 1640; parrain au temple de Saumur en 1661.

- Anne, jumeau du précédent, † 13 janvier 1644.

- Marthe, baptisée le 28 janvier 1643; marraine au temple de Saumur en 1661.

 

2° à noter :

. Esther Blanpain, † 23 janvier 1632 à Saumur, épousa av. 1632, (? Paul Boutaud ?; lecture incertaine) ; dont un fils : Pierre, baptisé le 28 décembre 1631 au temple de Saumur.

. Estiennette Blancpain épousa av. 1632, François Boutacle : dont un fils : Pierre Boutacle, baptisé le 28 décembre 1631 au temple de Saumur

. Pierre Blanpin, teinturier, † 7 juin 1646, épousa av. 1625, Marie Mallegueule (lecture incertaine), † 6 février 1625 à Saumur.

. Jeanne Blanpain épousa av. 1653, Jean Brossier (voir à ce nom), probablement veuf de Esther Dousse.

 

BLUYNEAU

 

Les Bluyneau protestants sont nombreux à Angers.

 

1° Jehan Bluyneau, sieur de la Montagne, épousa Marguerite Delanoë; dont deux filles :

Marie (13 mars 1594 au temple de Saumur) et Esther (7 juin 1595).

 

2° à noter :

. Anne Bluyneau, † 19 février 1617 à Saumur, fille de Pierre Bluyneau (vivant en en 1596 et sans doute † 14 avril 1612 à Saumur) épousa av. 1596 Pierre Levesque (voir à ce nom), dit “Beaulieu”.

. Rachel Bluyneau épousa av. 1594 Aubertin Loyson; dont une fille : Anne Loyson, baptisée le 21 septembre 1594 au temple de Saumur.

. Marie Bluyneau, † 14 février 1640 à Saumur, épousa le 31 août 1603 au temple de Saumur, Jacques Nouel (voir à ce nom), écrivain public, † 18 janvier 1622 à Saumur.

. Fleurance Bluineau épousa le 9 avril 1617 au temple de Saumur, Guy Meslay.

 

BODET

 

Pierre Bodet, maître fondeur, a , d’une épouse non dénommée, deux fils :

Pierre (20 juillet 1639 au temple de Saumur) et André, jumeau du précédent.

 

BOED (voir à BOYD)

 

1° Robert Boed, sieur de Trochorège, fut professeur de théologie à l’académie de Saumur. Il épousa le 1er mai 1611 au temple de Saumur, Anne de Maliverné (voir à ce nom), fille de Pierre, sieur de la Vignolle, et de Perrine Drouet ; dont un fils :

- Robert, baptisé le 2 juin 1613 au temple de Saumur ; son parrain est un autre “Robert Boed”.

 

2° à noter :

. Jehanne Boed épousa av. 1611, Jehan Masson (voir à ce nom), dit “la Perrière”, de Sablé.

 

BOESNIER (ou BOESNIER du PORTAL , BOISNIER)

 

Pierre Boesnier épousa Renée Milsonneau, fille de Jean Milsonneau et de Marie Amirault. Nous leur connaissons six enfants, dont quatre fils qui paraissent avoir été protestants, et dont au moins une fille baptisée catholique :

- Nicolas Boesnier, que nous traiterons dans la branche aînée.

- Michel Boesnier, que nous traiterons dans la branche de la Mothe.

- Jacques Boesnier, que nous traiterons dans la branche de la Touche.

- Pierre Boesnier, que nous traiterons dans la branche du Portal.

- Marie, baptisée le 20 octobre 1603 à La Chapelle-sur-Loire.

- Louise épousa av. 1633, François Denis (voir à ce nom), demeurant à Bourgueil; dont postérité.

 

Boesnier branche aînée

 

1° Nicolas Boesnier parait avoir eu sept enfants :

- Élisabeth, † ap. 1683, épousa av. 1651, Pierre Laisné (voir à ce nom) (ou “Laisnier”) ; chirurgien, protestant, qui reste à Saumur à la Révocation.

- Renée, † 12 avril 1657 à Saumur, épousa av. 1651, Philippe Delagalère (voir à ce nom), sieur de l’Estard, marchand à Bourgueil, né v. 1623, † ap. 1657.

- Rachel, † ap. 1682, épousa av. 1660, Pierre Demonnery (voir à ce nom), qui abjure en 1685 à Bourgueil et est taxé à Saumur en 1686 comme “nouveau converti”.

- Jeanne épousa av. 1664, David Garnier, apothicaire à Poitiers.

- Pierre, qui suit en 2°.

- Isaac, qui suit en 3°.

- Abel, sergent royal, né v. 1635, † 8 janvier 1680 à Bourgueil, épousa probablement, Urbaine Caslot, remariée en 1681 à Bourgueil, à Étienne Courtois, chirurgien.

 

2° Pierre Boesnier, marchand, archer de la maréchaussée de Loudun, † av. 1702, épousa Philippe Moreau; dont trois enfants :

- Pierre, né v. 1666, † 25 avril 1674 à Saumur.

- Esther épousa av. 1702, Paul ....?....

- Marie-Madeleine, née v. 1678, épousa le 9 juin 1702 à Nantilly à Saumur, Louis Le Hou, marchand, de Notre-Dame de Durtal, f. de André et de Élisabeth Bidallier.

 

3° Isaac Boesnier, apothicaire, taxé d’office à 6 livres en 1686 sur Saint-Pierre comme “nouveau converti”, peut-être ? mort à Dublin en 1722, épousa Françoise Hugues (voir à ce nom), baptisée le 30 avril 1642 au temple de Saumur, fille de Isaac, professeur de philosophie à l’Académie, et de Anne Couppé; dont sept enfants :

- Isaac, baptisé le 21 octobre 1667 au temple de Saumur, † 20 novembre 1667.

- Isaac, baptisé le 3 février 1669.

- Suzanne, 12 août 1671, † ap. 1739, épousa catholique, Pierre Justeau (ou Juteau), homme de peine, puis marchand quincaillier, f. de René, marchand, et de Urbanne Richardeau

- Marie, baptisée le 25 mars 1676.

- Marie, baptisée le 25 mars 1677.

- Esther, baptisée le 10 avril 1678, † 30 août 1678.

- Pierre, né en Mai et † 20 septembre 1682.

 

Boesnier branche de la Mothe

 

1° Michel Boesnier, sieur de la Mothe, demeurant à Bourgueil, † av. 1675, épousa Anne Delagalère (voir à ce nom), que nous ne situons pas dans cette famille : dont quatre enfants :

- Pierre Boesnier, né v. 1641, qui suit en 2°.

- Michel

- Anne, qui abjure en 1685 à Bourgueil, épousa av. 1672, Samuel Royer (voir à ce nom), sieur de Château-Gaillard, avocat à Bourgueil.

. Madeleine, née v. 1646, épousa le 27 avril 1676 au temple de Sorges, Étienne Escroignard, sieur de l’Abbaye (à Vern, près Rennes), chirurgien, fils de François, sieur des Noyers, et de Jeanne Massais. Le 7 mai 1687, à Saint-Hélier, ils abjurent la Religion romaine.

 

2° Pierre Boesnier, né v. 1641, marchand à Angers, † 19 mai 1680 à Angers, se marie trois fois.

La première, avec Catherine Le Becq (ou Le Bec), baptisée le 1er janvier 1631 au temple de Sorges, † 1er novembre 1674 à Angers, f. de Jacques, marchand de draps de soie, et de Catherine Trippier ; dont six enfants :

- Catherine, baptisée le 25 avril 1666 au temple de Sorges, † 9 décembre 1669.

- Pierre, baptisé le 5 juin 1667 au temple de Sorges, épousa le 12 décembre 1696 à Saint-Maurice d’Angers, Anne Mingon (de la famille protestante d’Angers), fille de Pierre et de Anne Regnault.

- Michel, baptisé le 10 février 1669 au temple de Sorges, épousa le 4 mai 1706 à Sainte-Croix d’Angers, Marguerite Renault, baptisée le 30 mai 1677 au temple de Sorges, fille de Michel et de Marguerite Le Long.

- Abraham, baptisé le 1er janvier 1670 au temple de Sorges et † 4 janvier 1670.

- Anne, baptisée le 19 avril 1671 au temple de Sorges et † 30 mai 1680.

- Jacques, baptisé le 11 juin 1672 au temple de Sorges.

Pierre Boesnier épousa en 2des noces le 18 août 1675 au temple de Saumur, Élisabeth Laisné (voir à ce nom) baptisée le 10 décembre 1651 au temple de Saumur, † 4 septembre 1679 à Angers, fille de Pierre et de Isabelle Boesnier ; dont deux enfants :

Françoise (25 octobre 1676 et † 9 novembre 1676 au temple de Sorges) et Isaac (8 janvier 1679 et † 24 décembre 1681 au temple de Sorges).

Enfin en 3èmes noces, Pierre Boesnier épousa le 4 février 1680 au temple de Sorges, Jeanne Aveline (voir à ce nom), baptisée le 20 août 1654 au temple de Sorges, fille de Jean et de Catherine Soubsmain.

 

Boesnier branche de la Touche

 

1° Jacques Boesnier, sieur de la Touche, al. “Mr. de la Touche-Boesnier”, fut en 1686 taxé d’office à 100 livres comme “nouveau converti”. Il épousa Jeanne Lattay (ou Latay), dame de Sizay, † ap. 1683; dont cinq enfants :

-Anne, baptisée le 21 février 1638 au temple de Saumur.

- Élisabeth, baptisée le 28 septembre 1639

- Jeanne, † ap. 1710, épousa av. 1678, Michel Creuzé, marchand, de Châtellerault, † entre 1700 et 1710.

- Anne, née v. 1645, † 20 octobre 1683 à Saumur, épousa le 20 août 1679 au temple de Saumur, Philippe Delagalère (voir à ce nom), son cousin germain, né v. 1651, fils de Philippe et de Renée Boesnier, remarié à Jeanne Poitevin.

- Pierre, qui suit en 2°.

 

2° Pierre Boesnier de la Touche, né vers 1651, contrôleur des traites, est taxé d’office à 70 l. en 1686; mais lui et son épouse sont, en 1688, membres de l’église de Hungerford-Market à Londres. Il épousa le 23 octobre 1678 au temple de Saumur Marthe Ridollet (voir à ce nom) (ou Redoullet), baptisée le 17 septembre 1645 au temple de Saumur, fille de Pierre, chirurgien, et de Marie Masse. Dont cinq enfants :

- Jacques, baptisé le 23 août 1679 au temple de Saumur.

- Marthe, baptisée le 5 mars 1681.

- Charles-Pierre, baptisé le 1er mars 1682.

- Marc, baptisé le 22 août 1683.

- Pierre, baptisé le 18 avril 1688 dans l’Eglise d’Hungerford Market à Londres.

 

Boesnier branche du Portal

 

1° Pierre Boesnier, sieur du Portal, † entre 1670 et 1677, épousa Anne Demonnery (voir à ce nom), soeur de Pierre Demonnery qui épouse Rachel Boesnier ; dont cinq enfants :

- René, qui suit en 2°.

- Renée, née v. 1652, épousa le 22 janvier 1673 au temple de Saumur, Daniel Aveline (voir à ce nom), baptisé le 7 juillet 1652 au temple de Sorges, fils de Jacques, sieur de la Sablonnière, et de Anne Daverton.

- Isaac, sieur du Portal, marchand à Orléans, échevin de Blois, abjure en 1684. Il épousa le 1er mai 1678 au temple de Blois, Esther Pajon (famille de l’Orléanais), baptisée le 6 septembre 1658 au temple de Blois, † 24 décembre 1719 à Chitenay (L & C), fille de Henri et de Esther Liger. Dont postérité dans la région de Blois.

- Jacques, marchand à Angers en 1677, né v. 1655, † 16 octobre 1679 à Saumur.

- N...e épousa N... Riboulleau.

 

2° René-Pierre Boesnier du Portal, marchand, né v. 1648, † av. 1709, épousa le 14 février 1677 au temple de Saumur, Suzanne Van Rossun (voir à ce nom), baptisée le 7 janvier 1657 au temple de Saumur, † av. 1709, fille de Goossen, marchand, et de Catherine Pieters ; dont quatorze enfants :

- Pierre, baptisé le 8 décembre 1677 au temple de Saumur, † 7 novembre 1678.

- Pierre, baptisé le 26 février 1679, † 12 septembre 1680.

- Daniel-Goossen, baptisé le 1er septembre 1680.

- Isaac, baptisé le 17 août 1681, † 26 décembre 1681.

- Antoine, marchand à Saumur, baptisé le 27 octobre 1683 au temple de Saumur, † 19 janvier 1729 à Saint-Nicolas de Saumur ; il fait une faillite très importante au moment de la fin du système Law; il épousa le 5 septembre 1712 à Saint-Pierre de Saumur, Marie Martin, née v. 1692, † 21 août 1772 à Saint-Nicolas, fille de Arnoul, bourgeois de Saumur, et de Hélène Mourant ; dont sept enfants baptisés à Saint-Nicolas entre 1713 et 1723.

- Suzanne, baptisée le 29 octobre 1684 au temple de Saumur, † 21 juin 1759 à Rotterdam.

- Jeanne, née v. 1685, † 19 novembre 1689 à Saint-Nicolas.

- Pierre, baptisé le 11 février 1687 à Saint-Nicolas de Saumur.

- Catherine, baptisée le 3 octobre 1688 à Saint-Nicolas, épousa le 17 janvier 1719 à Saint-Nicolas, Louis Sigogne, marchand, de Saint-Georges-des-Sept-Voies, baptisé le 30 janvier 1677 à Saint-Georges-des-Sept-Voies, † av. 1737, fils de Louis, notaire, et de Radegonde Page.

- Nicolas, ondoyé 16 juin 1692 à Saint-Nicolas.

- Paul, baptisé le 15 août 1693 à Saint-Nicolas, † 21 juillet 1695 à Varrains.

- Françoise, baptisée le 16 novembre 1694 à Saint-Nicolas, † 29 octobre 1702 à Nantilly.

 

de BOISNAT (lecture incertaine)

 

Daniel de Boisnat (ou “Voyer, sieur de Boisnat”) épousa Dina Malherbe : dont deux fils :

- Daniel, baptisé le 10 janvier 1657 au temple de Saumur.

- Guillaume-Louis, baptisé le 6 janvier 1658, † 18 avril 1662. Son parrain est : Bogislas de Semnitz, au nom du prince d’Anhalt.

 

BOISNET (ou BOINET , BOYNET)

 

Les Boisnet protestants sont nombreux à Preuilly, à Loudun et à Tours.

 

1° Emmanuel Boisnet épousa Anne Vincent ; dont un fils :

- Isaac, baptisé le 21 février 1622 au temple de Saumur.

 

2° Jean Boisnet, architecte, de Loudun, † av. 1678, épousa Anne Bureau, † ap. 1679; dont un fils, qui suit en 3°.

 

3° Le poêlier Jean Boinet était né en novembre 1652 à Loudun. Il épousa, en 1ères noces le 22 mai 1678 au temple de Saumur, Anne (parfois Suzanne) Van Ceulen (voir à ce nom), née v. 1657, fille du tailleur Jean et de Marie Iston. Elle lui donna deux enfants à Saumur :

- Jean, baptisé 26 février 1679 au temple de Saumur, † 21 janvier 1687 à Saint-Nicolas de Saumur.

- Pierre, baptisé 25 février 1680. Il suit en 4°.

Mal remise de ses dernières couches, Suzanne Van Ceulen décéda et fut inhumée le 23 mars 1680 à Saumur.

Jean Boisnet se remaria, le 26 janvier 1681 au temple de Saumur, avec Esther Desbordes (voir à ce nom), baptisée le 1er juillet 1657 au temple de Saumur, fille du libraire Jean Desbordes et de Marie Chérelle.. Elle lui donna trois enfants :

- Anne, baptisée le 6 janvier 1682 au temple de Saumur

- Marie, baptisée le 27 janvier 1683.

- Jean, baptisé le 5 mars 1684. Il suit en 5°.

- Jean-Baptiste, baptisé le 7 février 1687 à Saint-Nicolas de Saumur

- Marie, baptisée le 5 octobre 1688 à Saint-Nicolas.

- Catherine, baptisée le 9 décembre 1689 à Saint-Nicolas

Anne-Elisabeth et Marie Boisnet qui épousèrent respectivement dans l'Eglise de West-Street le 18 juin 1725 Jacques Rousseau et le 23 avril 1728 Charles Dumaine devaient être les petites filles de Jean Boisnet[181].

 

4° Pierre Boisnet, marchand poislier, né en 1680, épousa le 22 juin 1705 à Saint-Pierre de Saumur, Madeleine Amirault (voir à ce nom), baptisée le 25 décembre 1681 au temple de Saumur, fille de Jean, apothicaire, et de Madeleine de Beaupoil; dont au moins six enfants baptisés à Saint-Nicolas entre 1706 et 1712.

 

5° Jean Boisnet, né en 1684, marchand, épousa Elisabeth (ou Rachel) Le Large, probablement née le 16 septembre 1665 à Preuilly, fille de Pierre et de Marguerite Baudon; dont au moins trois enfants baptisés à Saint-Pierre et Saint-Nicolas.

 

BOISSE

 

Charles Boisse, † 12 mars 1617 à Saumur, épousa Marie Sauvin, † 20 décembre 1632 à Saumur ; dont deux filles :

Élisabeth († 12 décembre 1626 à Saumur) et Renée († 14 avril 1627).

 

BOISSEAU

 

1° Alexandre Boisseau épousa le 28 août 1611 au temple de Saumur, Suzanne Boyer.

 

2° Mathurin Boisseau épousa Marie Couppeau (voir à ce nom) ; dont cinq enfants :

Marguerite (30 octobre 1650 au temple de Saumur), Marie (3 novembre 1652), Marthe (28 octobre 1654), Jacques (24 décembre 1656) et Pierre (23 février 1659).

 

BONESTAT (ou BONÉTAT)

 

à noter :

. Marthe Bonestat épousa av. 1607, Jehan Langlois (voir à ce nom), dit “Puisencourt”.

. Françoise Bonestat, † 7 mars 1620 à Saumur, épousa le 1er mars 1615 au temple de Saumur, Martin Audemont (voir à ce nom), dit “Caboche”, valet de Mr le Gouverneur, remarié en 2des noces à Suzanne Grillet.

 

BONNEAU

 

à noter :

. Suzanne Bonneau épousa av. 1630, Josias Godin (voir à ce nom), † 1er mars 1643 à Saumur.

. Charlotte Bonneau épousa av. 1671, André Puisencourt (voir à ce nom).

 

BOSMAN (ou ? BEIMANN)

 

Jean-Goswin Bosman, de Dordrecht, épousa le 9 avril 1617 au temple de Saumur, Marie Gomar ; dont une fille :

- Cornélie, baptisée le 12 avril 1617 au temple de Saumur. La marraine est Marie Lermite, “femme du docteur Gomar”.

 

BOTI

 

Isaac Boti épousa Marguerite Barbesore (voir à ce nom) ; dont un fils :

André, baptisé le 29 avril 1648. Le parrain est Wladislas Rey, gentilhomme Polonais.

 

BOUCHART

 

André Bouchart, dit “la Fleur”, cordonnier, épousa le 27 mai 1612 au temple de Saumur, Marie Naudet ; dont quatre enfants :

Madeleine († 21 mai 1616 à Saumur), André (11 octobre 1615), Michel (28 décembre 1616) et Louise (31 octobre 1618).

 

BOUCHER (voir à BOUCHET)

 

BOUCHEREAU

 

Les Bouchereau, dont certains sont catholiques, sont nombreux, en particulier dans le Baugeois.

 

1° Samuel Bouchereau, originaire de Bourgueil, était ministre du Saint Évangile en l'église de Saumur[182]. Selon Bodin, l'historien de Saumur, il fut un des plus grands orateurs de son temps ; voir également les articles de Haag et de Célestin Port.

Samuel Bouchereau jouissait d'une haute considération s'il faut en juger par les missions dont il fut chargé. La province de l'Anjou le députa, en 1609, au Synode de Saint-Maixent, et en 1611, à l'Assemblée politique de Saumur. En 1612, Duplessis-Mornay l'envoya auprès du duc de Rohan pour l'engager à accepter les conditions offertes par la Régente, et lui représenter que les églises, qui soupiraient après la tranquillité, n'entendaient pas s'exposer à une ruine certaine dans l'intérêt de son ambition. En 1614, la Reine, qui marchait contre les mécontents à la tête d'une armée, étant entrée à Saumur avec son fils, ce fut Bouchereau qui fut chargé de la complimenter. Selon les témoins du temps, il s'en acquitta avec beaucoup d'esprit et un ton plein de noblesse et de dignité. La même année, il fut député au Synode national de Tonneins, et travailla avec Duplessis-Mornay à la réconciliation de Du Moulin et de Tilenus. En 1616, il assista à l'assemblée de La Rochelle. Il était porteur d'une lettre de Duplessis-Mornay où celui-ci incitait ses coreligionnaires à ne pas recourir à la guerre. En 1620, la province de l'Anjou le choisit pour la représenter au Synode national d'Alais. Ce fut la dernière mission qu'il remplit pour l'intérêt des églises protestantes. Il fut inhumé le 25 décembre 1630 à Saumur

Samuel Bouchereau épousa, le 20 janvier 1619 au temple de Saumur, Marthe Prunier (voir à ce nom), † 30 août 1627 à Saumur ; dont il eut quatre enfants:

- Philippe, baptisé le 22 octobre 1619 au temple de Saumur

- Marie, baptisée le 7 avril 1621, † 30 mars 1674 à Saumur, épousa, avant 1645, le médecin Samuel Poitevin (voir à ce nom), † 4 mars 1651 à Saumur, veuf de Marie Prunier, fils de Samuel Poitevin et de Suzanne Delanoue.

- Marthe, baptisée le 1er mai 1622, épousa av. 1653 Alexandre Calender (voir à ce nom), gentilhomme écossais. Elle fut inhumée le 25 février 1661 après lui avoir donné six enfants.

- Samuel, baptisé le 26 janvier 1625, fut inhumé le 2 août 1629.

 

2° Adam Bouchereau, apothicaire, natif du Mans, † 24 octobre 1624 à Saumur, fils de feu Louis, sieur de la Bussonière, et de Jeanne Planchays, épousa, le 25 septembre 1605 au temple de Saumur, Marie Pinault (voir à ce nom), fille de Philippe, sieur de la Maison-Neuve, et de Judith Busson. Elle lui donna cinq enfants :

Marie (27 février 1611 au temple de Saumur), Marie (17 avril 1613, † 14 mai 1614), Jeanne (4 mars 1615, † 13 septembre 1615), Louis (17 octobre 1618) et Judith (6 mars 1625, † 1er mai 1627).

 

3° René Bouchereau, de Baugé, † av. 1607, épousa Michèle Daverton; dont une fille :

- Anne Bouchereau épousa le 23 septembre 1607 au temple de Baugé, Gilbert de Billon, sieur de la Touche (à Mouliherne, 49), veuf en 1ères noces de Anne Fouscher.

 

4° à noter :

. Michelle Bouchereau, † 4 août 1616 à Saumur, épousa av. 1597, François de Maliverné (voir à ce nom), † 19 mai 1627 à Saumur, fils de Pierre, sieur de la Vignolle, et de Perrine Drouet.

. Marie Bouchereau, † 12 mai 1633 à Saumur, épousa le 27 juin 1601 au temple de Saumur, Pierre Cougnet (voir à ce nom), sieur de la Plante, avocat.

. Anne Bouchereau épousa le 23 octobre 1607, Gilbert de Billon.

. Daniel Bouchereau (parrain de Louis Bouchereau en 1618), orfèvre au Mans, † 9 juin 1636 à Saumur

. Jeanne Bouchereau, † 27 avril 1631 à Saumur, épousa av. 1600, François Naudin (voir à ce nom), † 16 février 1622 à Saumur.

. Élisabeth Bouchereau épousa av. 1635 Samuel Lefebvre (voir à ce nom).

. Marguerite Bouchereau épousa av. 1649, Jacques Julienne (voir à ce nom).

 

BOUCHEREAU DE LA MANCHE

 

1° Gilles Bouchereau, sieur de la Manche, avocat, conseiller du Roi à Baugé, député au synode de Vitré, épouse Esther Chalopin (d’une famille du Baugeois) ; il eut au moins quatre enfants :

- Loys, baptisé le 1er octobre 1597 au temple de Saumur

- Jean, baptisé le 13 avril 1600 au temple de Saumur, qui suit en 2°.

- René, baptisé le 20 juin 1601 au temple de S

- Esther, née le 2 mai 1604 au temple de Baugé, épousa, le 7 décembre 1632 au château de Poligny, Samuel Le Febvre, sieur de la Ronde.

- Anne, née le 2 janvier 1608 à Baugé.

- Elisabeth, née le 23 décembre 1608 à Baugé.

Gilles Bouchereau fut inhumé le 30 mai 1622 à Saumur et Esther Chalopin le 22 janvier 1627.

 

2° Jean Bouchereau, né en 1600, devint en 1629 proposant à Laval. Il succéda au pasteur Etienne Le Bloy après son décès et épousa sa fille Elisabeth le 5 juin 1629 au château de Poligny à Bonchamp, appartenant aux Montbourcher du Bordage, siège de l'Eglise de Laval. Elisabeth Le Bloy vécut peu.

En secondes noces, Jean Bouchereau épousa, en novembre 1633 au temple de Saumur, Guyonne Duncan (voir à ce nom), baptisée le 7 octobre 1612 au temple de Saumur, fille du professeur de philosophie Marc Duncan et de Suzanne Gorin. Les registres de l'Eglise de Laval mentionnent la naissance de deux fils :

- René, né le 17 janvier 1635.

- Marc, né le 3 mars 1636, fut docteur en médecine.

En 1636, Jean Bouchereau quitta l'Eglise de Laval pour celle de Nantes. Guyonne Duncan lui donna à Sucé deux autres enfants :

- Anne, née en 164?, épousa en 1660 Henri Le Chevalier, sieur du Temple, greffier du Marquisat de Blain. Elle lui donna une fille : Anne (1661). Son mari fut tué au bourg d'Héric le 18 janvier 1673. Il avait 35 ans. Leur fille, Anne, épousa le 25 janvier 1682 au temple de Sucé le maître-chirurgien René de L'Eperon, sieur du Parc. Anne Bouchereau abjura le 27 décembre 1685 au château du Ponthus à Petit Mars où elle s'était réfugiée.

- César, né en 1648, sieur de Rochemorte, de Nantes, fut inhumé le 1er novembre 1683 à Saumur. Il était âgé de 35 ans.

Jean Bouchereau et Guillonne Duncan décédèrent le même jour le 29 novembre 1670 au bourg de Sucé, âgés respectivement de 70 et 57 ans.

 

3° à noter :

. Louis Bouchereau, sieur de Rochemorte, originaire de Beaufort-en-Vallée, “catholique, mais du parti huguenot”, vit en 1585; il fait l’objet d’un article de Célestin Port.

. Jacques Bouchereau, dit “la Montagne”, soldat

. Louis Bouchereau, docteur en médecine, assiste à l’inhumation de César Bouchereau (voir en 2°) en 1683; il est taxé d’office à 250 livres, en 1686 ,comme “nouveau converti, sur Saint-Pierre.

 

BOUCHET (ou BOUCHER)

 

1° Pierre Boucher, orfèvre, † 25 août 1684 à Angers, épousa av. 1655, Anne Carré (voir à ce nom) ; dont dix enfants baptisés au temple de Sorges.

 

2° René Bouchet, marchand orfèvre, épousa après Octobre 1680, Élisabeth Foucher (voir à ce nom), fille de Louis, tailleur à Thouars, et de Marie Ollier ; dont deux fils :

Isaac (7 juillet 1683 au temple de Saumur, † 7 janvier 1684) et Jacques (3 septembre 1684).

 

3° Isaac Boucher, † av. 1677, épousa Rachel Perret ; dont une fille :

- Rachel, née v. 1659, † 10 octobre 1677 à Saumur.

 

4° à noter :

. René Bouchet, sieur d’Ambillou, † 26 février 1612 à Saumur.

. Jehanne Boucher épousa av. 1607, Amor Pineau (voir à ce nom).

 

BOUQUET (ou BOUCQUET)

 

Nombreux sont les Bouquet à Saumur au début du seizième siècle : les liens entre eux ne nous apparaissent pas toujours clairement.

 

1° Gabriel Bouquet épousa Jaquine Le Bloy; dont un fils, qui suit en 2° :

 

2° Pierre Bouquet, marchand, probablement † 18 août 1631 à Saumur, épousa le 29 juin 1600 au temple de Sorges, Jeanne Descosse (ou “Descorce”), † 21 janvier 1627 à Saumur, fille de Symphorien et de Jeanne Huet ; dont de nombreux enfants :

- Gabriel, baptisé le 4 novembre 1601 au temple de Sorges.

- Marye, baptisée le 24 mars 1606 au temple de Sorges.

- Jacques, baptisé le 2 février 1605 au temple de Saumur, sans doute † 21 février 1632 à Saumur

- Ysabel, baptisée le 18 janvier 1609 au temple de Saumur.

- Jacquine, baptisée le 11 août 1610 au temple de Saumur

- Jehanne, baptisée le 8 janvier 1612 au temple de Saumur, † 18 février 1680 à Saumur.

- Anne, baptisée le 29 novembre 1626.

- Madeleine, baptisée le 12 juillet 1615 au temple de Saumur.

- Judith, baptisée le 31 juillet 1616 au temple de Saumur. Il est vraisemblable que ce soit elle qui épousa le 14 février 1638 au temple de Saumur, Paul Dusoul (voir à ce nom).

- Suzanne, baptisée le 7 juillet 1619, † 28 décembre 1626..

- Catherine, baptisée le 5 octobre 1622 au temple de Saumur.

- Madeleine, baptisée le 18 décembre 1624 au temple de Saumur, † 12 juillet 1627.

- N...e épousa av. 1629, Gilles d’Averton, sieur de la Quitassière.

- Gabriel, qui suit en 3°.

- et trois enfants baptisés à Sorges en 1601, 1606 et 1609.

 

3° Gabriel Bouquet, ministre de Saint-Fulgent et des Herbiers, puis de La Chaize en Bournezeau, épousa le 15 mai 1629 Jacqueline Roulland. Dont postérité.

 

4° Jean Bouquet, “drogueur”, apothicaire, sieur de Boisfou, meurt le 11 février 1618 à Saumur ; il épousa Marthe Gourdineau (voir à ce nom), † 7 mai 1615 à Saumur ; dont huit filles :

- Madeleine épousa le 15 juillet 1612 au temple de Saumur, Guy de Melay, de Baugé; dont postérité à Baugé.

- Judith, baptisée le 20 mars 1596 au temple de Saumur, † 29 octobre 1623.

- Ester, baptisée le 27 septembre 1598, † 5 octobre 1611.

- Suzanne, baptisée le 12 mai 1600.

- Élisabeth, baptisée le 7 mai 1602, † 11 mai 1608.

- Françoise, baptisée le 1er février 1604. Peut-être ? est-ce elle qui épousa av. 1634 Isaac Coutinoy (voir à ce nom).

- Marthe, baptisée le 11 avril 1607, † 10 septembre 1614.

- Isabelle, baptisée le 4 mai 1608. Il s’agit vraisemblablement de : Élisabeth qui épousa le 20 mai 1630 au temple de Saumur, Gabriel Le Roy (voir à ce nom), avocat et “ancien”.

 

5° Philippe Bouquet épousa Esther (Migette ; lecture incertaine) ; dont une fille :

- Gabrielle, baptisée le 8 novembre 1637 au temple de Saumur.

 

6° à noter :

. Jacquine Bouquet épousa av. 1591, Joseph Deslandes (voir à ce nom).

. Marie Boucquet, † 24 décembre 1626 à Saumur, épousa le 23 janvier 1612 au temple de Saumur, Jean Guérin (voir à ce nom), marchand, † av. 1638.

. Pierre Bouquet, † 18 août 1631 à Saumur.

. Jeanne Boucquet est marraine au temple de Saumur en 1650.

. Ozée Boucquet, de Sigournay en Poitou, “eschollier”, né v. 1653, † 4 juin 1670 à Saumur.

 

BOUQUILLON (ou BOUGUILLON)

 

à noter :

. Élisabeth Bouquillon, † 18 avril 1625 à Saumur, épousa av. 1601, Florentin Ollier (voir à ce nom), † 8 avril 1654 à Saumur, veuf de ...?... Fortin.

. Suzanne Bouquillon, née v. 1622, † 14 août 1684 à Saumur, épousa av. 1642, Jean Nouel (voir à ce nom), né v. 1617, † 12 juin 1662 à Saumur.

- Marie Bouquillon épousa av. 1648, Pierre Faligan (voir à ce nom), né 1619, † 26 janvier 1660 à Saumur, veuf de Isabelle Seheult.

- Charlotte et Marthe Bouquillon sont marraines au temple de Saumur, respectivement en 1646 et 1648.

 

BOURCEAU

 

Il existe, à la même époque, une famille catholique de ce nom à Angers.

 

1° Jehan Bourceau (qui est peut-être “ Jehan Bourceau, dit la Roze ”, † 11 mai 1609 à Saumur) épousa le 17 avril 1580 au temple de Loudun, Magdeleine Marteau (voir à ce nom) ; dont trois filles :

Marie (17 août 1594 au temple de Saumur), Marthe (17 mars 1596) et Françoise (12 octobre 1597).

 

2° Daniel Bourceau, qui meurt, semble-t-il, le 12 octobre 1649 à Saumur, eut de Madeleine Bigot (voir à ce nom) un fils qui suit en 2°.

 

3° Daniel Bourceau fut baptisé le 23 septembre 1635 au temple de Saumur. Il devint pasteur d'abord à Fécamp, puis en Bretagne. Il fut dans les années 1660 le ministre des La Vieuville en leur château de La Vieuville près de Fougères et aussi des Farcy de Saint-Laurent en leur château du Rocher-Farcy, à Saint-Brice-en-Coglès. A la fin des années 1670 Daniel Bourceau devint ministre de l'Eglise de Saint-Malo qui se recueillait chez les Gouyon de Touraude en leur manoir de Beaufort à Plerguer. Madame de Touraude était une femme de caractère et Bourceau ne resta pas longtemps en poste. En décembre 1681, le synode provincial réuni à Blain donna son accord à son remplacement par Louis Barateau[183].

Daniel Bourceau avait épousé le 9 décembre 1668 à Blain Suzanne Jollan, fille de Jacques Jollan, sieur de Clerville, et de Marie de L'Estoc. A la Révocation, il se réfugia en Hollande avec son épouse, puis gagna, semble t‑il, l'Angleterre.

 

4° Charles Bourceau épousa Marie Hervé; dont un fils :

- Isaac, baptisé le 7 mai 1595. Peut-être est-ce lui qui † 10 juillet 1662 à Saumur. On peut penser que c’est lui qui épousa en secondes noces, Marie Vigneux ; dont six enfants :

Charles (14 novembre 1604 au temple de Saumur), Jehan (18 décembre 1605), Jehan (14 septembre 1608), Michel (21 février 1610, † 20 avril 1610), Marye (26 juin 1613 et Isaac (17 juin 1615).

 

5° à noter :

. Antoine Bourceau, demeurant à Châtellerault, est parrain en 1628 au temple de Saumur.

. Marie Bourceau, née v. 1572, † 23 janvier 1666 à Saumur, épousa Paul Martin (voir à ce nom), sieur de la Tourette, † 17 avril 1600 à Saumur.

. Catherine Bourceau épousa av. 1608, Paul Coignard (voir à ce nom).

. Isabeau Bourceau, née v. 1579, † 10 mars 1671 à Saumur, épousa le 20 août 1623 au temple de Saumur, Paul Genest (voir à ce nom), sieur des Mousseaux, veuf de Marie Delavau.

. Jeanne Bourceau, † ap. 1611, épousa av. 1611, François Naudin (voir à ce nom), sieur de la Coste, † 16 février 1622 à Saumur

 

BOUTAUD (ou BOUTAUT)

 

1° Jean Boutaud, pasteur de (Saveille, à Paizay-Naudouin; lecture incertaine), épousa Catherine Lesnier (voir à ce nom), baptisée le 18 juillet 1632 au temple de Saumur, fille de Jean Lesnier et de Marie Delabrise : dont un fils :

- Jean, baptisé le 18 juillet 1660 au temple de Saumur

 

BOUTEILLER

 

1° Jean Bouteiller, notaire à Bourgueil, épousa Marie Royer (voir à ce nom) ; dont deux enfants :

François (29 juin 1672 au temple de Saumur) et Marguerite (23 mai 1677).

 

2° à noter :

. Marie Bouteiller, “épouse de Mr de la Varenne”, est marraine en 1641 au temple de Saumur.

. Suzanne Bouteiller épousa av. 1641, Charles Hubert (lecture incertaine) (voir à ce nom.

 

BOYD (voie à BOID)

 

1° Thomas Boid, gentilhomme Écossais, épousa Marie Liflas (lecture incertaine) ; dont une fille :

- Marguerite, née v. 1663, † 17 février 1673 à Saumur.

 

2° à noter :

. R. Boyd de Trochregg, pasteur de Verteuil en Angoumois en 1603, puis professeur à Saumur de 1606 à 1614, et principal du collège de Glasgow jusqu’au jour où il refusa d’appliquer “les 5 articles” de Perth, bouleversant la liturgie dans l’église presbytérienne. Sa veuve se remaria av. 1633 à M. Sibald, docteur en médecine.

 

de BRAIS (ou DEBRAIS , de BRAY)

 

1° Étienne de Brais, après avoir satisfait aux examens devant le synode tenu à Saumur en 1677, fut installé dans la chaire de théologie le 3 novembre de cette année en remplacement d'Etienne Gaussen[184].

Étienne de Brais fils de Jean de Bray et de Madeleine Rouquier (ou Rocquier) avait fait ses études à l'Académie de Saumur à la fin des années 1650. Pendant les années 1660, il avait été pasteur de Vieillevigne en Bretagne. Il épousa Anne de Goulaine de la Paquelais, fille de Pierre de Goulaine, seigneur de la Herperie, et d'Anne Géraud. Dans le milieu des années 1670, il avait remplacé à Saumur le ministre d'Huisseau.

En 1679, Étienne de Brais ayant fait imprimer sans autorisation préalable, des thèses de philosophie, les magistrats de Saumur se plaignirent à l'intendant Tuboeuf que non seulement, il ne leur avait pas demandé l'autorisation, mais aussi qu'il n'avait pas fait suivre sa signature des lettres R.P.R. et n'avait pas indiqué que c'était dans le temple protestant qu'elles devaient être soutenues. Quoique Tuboeuf n'eut vu dans ce procès qu'un effet de la mauvaise volonté des officiers de Saumur contre de Brais, il se crut obligé d'en aviser le ministre.

Étienne de Brais est décédé le 24 juin 1679 à Saumur à l'âge de 44 ans. Son épouse, Anne de Goulaine est décédée le 10 avril 1681 à Saumur et fut inhumée le lendemain en présence de son neveu Paul de Goulaine, sieur du Bois-Regnault. Ils avaient eu au moins deux fils

- Benjamin, étudiant en théologie, né v. 1662, † 27 août 1679 à Saumur.

- Samuel, qui est présent en 1681 à l’enterrement de sa mère.

 

2° Samuel de Brais, qui fut pasteur de Condé-sur-Noireau jusqu'à la destruction du temple en 1680[185], devait être le frère d'Etienne. Après avoir disputé pendant un an l'Eglise de Trévières à son pasteur Jean Cartault, il devint en 1682 pasteur d'Alençon. Il se retira à la Révocation en Hollande à Haarlem. Dès 1691, il se rendit fréquemment à Aire, dans l'Artois, pour y "recueillir" une Eglise. Il y était encore en 1711[186].

 

BRISSAC (de)

 

Quatre enfants de Jacques I de Brissac, fils de Jacques de Brissac, sieur du Pré, et de Jeanne Chevalerie furent baptisés en 1605, 1607, 1615 et 1631 à Saumur.

Jacques I de Brissac, sieur de Brissac et du Pré, dit “Raton”, était le capitaine qui le 3 août 1590 déjoua la tentative du sieur du Breil-Beaujouan de livrer Vitré à Mercoeur. Pour cela il fit sauter avec “ un pétard ” le pont‑levis menant à la porte que les hommes de Mercoeur devaient emprunter et tua du Breil-Beaujouan[187].

Jacques I de Brissac de son premier mariage avec Jeanne Chevalerie eut neuf enfants :

- Anne, née le 1er juin 1595 à Vitré,

- Jacques, né le 22 août 1597 à Vitré,

- Georges, sieur de Brissac et du Pré, né circa 1599, fut docteur en médecine. Il épousa Magdeleine Delaplace (voir à ce nom). Il mourut le 17 mai 1671 à Vitré à l'âge de 72 ans. Il fut débouté de ses prétentions nobiliaires, avec son frère cadet Samuel, sieur de la Lorie, par arrêt de la Chambre de Réformation de la Noblesse de Bretagne du 6 février 1669.

- Marie, baptisée le 1er juillet 1601 au château de Poligny à l'âge de quatre mois, † 15 décembre 1633 à Saumur épousa le 26 février 1623 au temple de Saumur Josué De La Place (voir à ce nom), alors professeur de philosophie à Saumur. Elle lui donna au moins trois enfants pendant qu'il fut pasteur à Nantes. Marie de Brissac fut inhumée le 15 décembre 1633 à Saumur.

- Jacques II, né le 18 août 1603 au Pré-en-Vallée, fut baptisé le 5 septembre suivant à la Colonnière près de Beaufort. Après avoir été professeur de philosophie à l'académie de Saumur, il devint en 1637 ministre de Loudun. Il épousa en premières noces en 1629 Marie Roy et en secondes noces en 1637 Marie Ribay. Il mourut dans les années 1670 à Loudun. Sa femme fut enfermée dans un couvent en 1686.

- Charlotte, baptisée le 5 juin 1605 au temple de Saumur.

- Samuel, sieur de la Loherie, baptisé le 14 novembre 1607 au temple de Saumur, dans les années 1630 entra au service des La Muce, seigneur du Ponthus à Petit-Mars au Pays Nantais. Il mourut le 15 juin 1671 à Petit-Mars dans sa 64e année. Il dut épouser dans les années 1630 une de Rollée d'une famille de la communauté du Ponthus. Son fils Jacques de Brissac, sieur de la Loherie décéda le 12 octobre 1675 à Petit Mars à l'âge de 42 ans. Sa fille Jeanne de Brissac épousa Joseph Girard, sieur de la Coulomberie, l'intendant des La Muce-Ponthus. Elle décéda le 9 novembre 1705 à Petit Mars.

- Charlotte, baptisée le 18 janvier 1615 au temple de Saumur.

 

Jeanne Chevalerie fut inhumée le 9 décembre 1626 à Saumur. Jacques I de Brissac se remaria en 1627 avec Suzanne Lefèvre qui lui donna un fils :

- Daniel, baptisé le 9 avril 1631 au temple de Saumur.

Jacques I de Brissac, sieur du Pré, fut inhumé le 10 avril 1635 à Saumur.

 

de BROSSARD

 

Nous ne traiterons que partiellement de cette famille du Baugeois, dont, d’ailleurs, certaines branches sont restées catholiques.

 

1° René de Brossard, sieur de Launay et du Chêne-aux-Boeufs à Mouliherne, épousa Anne de Maliverné (voir à ce nom), baptisée le 26 avril 1609 au temple de Saumur, fille de François-Pierre, avocat, et de Michelle Bouchereau; dont neuf enfants

- Anne, baptisée le 2 décembre 1629 au temple de Baugé.

- René, baptisé le 30 mars 1631 au temple de Baugé.

- Anne, baptisée le 26 octobre 1632 au temple de Baugé.

- René, sieur de Launay, baptisé le 31 octobre 1634 au temple de Baugé, épousa Anne de La Chevalerie, † 15 novembre 1684 à Mouliherne.

- Élisabeth, baptisée le 26 novembre 1637 au temple de Baugé, épousa le 28 février 1663 au temple de Baugé, Alexandre Rebondy, baptisé le 22 janvier 1623 au temple de Sorges, fils de Alexandre et de Renée Chesneau.

- Anne, baptisée le 12 février 1645 au temple de Baugé.

- Jacques, baptisé le 17 mai 1646 au temple de Baugé.

- Jean, baptisé le 27 octobre 1647 au temple de Saumur, † 5 décembre 1684 à Baugé

- Innocent, qui suit en 2°.

 

2° Innocent de Brossard, sieur du Chêne-aux-Boeufs, capitaine d’une Cie de chevau-légers, † entre 1684 et 1703, épousa Marie Leforestier ; dont au moins un fils, qui suit en 3°.

 

3° René de Brossard, baptisé le 4 novembre 1682 au temple de Saumur, épousa catholique, 22 mai 1703 à Parcé, Marie-Anne de Guyot ; dont au moins un fils :

- François, baptisé le 9 juillet 1709 à Mouliherne.

 

4° Jacques de Brossard, épousa Jehanne Chevallerie (voir à ce nom), † 15 novembre 1614 à Baugé; dont onze enfants :

Jacques (18 avril 1603 au temple de Baugé), Sara (2 mars 1605 au temple de Baugé), Judith (7 février 1606 au temple de Baugé), Daniel (15 avril 1607 au temple de Baugé), Jacques (24 janvier 1608 au temple de Baugé), Isaac (20 avril 1609 au temple de Baugé), Abraham (20 février 1610 au temple de Baugé), Anne (24 avril 1611) au temple de Baugé), Jacques (23 novembre 1613 au temple de Baugé) et Élisabeth (15 novembre 1614 au temple de Baugé).

 

5° Guy de Brossard épousa Jeanne Panchèvre

Marie (10 octobre 1619 au temple de Baugé) et Jeanne (12 août 1621 au temple de Baugé).

 

BROSSIER

 

Jean Brossier, docteur en médecine, épousa Esther Dousse : dont une fille :

- Élisabeth, baptisée le 16 février 1648 au temple de Saumur.

On peut penser qu’il se remarie avec Jeanne Blanpain (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Jeanne, baptisée le 20 juillet 1653 au temple de Saumur.

 

BRUSSE (de)

 

Henri de Brusse, sieur du Ferra à Bouillé-Saint-Paul[188], fils du secrétaire du duc de La Trémoille Adam de Brusse et de Eve-Marie de Harmant, épousa par contrat du 26 novembre 1651 à Richelieu Claude (de) Pierres, fille de César de Pierres, sieur de Marsay, et de Jeanne de Villiers-l’Isle-Adam. Ils firent baptiser deux de leurs filles au temple de Saumur : Émilie (9 juin 1658) et Henriette (2 novembre 1659).

 

CABARAT (ou CABARET)

 

1° Pierre Cabarat, marchand chapelier, † 6 août 1669 à Saumur, épousa Anne Belocier (voir à ce nom) ; dont deux fils :

- Thomas, baptisé le 12 avril 1637 au temple de Saumur.

- Pierre, baptisé le 6 juin 1638; sans doute † 28 octobre 1661 à Saumur.

on peut penser qu’il se remarie avec Jeanne Léglise (voir à ce nom), née v. 1614, † 28 mars 1674 à Saumur ; dont trois enfants :

Jean (6 novembre 1639 au temple de Saumur), Jeanne (26 août 1640) et Anne (22 septembre 1641, † 1er mars 1644).

 

2° Georges Cabarat, al. “Mr de la Garanne”, épousa Madeleine Hersant, † 2 janvier 1663 à Saumur ; dont une fille :

- Madeleine, † 30 septembre 1656 à Saumur

 

3° René Cabarat, sieur de Beauvais, “nouveau converti”, † 5 janvier 1685 à Saint- Maurice d’Angers, fils de Georges, sieur de la Garenne, et de Suzanne Falaiseau, épousa le 27 juin 1658 au temple de Sorges, Anne Le Bec, baptisée le 11 mars 1629 au temple de Sorges, † 7 décembre 1680 à Angers, fille de Jacques et de Catherine Tripier ; dont, entre autres :

 

- Jacques, baptisé le 28 septembre 1659 au temple de Saumur, † 18 avril 1677 à Angers.

 

CAILLETEAU

 

Moyse Cailleteau, sieur de la Caille, gentilhomme Beauceron, épousa Ester Guiard ; dont dix enfants :

Louys († 21 mars 1611 au temple de Saumur), Jérémye († 9 avril 1611), Jehan († 30 avril 1611), Philippe (24 avril 1611), Marguerite (jumelle du précédent, 12 mars 1619), Marthe (20 mai 1612), Anne (5 janvier 1614), Claude (23 décembre 1615, † 7 mars 1619), Bénigne (21 mars 1618) et Jacques († 10 juin 1619).

 

CAILLOUÉ

 

Jacques Cailloué, était marchand libraire à Rouen. Il fut inhumé le 1er août 1664 à Saumur. Il avait épousé Marie Villequier, dont il eut au moins une fille (à moins que ? cette dernière ne soit plutôt la fille du même Jacques Cailloué et de Marthe Dubuisson):

- Marthe Cailloué, baptisée le Février 1631 au temple de Quevilly, épousa en 1ères noces av. 1652, David Delaville (voir à ce nom), marchand libraire. Il fut inhumé le 27 août 1652 à Saumur. Marthe Cailloué après un cours veuvage épousa en 1654 le libraire René Péan (voir à ce nom). A la Révocation, Marthe Cailloué et ses enfants se réfugièrent à Londres.

 

CALENDER (ou CALANDER , KALANDER)

 

Alexandre Calender était un gentilhomme écossais. Il épousa en 1652 Marthe Bouchereau (voir à ce nom), baptisée le 1er mai 1622 au temple de Saumur, fille du pasteur Samuel Bouchereau et de Marthe Prunier. Elle lui donna notamment :

Paul (13 avril 1653 au temple de Saumur), Guillaume (31 mars 1654, inhumé le 30 décembre 1661), Samuel (26 mai 1655), Marthe (28 mai 1656, inhumée le 6 mars 1662), Alexandre (27 mai 1657) et Robert (15 septembre 1658).

Marthe Bouchereau fut inhumée le 25 février 1661. Alexandre Calender semble avoir quitté Saumur après le décès de son épouse.

 

CALLAGHEL (ou ? CALLAYER ? PARAGUEL)

 

Jean Callaghel, qui signe : “Paraguel” ? , paraît s’être marié deux fois ; la 1ère avec Suzanne Leguille : dont une fille :

- Madeleine, baptisée le 15 mars 1648 au temple de Saumur.

et la 2de avec Anne Hubert (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Renée, baptisée le 12 septembre 1660 au temple de Saumur

 

CAMERON

 

Jean Cameron, ministre et professeur en théologie, épousa N...e Bernardin; dont deux enfants :

Suzanne, (1er novembre 1620 au temple de Saumur) et Jean († 22 juillet 1624).

 

CAMIN (ou CAMYN , CAMAIN)

 

1° Richard Camin, né v. 1625, † 6 avril 1676 à Saumur, était marchand blanchisseur de toiles. Il s'était marié à Jeanne Aubert (voir à ce nom), probablement baptisée le 19 juin 1630 au temple de Saumur, fille de Jérémie et de Jeanne Béritault. Elle lui donna treize enfants :

- Jérémie, baptisé le 21 mai 1656 au temple de Saumur, qui suit en 2°.

- David, baptisé le 3 juin 1657.

- Isaac, baptisé le 16 juin 1658.

- Jeanne, baptisée le 30 juillet 1659, † 18 août 1660.

- Jeanne, baptisée le 25 août 1660, vivante en 1675.

- Isaac, baptisé le 26 octobre 1661, † 11 décembre 1661.

- Pierre, baptisé le 23 janvier 1663, inhumé le 13 février 1663.

- Anne, baptisée le 5 mai 1664.

- Richard, baptisé le 19 juillet 1665, † 3 août 1665.

- Marthe, baptisée le 25 juillet 1666, † 14 avril 1668.

- Richard, baptisé le 30 septembre 1667, † 22 octobre 1667.

- Élisabeth, baptisée le 15 décembre 1668, † 18 décembre 1668.

- Marie, baptisée le 2 juillet 1673.

Richard Camin est décédé le 5 avril 1676 à l'âge de 51 ans.

 

2° Jérémie Camin, né en 1656, épousa, le 9 octobre 1680 au temple de Saumur Marie Pineau (voir à ce nom), fille du sergettier Jean Pineau et de Marie Buet. Elle lui donna quatre enfants :

Jeanne (31 août 1681 au temple de Saumur), Marie (12 août 1682, † 9 avril 1683), Marie-Anne (4 Juin 1683) et Henry (26 juillet 1684, † 31 juillet 1684).

Le 9 février 1687, Jérémie Camin alors qu'il était malade refusa les secours d'un prêtre, arguant "qu'il ne pouvait croire aux mystères de la religion catholique apostolique et romaine et qu'il voulait suivre son ancienne religion". Il ne mourut pas mais le 22 mars suivant il fut condamné à faire amende honorable devant l'église Saint-Pierre et à servir durant le reste de sa vie sur les galères du Roi pour crime de relaps.

En août 1689, sa femme avec quatre autres nouvelles converties fut accusée d'avoir tenu une assemblée dans le faubourg de la ville.

 

CAPPEL

 

La famille “Cappel” est d’origine parisienne[189] :

* 1er degré : Denis Cappel, † 1472, épousa Yolande Bailly ; dont :

* 2nd degré : Denis Cappel (fils ou ? petit-fils du précédent), procureur au Parlement de Paris, † 1541, épousa Marguerite Aimery; dont neuf enfants.

Nous ne traiterons que de la descendance de l’un de ces neuf enfants, Jacques Cappel, en 1° :

 

1° Jacques Cappel, sieur du Tilloy (en Brie), Né vers 1529, † 21 mai 1586 à Sedan, aurait, ses études terminées, visité l’Italie et l’Allemagne : c’est alors, dans ce dernier pays, que “éclairé sur les abus de l’Église Romaine par quelques hommes de mérite avec qui il s’était lié, il prit la résolution d’abjurer la religion catholique, résolution qu’il exécuta aussitôt qu’il fut de retour à Paris” ; conseiller “non originaire” au Parlement de Bretagne, après son beau-père résignant, pourvu le 20 juillet 1565, reçu le 8 février 1566, se trouvant, du fait de sa religion, de ceux qu’atteignaient les lettres du Roy de Sept. 1568, il céda son office en 1576; il se retira à Tilloy, mais en fut chassé au moment de la Saint-Barthélemy; réfugié à Sedan, puis revenu à Paris, sa réputation de jurisconsulte le fit choisir comme l’un des “Conseillers Réformés” de la Chambre mi-partie établie auprès du Parlement de Paris par le traité de Chastenoy; mais il ne put prendre possession de son office et retourna alors vivre au Tilloy jusqu’en 1585, où il dût aller se réfugier à nouveau à Sedan.

Jacques Cappel épousa Louise Duval (ou Du Val), † après 1586, ayant abjuré, fille de Nicolas Duval, conseiller “non originaire” au Parlement de Bretagne, et de Catherine Angenoust ; dont quatre enfants :

- Jacques, sieur du Tilloy, dont nous ne traiterons pas ici[190].

- Marie épousa en 1610, Sigisbert Alpée, sieur de Saint-Maurice, pasteur de Saint-Mars.

- Olivier, étudiant en médecine à Montpellier, † jeune.

- Louis Cappel, qui suit en 2°.

 

2° Louis Cappel, le père de la critique sacrée, “le grand oracle des hébraïsants” fut une des figures les plus éminentes de l'Académie de Saumur (voir Haag et les 2 éditions de Célestin Port). Il était né le 15 octobre 1585 à Saint-Elier près de Sedan où ses parents s'étaient réfugiés.

Louis Cappel devint en 1614 professeur d'hébreu à l'Académie de Saumur. Selon Philippe Le Noir de Crevain qui fut son élève il "excelloit en hébreu, arabe, rabbin, belles lettres, histoire et critique"[191].

Louis Cappel avait épousé en 1615 Suzanne Delaunay, fille de Benjamin Delaunay, sieur du Gravier, ministre de Chilleur (Loiret) et Marie Des Prés. Elle lui donna six (ou sept) enfants :

- Jean, baptisé le 16 décembre 1618. Il suit en 3°.

- sans doute, Suzanne, qui est marraine en 1637 au temple de Saumur

- Benjamin, baptisé le 8 janvier 1625, fut inhumé le 13 novembre 1626.

- Louis, sieur du Tilloy, baptisé le 14 octobre 1627, † 3 novembre 1630.

- Louis, baptisé le 2 juillet 1631. Il suit en 4°.

- Louise, baptisée le 23 novembre 1633, † 8 avril 1634.

- Jacques, baptisé le 14 août 1639 qui suit en 5°.

Louis Cappel fut inhumé le 18 juin 1658 à Saumur. Suzanne de Launay, son épouse, est décédée le 24 février 1667. La maison de Louis Cappel se voit encore à Saumur au N° 11 de la rue du Temple.

 

3° Jean Cappel (voir article à son nom dans Célestin Port), né en 1618, mourut avant 1664 (selon Célestin Port ; ou ? le 10 mars 1701 à Saint-Pierre de Saumur). Il abjura en 1656 et fut alors adopté par Marguerite de Blacvault, une veuve riche et pieuse : le pouvoir royal obligea toutefois son père à lui verser une pension.

Jean Cappel épousa le 9 février 1660 à Saint-Pierre de Saumur Marguerite Phélippeau, née v. 1629, † 11 mars 1677 à Nantilly, fille de Olivier et de Élisabeth Bonneau; dont trois enfants :

- Henri, né 1660, étudiant en rhétorique, † 14 août 1677 à Nantilly.

- Marguerite, baptisée le 22 avril 1662 à Nantilly à Saumur; son parrain fut Henry Arnauld, l’évêque d’Angers.

- Jeanne-Louise, † 7 février 1711 à Rivière (I & L), épousa le 24 juin 1681 à Nantilly, René Veau, sieur de Rivière, † 8 mars 1746, fils de Urbain, sieur du Pont, et de Marie Legay.

 

4° Louis Cappel, sieur du Tilloy, né en 1631, épousa en premières noces en 1653 Elisabeth Duportau (voir à ce nom), baptisée le 30 janvier 1633 au temple de Saumur, fille de Michel Duporteau, sieur de Beauvais et de Marie Chapeau. Elle lui donna six enfants baptisés au temple de Saumur :

- Élisabeth (10 mai 1654), Louis (19 mai 1655), Élisabeth (8 octobre 1656, † 4 juin 1657), Suzanne (19 septembre 1657), Anne (21 décembre 1659, eut pour marraine Anne de La Noue, douairière de la Muce ; inhumée dans l'église Saint Pierre de Saumur le 10 juin 1687) et Louis (le 9 janvier 1661).

Louis Cappel abjura de façon spectaculaire le 3 mars 1670 à l’Oratoire, à Angers, entre les mains de l’évêque Arnauld. Sans doute est-ce lui, et non son frère Jean (mort le 10 mars 1701 à Saint-Pierre) qui épousa en 2des noces le 7 août 1697 à Saint-Pierre de Saumur, Marie Barré, née v. 1641, † 6 août 1718 à Saint-Pierre, fille de Yves, avocat, et de Françoise Du Bois.

 

5° Jacques Cappel, sieur de Montjambert, né en 1639, fut nommé à l'âge de 19 ans professeur d'hébreu à l'Académie de Saumur. Il épousa Marie Niotte (voir à ce nom), baptisée le 28 mai 1628 au temple de Saumur, fille de Philippe Niotte et de Marie Chiton. Elle lui donna huit enfants baptisés au temple de Saumur :

- Jacques, baptisé le 30 octobre 1663.

- Philippe, baptisé le 9 novembre 1664.

- Marie, baptisée le 14 février 1666.

- Daniel, baptisé le 14 décembre 1667. il suit en 6°.

- Suzanne, jumelle du précédent, inhumée le 21 janvier 1668.

- Louis, baptisée le 5 juin 1669.

- François, baptisée le 19 mai 1671.

- Frédéric Christian, baptisé le 22 octobre 1673, inhumé le 1er novembre suivant.

Jacques Cappel présenta le 29 septembre 1685 à Nantes un brevet du roi l'autorisant à passer en Angleterre[192]. Il devint professeur de latin à Londres dans un collège non conformiste à Hoxton Square. Il fut notamment le 9 octobre 1709 dans l'Eglise de Saint-Jean Spitafields le parrain d'une juive qui se convertit au christianisme[193]. Il mourut en 1722.

 

6° Daniel Cappel, sieur de Montjambert, né en 1667, fils de Jacques Cappel et de Marie Niotte, épousa le 21 août 1695 dans l'église Saint Pierre de Saumur Jeanne Diserotte, fille de Jean et de Jeanne-Marie Niotte

Daniel Cappel de Saumur, fils de Monsieur Jacques Cappel, ci-devant professeur aux langues orientales à Saumur, passa en Angleterre après son mariage et fit acte de reconnaissance dans l'église de Swallow Street le 7 juin 1696[194]. Son épouse Jeanne Diserotte fit acte de reconnaissance dans la même église le 19 septembre 1697[195].

 

Daniel and Francis Capel, sons of James Capel by Mary, his wife obtinrent la naturalization le 11 avril 1700[196].

 

CARRÉ

 

Les registres de Saumur font état de quelques membres des familles Carré de Châtellerault et Loudun qui contractèrent des alliances avec des membres de l’Eglise de Saumur.

à noter :

. Anne Carré épousa av. 1655, Pierre Boucher (voir à ce nom).

. Gabrielle Carré, † 8 octobre 1662 à Saumur, “épouse de la Roche-Crozé”.

. Suzanne Carré, née v. 1617 à Châtellerault, femme de Daniel Daillé (voir à ce nom), (né v. 1611, fils de François et de Jeanne Berthon, † 12 février 1679 à Saumur), fut inhumée le 21 août 1678 à Saumur.

. Suzanne Carré, née v. 1649 à Châtellerault, fille de Jean Carré et de Marie Otin, épousa le 28 juin 1671 au temple de Châtellerault Jean Amirault (voir à ce nom), apothicaire à Saumur, baptisé le 7 mai 1647 au temple de Saumur, fils de Claude, apothicaire à Saumur, et de Marguerite Colpin. Elle lui donna trois enfants en 1672, 1673 et 1676. Elle fut inhumée le 21 mai 1677 à Saumur.

. Jean Carré, tailleur d’habits à Loudun, né v. 1606, épousa le 19 août 1671 au temple de Saumur, Suzanne Gatinet, née v. 1622.

 

CARTIER (ou QUARTIER)

 

1° Jacques Cartier, “le pintier”, “ancien”, † 2 mai 1665 à Saumur, épousa en 1ères noces, Renée Tassin, † 10 décembre 1627 à Saumur ; dont huit enfants :

- Jacques ° 6 mars 1611 au temple de Saumur, † 20 mars 1611.

- Jacques, baptisé le 10 juin 1612, † 14 juin 1612.

- Élisabeth, baptisée le 13 octobre 1613.

- Claude, baptisé le 17 décembre 1614, † 12 avril 1621.

- Rachel, baptisée le 27 juin 1618, † 9 décembre 1619.

- Samuel, baptisé le 26 juillet 1620, † 25 octobre 1628.

- Anne, baptisée le 10 mars 1622, † 18 avril 1624.

- Renée, baptisée le 10 mai 1623, † 20 août 1628.

Il épousa en 2des noces le 27 août 1628 au temple de Saumur, Marthe Le Roy (voir à ce nom), sans doute est-elle : “Mme Cartier, † 9 octobre 1649 à Saumur ; dont sept enfants :

- Jacques, baptisé le 30 septembre 1629 au temple de Saumur docteur en théologie, demeurant à Vendôme, épousa en 1666 à Sarcigné (Saint-Loup-du-Gast), Louise Barbier, protestante, fille de N... et de Marie Leray; Louise Barbier est marraine au temple de Saumur en 1669.

 

- Anne, baptisée le 5 octobre 1631, † 20 juin 1633.

- Philippe, baptisé le 14 novembre 1632, † 11 janvier 1634.

- Marie, jumelle du précédent, † 4 mars 1654.

- Abel, baptisé le 7 mai 1634.

- Samuel, baptisé le 3 février 1636.

- Marthe, baptisée le 22 avril 1640.

 

2° à noter :

. Élisabeth Cartier, † 11 juillet 1676 à Saumur, épousa av. 1642, Pierre Foucques (voir à ce nom)

 

CHABART (ou CHABAT)

 

à noter :

. ...?... Chabart épousa ...?... Javart (voir à ce nom), inhumée 16 septembre 1624 à Saumur.

. Ester Chabart, † 14 décembre 1626 à Saumur.

. Marguerite Chabart, † 22 mars 1628 à Saumur, épousa av. 1611, Jehan Aubin (voir à ce nom), soldat

. Marye Chabart (qui est peut-être inhumé le 3 juillet 1639 à Saumur), épousa av. 1630, Claude Thibaut (voir à Thibaudeau).

 

CHABROL

 

1° Catherine Chabrol, fille du ministre de Thouars Jean Chabrol et de Jeanne Ribay, fut inhumée le 21 août 1682 à Saumur, à l’âge de 16 ans.

 

2° à Noter :

. Jeanne Chabrol est marraine au temple de Saumur en 1681.

. “la dlle Chabrol, nouvelle convertie” est taxée d’office à 18 livres en 1686.

 

CHAILLAND (ou CHAILLANT)

 

1° Jacques Chailland, sieur de la Chalouzière, † 2 novembre 1617 à Saumur, se marie, semble-t-il deux fois. La première avec ...?... Bourceau (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Jacques, baptisé le 14 septembre 1597 au temple de Saumur.

La seconde avec Magdeleine Gourdineau (voir à ce nom) ; dont deux enfants :

Suzanne (16 janvier 1600 au temple de Saumur) et Marthe (16 mai 1604).

 

2° à noter :

. Marye Chailland épousa av. 1610, Jacques Baunois.

. Anne Chailland, † av. 1629 épousa en 1ères noces le 1er juin 1614 au temple de Saumur, Charles Delavau, dit “la Brande”, † 30 décembre 1616 à Saumur. Elle épousa en 2des noces 22 novembre 1617 au temple de Saumur, René Legagneur (voir à ce nom), qui se remarie avec Anne Oriot.

. Françoise Chaillant, † 4 février 1627 à Saumur), veuve de Samuel Prieur (voir à ce nom).

. Judith Chaillant, † 19 octobre 1639 à Saumur, épousa Jouachim Tranchant, dit “capitaine Foubarbault”, de Saintes, † 10 décembre 1618 à Saumur.

 

CHALLET (ou CHOLLET)

 

1° Le maître-texier René Chollet, fils de Pierre Chollet et de Jacquette Le Fort, épousa, en 1ères noces le 7 octobre 1668 au temple de Saumur, Esther Corbinneau (voir à ce nom), née v. 1642, † 15 mai 1671 à Saumur, fille de Benjamin et de Charlotte Richard ; dont il eut :deux enfants :

René (2 octobre 1669 au temple de Saumur, † 13 janvier 1678) et Marie (22 mars 1671, inhumée le 28 mars 1671).

René Chollet épousa, en secondes noces le 22 novembre 1671 au temple de Saumur, Marie Dutertre, de Bourgueil, née v. 1646 fille du tailleur d'habits Jacques Dutertre et de Marie Darcheu. Dont six enfants :

Marie (5 juin 1672 au temple de Saumur), Pierre (28 août 1675, † 21 août 1677), Marthe (23 janvier 1678, † 14 février 1678), Charles (26 février 1679), André (9 mars 1681, † 2 novembre 1681) et Daniel (11 avril 1683).

 

2° Jehan Chollet (peut-être est-il : Jean Cholet, pintier, † 19 mars 1622 à Saumur), † ap. 1608, épousa Marie Angoumois (voir à ce nom), † 31 décembre 1608 à Saumur ; dont deux fils :

Loys (8 août 1604 au temple de Saumur) et Isaac (21 septembre 1605).

 

3° Jacques Cholet, de la ville de Mer, dit “Sablonnière” épousa Marie Bouet ; dont quatre enfants

Jacques (7 novembre 1611 au temple de Saumur, † 16 septembre 1613), Marie († 1er octobre 1613), Jacques ( 22 mars 1615) et Jean (9 octobre 1616).

 

4° à noter :

. Daniel Cholet, fils de l’élu, noyé dans la Loire, † 3 juin 1615 à Saumur.

. Rachel Chollet, † ap. 1634 épousa le 5 février 1617 au temple de Saumur, Isaac Puisencourt (voir à ce nom), épinglier, † 30 octobre 1639 à Saumur.

. Marie Cholet épousa le 27 janvier 1619 au temple de Saumur, Thomas Leroux, sarger.

. Madeleine Chollet, † ap. 1646, épousa av. 1629, Pierre Charrier (voir à ce nom).

 

CHAMPION

 

1° Pierre Champion qui s’établit comme marchand à Saumur dans les années 1650 était probablement de la famille de ce nom de Loudun. Il épousa en 1654 Marie Demahis (voir à ce nom) ; dont onze enfants baptisés au temple de Saumur :

Marthe (18 avril 1655), Louise (1er octobre 1656), Pierre (26 septembre 1660, † 8 octobre 1660), Marie (27 septembre 1662, † 23 septembre 1663), Pierre (14 novembre 1668, † 16 décembre 1668), Pierre (25 mai 1664, † 3 juillet 1664), Marie (jumelle du précédent), Anne (15 novembre 1665), Jean (9 février 1667), Pierre (4 septembre 1672) et Marthe (25 janvier 1671).

 

2° à noter :

. Renée Champion épousa av. 1605, Abraham Guicherit (voir à ce nom), marchand à Loudun.

. Pierre Champion, avocat à Loudun, né v. 1634, épousa le 19 août 1671 au temple de Saumur, épousa Suzanne Roux, née v. 1634, fille de feu Charles Roux, avocat à Loudun, et de Antoinette Gaultier.

. Jeanne Champion, † av. 1654, épousa av. 1649, David Auvray (voir à ce nom), sieur du Mesnil (en Normandie), remarié à Jeanne Charrier.

. Marie Champion épousa av. 1655, René Le Gangneux (voir à ce nom).

. Anne Champion, † 28 avril 1661 à Saumur, fille de Pierre Champion, procureur (à ? Loudun), et de Dorothée Boulliau, épousa av. 1655, Charles Delaporte (voir à ce nom), † av. 1661.

. N.... Champion est étudiant en théologie à Saumur en 1651.

 

CHAPEAU (ou CHAPPEAU)

 

1° Jean Chapeau, demeurant à la Brosse près de Fontevraud († entre 1676 et 1681) et Catherine Bernardeau († 1er mai 1667 à Saumur), après avoir été membres de l’Eglise de Loudun pendant les cinq premières années de leur mariage, s'établirent en 1634 à Saumur. Ils eurent six enfants :

- Renée, baptisé en juillet 1629 au temple de Loudun.

- Magdeleine, baptisée en juillet 1630 au temple de Loudun. Elle fut sans doute inhumée le 10 mars 1661 à Saumur.

- Jacob, baptisé en avril 1633 au temple de Loudun. Il suit en 2°.

- Marie, baptisée le 19 novembre 1634 au temple de Saumur

- Jehan, baptisé le 3 juillet 1639 au temple de Saumur.

- Catherine, baptisée le 10 mars 1641 au temple de Saumur, épousa, le 2 février 1681 au temple de Saumur, l'horloger Élie Bernard (voir à ce nom), né v. 1651. originaire du Mans, fils de feu Élie, horloger, et de Catherine Bernardeau. En 1688, elle s'enfuit avec son mari à Jersey. Ils s'établirent à Southampton où elle décéda le 1er juillet 1694 à l'âge de 53 ans.

 

2° Jacob Chapeau, né en 1633, épousa, p. c. du 27 juillet 1664 (Hugé à Loudun), Judith de La Garde (ou “Delagarde”), fille de Paul de Lagarde : ils eurent six enfants baptisés à Saumur un septième baptisé à Loudun :

Judic (25 mars 1666 au temple de Saumur, inhumée le 24 avril 1666), Paul (6 mars 1667), Judith (9 juin 1669, † 13 juin 1669), Suzanne-Catherine (15 février 1672, † 22 février 1673 ,), Jean (3 mars 1675, inhumé le 25 juin 1681) et Marie (17 mai 1682). Leur dernier enfant, une fille : Jeanne, fut baptisée en février 1685 à Loudun. En octobre 1685, ils étaient à Nantes avec leur fille Marie. Vingt‑un mois plus tard, on les retrouve à Jersey où ils abjurèrent la Religion romaine le 16 juillet 1687.

 

3° Jean, † en 1618, épousa Marthe Éveillard (ou “Feuillard”) ; dont un fils :

- Louys, baptisé le 17 octobre 1618 au temple de Saumur.

 

4° à noter :

. Marye Chappeau, † 7 juin 1633 à Saumur, épousa av. 1597, Michel Du Portau (voir à ce nom), sieur de Beauvais, receveur, † 14 janvier 1627 à Saumur .

. René Chappeau, sieur de la Fond, est témoin d’un mariage en 1681 au temple de Saumur

 

CHAPELIER

 

Jean Chapelier, originaire de Bar en Lorraine, fut maître maçon, puis architecte à Angers. Il fut inhumé le 7 janvier 1646 à Angers. Il épousa le 14 janvier 1629 au temple de Sorges, Marie Gouin (voir à ce nom), veuve de Denis Godefroy, dit “la Bretêche”, fille de Étienne et de Marie Jouet ; dont, au moins, deux filles :

- Judith, baptisée le 16 janvier 1639 au temple de Sorges épousa en 1ères noces av. 1667, Daniel Gouin (voir à ce nom), tonnelier, veuf de Élisabeth Nobileau, fils de Daniel et de Madeleine Aubin. Daniel Gouin fut inhumé le 17 juin 1678 à Saumur. Judith Chapelier se remaria le 28 juin 1682 au temple de Saumur avec François de Wimers d’Angers (voir à ce nom).

- Suzanne, née v. 1638, fut inhumée le 2 février 1668 à Saumur.

 

CHARDON

 

1° Jacques Chardon[197], fils de René Chardon, marchand à Azay-le-Rideau, et de Marguerite Christophle, fut marchand à Saumur puis à Thouars. Il épousa le 30 septembre 1612 au temple de Saumur, Madeleine Pinault (voir à ce nom). Trois enfants furent baptisés à Saumur :

Philippe (8 septembre 1613, † 12 octobre 1613), Judith (1er janvier 1615) et Philippe (13 mars 1616).

 

2° à noter :

N...e Chardon, † ap. 1658, épousa François Tripié, † 10 novembre 1658 à Saumur.

 

de CHARDON

 

Jean de Chardon, sieur de Luigny, épousa Suzanne Du Bellay (voir à ce nom), olim “Mlle du Plessis-Raganne”, baptisée le 3 juillet 1611 au temple de Saumur, fille de Robert, sieur du Plessis-Thiour et de Anne Le Balleur ; dont sept enfants :

Jehan (18 octobre 1637 au temple de Saumur), Suzanne (31 août 1636), Claude (13 novembre 1639, † 19 juin 1642), Marie (27 janvier 1641, † 22 mai 1642), Zacharie (6 mars 1644), Suzanne (18 mars 1646) et Françoise (11 octobre 1648).

 

CHARITÉ (de)

 

Arnault de Charité, maître d’hôtel de Mr du Plessis, épousa Suzanne Petit (voir à ce nom) ; dont deux enfants baptisés au temple de Saumur :

Philippe (30 mai 1612) et Élisabeth (6 novembre 1616).

 

CHARRIER (ou CHARIER , CHARTIER)

 

1° Pierre Charrier, dit “Montauban”, épousa Madeleine Chollet (voir à ce nom) (ou ? Challet) ; dont quatre enfants baptisés au temple de Saumur :

Paul (6 juin 1629, † 19 octobre 1629), Isaac (2 février 1631), Marie (28 novembre 1632, † 13 juillet 1642) et Pierre (13 juin 1646).

 

2° à noter :

. Élisabeth Chartier, † 20 janvier 1618 à Saumur, fille de Louis, dit “la Fontaine”, soldat, † le même jour.

. Élisabeth Chartier épousa av. 1625, Pierre Juillet (voir à ce nom), † 10 août 1628 à Saumur.

. Marie Chartier, de Montauban, † 13 juillet 1642.

. Jeanne Charrier épousa av. 1655, Daniel Auvray (voir à ce nom) ; écuyer, sieur du Mesnil, † 22 août 1663 à Saumur, veuf de Jeanne Champion.

 

CHEDHOMME (ou CHEFDHOMME , CHADORNE))

 

1° François Chedhomme (ou ? “Chadorne”), dit “la Porte”, de Sarlat, † av. 1616 épousa Renée Prioleau (ou “Priouleau”) ; dont trois fils :

Georges (5 mai 1611 au temple de Saumur), Jean (23 septembre 1614, † 12 février 1616) et François († 21 novembre 1615).

 

2° Louis Chedhomme épousa Esther Pigier (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Louis, baptisé le 25 janvier 1660 au temple de Saumur

 

CHÉRELLES (ou CHÉRELLE)

 

Cette famille protestante, nombreuse à Tours, est originaire de Savonnières (en Indre-et-Loire).

 

Isaac Chérelles, maître sargier drapier, † 21 mars 1648 à Tours, fils d’Adrien et de Simonne Jaillard, épousa le 18 juillet 1627 au temple de Blois, Andrée Marseille, fille d’André et de Marie Gousset ; dont au moins trois filles :

- Élisabeth Chérelles, née v. 1629, épousa p. c. du 12 février 1653 à Tours, Isaac Gouin (voir à ce nom), baptisé le 20 octobre 1621 au temple de Saumur, veuf de Anne Pinsonneau, fils de Gabriel et de Catherine de Laserre. Dont nombreuse postérité baptisée au temple de Saumur.

- Marie Chérelles , née v. 1630, épousa av. 1657, Jean Desbordes (voir à ce nom), marchand libraire à Saumur, baptisé le 8 juin 1631 au temple de Saumur, qui émigre à la Révocation avec son épouse, fils de Isaac Desbordes et de Marie Roquette.

- Judith Chérelles, baptisée le 21 septembre 1639 au temple de Tours, † 7 mai 1669 à Saumur.

 

CHESNEAU

 

Famille protestante très nombreuse à Angers.

 

1° Jacques Chesneau, né v. 1632, † 19 août 1678 à Saumur, épousa Madeleine Bruneau; dont deux enfants :

Jacques, baptisé le 25 octobre 1662 au temple de Saumur, † 26 octobre 1662) et N.... (et † 30 décembre 1663).

 

2° Denis Chesneau épousa Geneviève Mérienne (lecture incertaine) (ou “Mériane”) ; dont trois enfants :

Marie († 28 juin 1617 à Saumur), Jacques († 14 décembre 1617) et Ester (10 septembre 1617, † 22 décembre 1619).

 

3° Estienne Chesneau épousa Marie Corbion; dont une fille :

- Marie, baptisée le 4 juillet 1621 au temple de Saumur, † 23 juillet 1621.

 

4° à noter :

. Anne Chesneau, † av. 1608, épousa (vers les années 1590) Jacques Macé (voir à ce nom), sieur de Champfourrier, demeurant à Saumur, † ap. 1608.

. Perrine Chesneau épousa av. 1622 Alexandre Hunter (voir à ce nom), Écossais.

 

CHEVALLERIE

 

à noter :

. Jeanne Chevallerie, † 9 décembre 1626 à Saumur épousa av. 1595, Jacques de Brissac (voir à ce nom), sieur du Pré, † 10 avril 1635 à Saumur, remarié en 2des noces à Suzanne Lefèvre.

. Marie Chevallerie, † 9 avril 1620 à Saumur, épousa av. 1600, Philippe Sauvé (voir à ce nom), sieur de Longchamps, † 17 février 1624 à Saumur.

. Jehanne Chevallerie, † 15 novembre 1614 à Baugé, épousa Jacques de Brossard (voir à ce nom).

 

de CHOISY

 

“Monsieur Jehan de Choisy, capitaine de la gabelle de cette ville”, † 31 mai 1643 à Saumur, épousa Jehanne Mathée (ou ? Mathieu) ; dont un fils :

- Jehan, baptisé le 8 août 1639 au temple de Saumur.

 

CHOLLET (voir à CHALLET)

 

CHOMETTE (ou CHAUMETTE)

 

1° André Chomette, dit “Fleury”, arquebusier, armurier, né v. 1596, † 10 septembre 1678 à Saumur, épousa en 1ères noces, Marie Henry, † 3 juin 1627 à Saumur. Dont cinq enfants :

Marie (23 février 1625 au temple de Saumur), André, (10 mars 1627, † 31 juillet 1627), N...e († 24 juin 1630), Marie, (22 mai 1630, † 12 mars 1632) et Paul († 16 mai 1634).

Il épouse, en 2des noces, le 29 août 1627 au temple de Saumur, Marie Guillaume (voir à ce nom), née v. 1603, † 10 août 1671 à Saumur ; dont douze enfants :

- N...., baptisé le 6 août 1628 au temple de Saumur.

- Marie, baptisée le 25 mai 1630, † ap. 1680, épousa av. 1670, Jean Le Maye (voir à ce nom), marchand, demeurant à Luynes en 1670, † entre 1680 et 1686, où sa veuve est taxée comme “nouvelle convertie”.

- N...e, † 25 février 1632.

- Paul, baptisé le 16 novembre 1633.

- Pierre, baptisé le 14 janvier 1635.

- Isaac, baptisé le 1er avril 1637, † 28 août 1642.

- Madeleine, baptisée le 15 août 1638.

- André, baptisé le 6 octobre 1639.

- Isaac, baptisé le 20 février 1641, † 28 août 1642.

- Suzanne, baptisée le 21 décembre 1642, † 3 octobre 1645.

- Perrine, baptisée le 20 août 1645.

- Rachel, baptisée le 5 mai 1647.

 

2° à noter :

. Jehanne Chaumette épousa av. 1618, Laurend Petit (voir à ce nom).

. Fleury Chomette est parrain au temple de Saumur en 1625 de Marie Chomette.

. André Chomette, † 4 mars 1638 à Saumur

 

CHRESTIEN

 

1° Abraham Chrestien, serrurier, † 30 octobre 1626 à Saumur, épousa Jehanne Ollier (voir à ce nom), † 6 mars 1631 à Saumur ; dont un fils :

- Pierre, baptisé le 26 février 1596.

 

2° Abraham Chrestien, “arquebusier”, † en novembre 1643 à Saumur, épousa le 1er février 1613 au temple de Saumur, Marie Desmarets (voir à ce nom), † 15 février 1638 à Saumur Dont trois enfants baptisés au temple de Saumur (les autre enfants baptisés au temple de Sorges) :

- Marie (9 novembre 1614 au temple de Saumur, † 16 novembre 1614), Abraham (6 décembre 1615), Marie (20 mai 1618).

 

3° Estienne Chrestien, notaire aux Rosiers (49), † 11 août 1651 à Saumur, épousa Rachel Basourdy; dont trois enfants :

Rachel (15 février 1609 au temple de Saumur), Pierre (28 mars 1610, † 13 novembre 1610), Jacques (13 novembre 1611, † 19 novembre 1611) et Jeanne (21 juillet 1621).

 

3° à noter :

. Marie Chrestien, † 11 février 1630 à Saumur, épousa Paul Raboteau.

. Marie Chrestien, † 24 février 1640 à Saumur, épousa av. 1605, Paul Aubert (voir à ce nom), chirurgien, † av. 1640.

. Marie Chrestien, † 16 mars 1612 à Saumur, épousa le 18 décembre 1611 au temple de Saumur, Jehan Desbordes (voir à ce nom), fils de René, de Chinon.

. Anne Chrétien, † 3 février 1644 à Saumur, épousa av. 1643, Pierre Thiboust (voir à ce nom), sargetier.

. Charles Chrestien, “aîné”, apothicaire aux Rosiers, † 27 juin 1657 à Saumur.

 

CLÉMENT

 

Étienne Clément, sieur de Voisy, directeur des aides à Angers, “intéressé dans les cinq grosses fermes”, né v. 1622, † ap. 1680, veuf de la vitréenne Esther Grislel († 5 mars 1672 à Rennes), épousa le 1er novembre 1672 au temple de Saumur, Françoise Chardon (voir à ce nom), d’Angers, né v. 1639, † ap. 1682, veuve de Jacques Théard, sieur des Landes. Ils eurent trois enfants baptisés au temple de Sorges.

 

COIGNARD

 

1° Paul Coignard, sieur de Saint-Martin, † 11 mars 1614 à Saumur, épousa Marie Grimaudet (voir à ce nom), † av. 1623; dont trois enfants :

Pierre (5 février 1597 au temple de Saumur), Marie (16 mars 1603), Philippe (27 juin 1604) et Jehanne († 14 août 1623 à Saumur).

 

2° Paul Coignard, ou “capitaine Cougnard”, épousa Catherine Bourceau (voir à ce nom) ; dont trois enfants :

Paul (22 novembre 1608 au temple de Saumur, † 11 novembre 1612), Jacques (19 août 1612) et Marie (8 janvier 1614, † 9 janvier 1614).

 

COLAS (ou COLLAS)

 

Il y a de nombreuses familles catholiques à porter ce même patronyme en Anjou.

 

1° René Colas, sieur de la Treille, fils de René Colas et d'Anne Alain, né en septembre 1625 à Loudun, fit ses études à l'Académie de Saumur. Il y présenta en 1647 sa thèse : De quinque falso dictis sacramentis... . Il fut nommé en 1656 pasteur de Preuilly.

René Colas avait épousé, par contrat passé le 27 août 1654 à Tours, Anne Delacour (voir à ce nom). Fille du maître-orfèvre Michel Delacour et de Catherine Drouyn, elle a été baptisée le 23 octobre 1631 au temple de Tours[198]. Ils eurent neuf enfants baptisés à Preuilly, à l'exception du second qui fut baptisé à Loudun :

Anne (29 janvier 1656), René (février 1657), qui est étudiant en théologie en 1684 , Anne (23 avril 1658), René (15 décembre 1659), Marie (1er janvier 1662), Jacques (23 novembre 1663), Michel (21 novembre 1664), Josias (27 avril 1666) et Paul (13 février 1669).

René Colas décéda le 21 novembre 1669 à Preuilly à l'âge de 44 ans. Anne Delacour après la mort de son mari s'établit à Saumur où son fils Paul fut inhumé le 6 septembre 1675 à l'âge de 6 ans. Ses fils René et Jacques firent leurs études à l'Académie de Saumur. Anne Delacour, le 10 septembre 1684 au temple de Saumur, maria sa fille Marie au marchand Adrien Hoogewers (voir à ce nom), originaire de Rotterdam, établi à Nantes. Elle suivit sa fille à Nantes.

Adrien Hoogewers, sa femme et sa belle-mère abjurèrent à Nantes au mois de novembre ou de décembre. Tous les trois au printemps 1686 s'esquivèrent. Le 19 juin 1686, le propriétaire de la maison où ils demeuraient signala leur départ. On les chercha inutilement[199].

 

2° à noter :

. Marie Collas, † 9 avril 1663 à Saumur épousa av. 1622, Abraham Lasnier (voir à ce nom).

. Jean Colas, teinturier en soie, † 11 janvier 1642 à Angers.

 

COLPIN

 

Cette famille protestante d’Angers a de nombreuses alliances avec des familles de Saumur, telles que Amirault , Fay , Georges , Poisson , Seheult.

 

COMBAULT (voir à de GOMBAULT)

 

Michel Combault, † 7 mars 1620 à Saumur épousa Denise Fouquault (ou Foucault), † 3 septembre 1616 à Saumur ; dont trois filles :

- Renée, baptisée le 1er avril 1597 au temple de Saumur, † 18 août 1664 à Saumur, épousa en 1ères noces 14 novembre 1621 au temple de Saumur, Jérémie Langlois (voir à ce nom), chapelier, † 28 novembre 1638 à Saumur, elle épousa en 2des noces, Noël Guimon (voir à ce nom), † 6 juin 1664 à Saumur.

- Marie, baptisée le 28 mai 1600, † 24 février 1663 à Saumur, épousa le 20 septembre 1622 au temple de Saumur, Abel Ollier (voir à ce nom), serrurier, † 10 février 1637 à Saumur.

- Marthe, baptisée le 25 décembre 1602, † 20 juillet 1611.

 

CORBINEAU (ou CORBOINEAU , CORBONNEAU)

 

1° Jehan Corbonneau, de Bourgueil, épousa Esther Bertrand ; dont un fils :

- Estienne, baptisé le 14 décembre 1596 au temple de Saumur.

 

2° Benjamin Corbineau, † 18 septembre 1667 à Saumur, épousa Charlotte Richard (voir à ce nom) ; dont deux filles :

- Esther, née v. 1642, † 15 mai 1671 à Saumur, épousa le 7 octobre 1668 au temple de Saumur, René Challet (voir à ce nom), texier, remarié à Marie Dutertre, fils de Pierre et de Jacquine Lefort.

- Anne, née v. 1645, † 28 août 1669 à Saumur

 

3° Étienne Corbineau épousa Renée Dobigné (voir à ce nom) ; dont une fille :

   - Renée, baptisée le 14 août 1658 au temple de Saumur.

 

4° à noter :

. Marie Corbineau épousa av. 1653, Simon Garçon (voir à ce nom), cordonnier, † ap. 1669.

 

COTTIÈRE (ou COTTIER)

 

1° Mathieu Cottière, pasteur à Tours, † 14 décembre 1656 à Tours,, fils de Simon et de Françoise Ribbe), épousa le 8 septembre 1624 au temple de Saumur, Marguerite Amirault (voir à ce nom), baptisée le 30 janvier 1599 au temple de Saumur, † ap. 1639, fille de Claude et de Marie Peju; dont, entre autres, un fils qui suit en 2°.

 

2° Michel Cottière, apprenti ouvrier en soie en 1646, épousa Marie Amirault (voir à ce nom), baptisée le 29 janvier 1634 au temple de Tours, † 2 novembre 1658 à Saumur, fils de Bernardin et de Marie Coyrin; dont deux filles :

Mathieu (6 janvier 1658 au temple de Saumur) et Marguerite (seulement le 4 novembre 1658, † 4 décembre 1658).

 

COUGNET

 

1° Pierre Cougnet, sieur de la Plante, avocat, épousa; le 27 juin 1601 au temple de Saumur, Marie Bouchereau (voir à ce nom). Elle lui donna douze enfants :

- Pierre, baptisé le 9 août 1602au temple de Saumur ; il est, peut-être, étudiant en théologie en 1633.

- Isaac, baptisé le 26 novembre 1603.

- Abel, baptisé le 1er juin 1605.

- Marie, baptisée le 23 juillet 1606.

- Jacques, baptisé le 27 décembre 1608.

- Élisabeth, baptisée le 25 mars 1612, † 27 mars 1612.

- Paul, baptisé le 14 avril 1613, † 22 juillet 1614.

- René, baptisé le 6 juillet 1614, † 28 mai 1626.

- Paul, baptisé le 4 janvier 1617, † 29 juillet 1619.

- Samuel, baptisé le 17 juin 1618, † 4 décembre 1621.

- Jeanne, baptisée le 4 septembre 1619.

- Marthe, baptisée le 13 décembre 1623.

Pierre Cougnet et Marie Bouchereau furent inhumés le 12 mai 1633 à Saumur.

 

2° Nicolas Cougnet épousa Renée Péju (ou “Peuju”) ; dont sept enfants :

- Renée, baptisée le 17 septembre 1606 au temple de Saumur, † ap. 1661, épousa av. 1630, Samuel Périlleau (voir à ce nom).

- Magdeleine, baptisée le 4 novembre 1607, † 4 février 1614.

- Simon, baptisé le 1er février 1609.

- Marye, baptisée le 15 août 1610, † 30 septembre 1613.

- Catherine, baptisée le 23 octobre 1611, † 19 mars 1612.

- Pierre, baptisé le 27 janvier 1613, † 4 février 1614.

- Élie, baptisé le 8 février 1615, † 6 juillet 1616.

 

3° à noter :

. Marie Cougnet, dite “Mme de Lile Prunier”, † 2 août 1631 à Saumur, épousa av. 1594, Étienne Prunier (voir à ce nom), le jeune, † ap. 1631.

. Simon Cougnet, parrain en 1639 au temple de Saumur.

 

COUPPÉ

 

1° Philippe Couppé épousa Jeanne Archambault (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Jeanne, baptisée le 11 juillet 1655 au temple de Saumur.

 

2° à noter :

. “Mme Couppé, mère du pasteur de Tours (soit : Daniel Couppé), † 28 mai 1613 à Saumur.

. Daniel Coupé, ministre de l’Église de Tours, épousa le 7 novembre 1610 au temple de Sorges, Françoise Doucher, † en Mars 1663 à Preuilly, fille de feu Jean, marchand à Angers, et de Guyonne Conseil.

. Roberde Couppé épousa av. 1602, Jessé Girard (voir à ce nom).

. Jeanne (ou Anne) Couppé (qui est sans doute la sœur de Daniel Couppé, ministre à Tours), † 29 janvier 1649 à Saumur, épousa Jean Naudin (voir à ce nom), bourgeois de Saumur, † av. 1649.

. Anne Couppé, † 6 octobre 1652 à Saumur, épousa en 1638 au temple de Loudun, Isaac Hugues (voir à ce nom), professeur en philosophie, † 14 mars 1660 à Saumur, veuf de Marthe Milsonneau.

 

COUPPEAU (ou COUPEAU)

 

1° Toussaint Coupeau, orfèvre à Tours, épousa le 6 juillet 1578, Raoulline Véron, fille d’André, “de Mespuyer en Beauce”, et de Marie Catherine : dont entre autres :

- Louis, baptisé le 6 décembre 1579 à Saint-Pier-du-Boille à Tours ; il suit en 2°.

- Claude, qui suit en 3°.

 

2° Louis Couppeau, passementier, né en 1579, épousa Élisabeth Grosbois (voir à ce nom) ; dont quatre enfants :

Claude (12 avril 1628 au temple de Saumur), Madeleine (23 novembre 1629), Esther (16 janvier 1633, † 8 juin 1633) et Élisabeth (3 juillet 1634).

 

3° Claude Couppeau, passementier à Tours, puis à Saumur, † 27 novembre 1647 à Saumur, épousa le 11 mai 1610, Marie Delanoix (ou ? “Launay”), fille de Pierre, orfèvre, et de feue Marie Foubert ; dont quatre enfants :

Paul († 8 septembre 1622 à Saumur), Robert (30 avril 1623), Claude (19 juillet 1626, † 31 octobre 1626) et Jehan (23 février 1631).

 

4° Robert Couppeau épousa Marthe Galand (voir à ce nom), dont trois enfants :

Marguerite (22 mai 1644 au temple de Saumur), Jehan (16 avril 1648) et Paul (17 octobre 1649).

 

5° à noter :

Marie Couppeau épousa av. 1650, Mathurin Boisseau (voir à ce nom).

. Isaac Coupeau, † 13 septembre 1631 à Saumur.

. Isaac Coupeau, † 11 janvier 1632 à Saumur.

. Louis Couppeau, † 29 avril 1635 à Saumur.

 

COURDIL

 

David Courdil, “ministre”, épousa Suzanne Roland, native de Nîmes, née v. 1650, † 11 septembre 1679 à Saumur ; dont une fille :

- Suzanne, baptisée le 13 juillet 1678 à Saumur, † 1er octobre 1679.

 

COURTIN (ou COURTAIN)

 

Daniel Courtin épousa Marthe Angoumois (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Jacques Courtin, baptisé le 20 décembre 1603 au temple de Saumur. Il suit en 2°.

 

2° Jacques Courtin, pintier, né en 1603 au temple de Saumur, épousa Marie Gouault (ou Bouault, Berault ou Gouaust) ; dont six enfants :

Daniel (25 février 1629 au temple de Saumur, † 15 juillet 1631), Jacques (6 octobre 1630, † 23 juin 1631), Daniel (11 juillet 1632, † 24 juin 1641), Marthe (4 septembre 1633), Françoise (1er avril 1635) et Jacques (20 octobre 1636).

 

3° Claude Courtin, tailleur de pierres, † av. 1644, épousa Marthe Feuillard (ou Éveillard, Feilhard, ou Fellard), † 21 novembre 1644 à Saumur ; dont une fille :

- Marthe, baptisée le 28 février 1635.

 

4° Jean Courtin, né v. 1626, † 12 juin 1669 à Saumur, épousa Rachel Fiquet (voir à ce nom) (ou Ficquet), baptisée le 2 octobre 1622 au temple de Saumur, † ap. 1686 (car elle figure au rôle des “nouveaux convertis”), fille de Isaac et de Renée Mésange : dont deux fils :

Isaac (25 janvier 1659 au temple de Saumur) et Jean (20 janvier 1664, † 24 avril 1664).

 

5° à noter :

. Jehanne Courtain, † 21 février 1614 à Saumur.

. Catherine Courtin, baptisée le 14 avril 1638 au temple de Saumur, † 4 mars 1642.

. “la veuve Louis Courtin” meurt le 3 juillet 1656 à Saumur.

 

COUSTE

 

1° Pierre Couste épousa Louise Vergier ; dont un fils :

Jacques (9 février 1620). Il s’agit sans doute de celui qui suit en 2°.

 

2° Jacques Couste épousa Marguerite (ou Madeleine) Dandrillon (voir à ce nom) ; elle est certainement “la bonne femme Couste”, qui est † 3 novembre 1660 à Saumur ; dont un fils :

- Jacques, baptisé le 1er juin 1648 au temple de Saumur.

 

COUTANT (ou COUSTANT)

 

1° Isaac Coutant, † av. 1671 (sans doute ? le même qu’un homonyme, fermier de Saint-Jean de l’Hospice, † 5 juin 1650) était marchand orfèvre. Il épouse, Anne Girard (voir à ce nom), † 17 mars 1643 à Saumur ; il est vraisemblable qu’il s’agisse de Anne, baptisée le 6 novembre 1605 au temple de Sorges, fille de Claude, libraire à Angers, et de Marie Hamelin. Elle lui donna huit enfants :

- Anne, baptisée le 13 avril 1631 au temple de Saumur, † 28 octobre 1661 à Saumur, épousa av. 1652, Guillaume Michon (voir à ce nom), marchand de draps de soie, né v. 1628, † 11 janvier 1677 à Saumur remarié à Madeleine Fagot, fils de Élie et de Marie Le Cercler.

- Claude, baptisée le 5 juin 1633, † ap. 1657.

- Isaac, baptisé le 4 octobre 1634, mort en bas âge.

- Élisabeth, baptisée le 8 juin 1636, inhumée le 22 octobre 1644.

- Madeleine, baptisée le 8 septembre 1637, † 12 décembre 1679 à Saumur épousa, le 18 janvier 1671 au temple de Saumur, Pierre Phélippeau (voir à ce nom), marchand à Beaufort, né v. 1626, fils de Jean, avocat à Beaufort, et de Thamar Synault.

- Esther, baptisée le 13 mars 1639, † ap. 1677, épousa av; 1661, Pierre Liger (voir à ce nom), apothicaire, né v. 1632, † ap. 1677, fils de Pierre et de Rachel David..

- Suzanne, baptisée le 27 juillet 1640, épousa, le 7 juillet 1675 au temple de Saumur, Isaac Poitevin (voir à ce nom), né v. 1641, marchand-orfèvre, veuf de Élisabeth Faligan, fils de Daniel (de Ruffec) et de Renée Vavin. Elle fut inhumée le 28 septembre 1676 à Saumur. Elle avait 36 ans.

- Isaac, baptisé le 30 mars 1642 à Saumur, fut inhumé le 24 janvier 1646.

 

2° Mathieu Coutant, fourbisseur d’épées, armurier, né v. 1603, † 16 août 1670 à Saumur, épousa av. 1653, Espérance Bellanger (elle signe ainsi) (ou ? Béranger : voir à ce nom), † 1er août 1661 à Saumur.

Nous pensons qu’il épousa en 2des noces, Suzanne (ou Anne) Druet (voir à ce nom), que nous croyons née le 30 décembre 1637 au temple de Saumur et fille de Jean, professeur et de Marie Genest.

Celle-ci nous pose problème : nous la croyons inhumée le 22 septembre 1678 à Saumur (mais l’acte ne parle pas du mari ! S’agit-il d’une autre Suzanne ?) ; et nous avons “la veuve Mathieu Coutant” qui est taxée en 1686 à 8 livres comme “nouvelle convertie”.

Elle paraît avoir eu trois enfants :

N...e († 27 mai 1664 à Saumur), Mathieu (1er septembre 1666, † 1er novembre 1681) et Pierre (12 février 1668, † 1er novembre 1681).

 

COUTELLE (ou COUSTELLE)

 

André Coutelle (de Salles, Languedoc), commis à la recette des aides, fils de Jehan et de Marguerite Andrier, épousa le 17 avril 1629 au temple de Sorges, Marguerite Perret (ou ? Perrot), † 2 mai 1634 au temple de Saumur, fille de David Perret, lapidaire, et de feue Ambroise Girault ; dont cinq enfants :

Marie († 21 décembre 1632 à Saumur), Marguerite (1er avril 1631, † 16 mars 1632), Pierre (11 février 1632), André (25 mai 1633) et Marie (19 avril 1634).

 

COUTINOY (ou CONTINOY , BOUTINON)

 

Isaac Coutinoy (ou ? Continoy), dit “le Fossé”, épousa Françoise Bouquet (voir à ce nom) (ou ? Couquet) ; celle-ci est ? peut-être née le 1er février 1604 au temple de Saumur, fille de Jean Bouquet, drogueur, et de Marthe Gourdineau.; dont une fille :

- Françoise, baptisée le 29 octobre 1634 au temple de Saumur.

 

CRAIG

 

1° Jehan Craig, ministre de M. le roi d’Écosse et réformateur des églises de son royaume, † av. 1604, épousa Marie Smal, d’Edimbourg; dont un fils, qui suit en 2° :

 

2° Guillaume Craig, professeur de philosophie à l’Académie de Saumur, † av. 1616, épousa en 1604, Claude Gorrin (voir à Gorin), née ap. 1581, remariée en 2des noces à Isaac Grelier ; fille de François, sieur de Bois-Boussard (aux Trois- Moutiers), et de Gillonne de Dreux ; dont deux enfants :

Guillaume (2 janvier 1611 au temple de Saumur) et Claude (12 avril 1615).

 

CRESPIN (ou CRISPIN)

 

1° Zacharie Crespin, coseigneur de la Chabosselaye, né v. 1584, † av. 1638, épousa le 15 juin 1617, Marie de Renault ; dont un fils qui suit en 2°.

 

2° Théodore Crespin (voir Haag et l’article de Célestin Port), docteur en médecine, Régent de la seconde à l’Académie, † 12 septembre 1661 à Saumur, épousa en 1ères noces, Marguerite Ouzan (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Jeanne, baptisée le 28 septembre 1644 au temple de Saumur, † 15 août 1645.

Il épousa en 2des noces, Marie Dallie (elle signe ainsi; mais voir à Daillé), † ap. 1665; dont quatre enfants :

Madeleine (19 mai 1647 au temple de Saumur, † 27 août 1652), Marie (7 octobre 1648, † 4 septembre 1652) ; Élisabeth (12 mai 1652) et Théodore (26 novembre 1653, † 30 janvier 1654).

 

3° Osias Crespin épousa Renée Nodory; dont un fils :

- Osias, † 17 janvier 1619 à Saumur

 

4° à noter :

. Israël Crispin, orfèvre, est à Saumur en 1621. Il a plusieurs enfants au temple de Sorges, parmi lesquels : Catherine, baptisée le 13 août 1645 au temple de Sorges, épousa le 31 janvier 1666 au temple de Sorges, Jean de Wimmers (voir à ce nom), orfèvre à Angers, baptisé le 29 septembre 1619 au temple de Sorges, fils de Jacques et de Judith Aveline.

. Jeanne Crispin épousa av.1663, Élie Juzaud (voir à ce nom).

 

CRUCHON

 

1° Troïlus Cruchon, sergent royal, † 1er septembre 1660 à Saumur, épousa Catherine Vallée (voir à Vaslet), † 15 juin 1656 à Saumur ; dont neuf enfants :

- Catherine, baptisée le 14 mars 1632 au temple de Saumur, qui est taxée d’office en 1686 à 2 livres, sur Saint-Pierre.

- Marie, baptisée le 5 juin 1633, † ap. 1678, épousa av. 1661, Isaac Beimann (voir à ce nom), tailleur d’habits, né v. 1622, † 25 novembre 1684 à Saumur.

- Jeanne, baptisée le 3 octobre 1635.

- Marguerite, baptisée le 24 janvier 1638.

- Josué, baptisé le 15 août 1642.

- Louis, baptisé le 18 janvier 1645.

- Élisabeth, baptisée le 14 octobre 1646.

- Hélène, baptisée le 3 février 1649, † ap. 1683, épousa le 3 mars 1680 au temple de Saumur, Jacques Dutertre (voir à ce nom), tailleur d’habits, taxé d’office en 1686 sur Saint-Pierre, né v. 1650, fils de Jacques, tailleur d’habits à Bourgueil, et de Marie Dareheu.

- Marguerite, baptisée le 25 septembre 1650 au temple de Saumur.

 

2° Marc Cruchon, de Loudun, épousa Jeanne Dumoustier (voir à ce nom) ; dont :

- Charles Marc, né v. 1649, † 25 octobre 1673 à Saumur.

 

3° à noter :

. Aubine Cruchon, † 25 avril 1609 à Saumur, épousa Estienne Chastin, † ap. 1609.

. Marc Cruchon est parrain de Jeanne Cruchon en 1635.

. Judith Cruchon, † 8 décembre 1646 à Saumur, épousa le 26 janvier 1625 au temple de Saumur, Martin Le Mère (ou Le May) (voir à ce nom), passementier.

 

CUTIN (ou CUTAIN , CATIN , OUTIN)

 

Jean Cutin, droguiste, né v. 1601, † 13 février 1671 à Saumur, N...e Masson (voir à ce nom) (ou Le Masson) ; dont neuf enfants :

Jean (18 octobre 1632 au temple de Saumur), Renée (15 janvier 1634), Pierre (1er juillet 1635), Daniel (8 juillet 1638, † 8 avril 1644), Jehan (1er mai 1640, † 1er mai 1640), Jeanne (30 novembre 1642), Jehan (17 février 1644, † 23 novembre 1648), Anne (29 septembre 1647, marraine en 1670 au temple de Saumur) et (Rosalie) (30 novembre 1648).

 

DAILLÉ (ou DALLÉE)

Plusieurs membres de la famille Daillé de Châtellerault se retrouvent à Saumur. Le célèbre pasteur Jean Daillé à l’aube de sa carrière y fut élève de l’académie de Saumur au début du siècle.

 

1° François Daillé de Châtellerault était receveur des consignations à Poitiers en 1606. Il épousa dans les années 1590 Jeanne Berthon, fille du marchand Michel Berthon et de Rachel Fourreau. Elle lui donna :

- Jean, baptisé le 6 janvier 1594 à Châtellerault ; il suit en 2°.

- François, qui suit en 4°.

- Daniel, né v. 1611; il suit en 5°.

 

2° Jean Daillé n’avait pas atteint sa onzième année lorsqu’il perdit ses parents[200]. Son tuteur ne contraria pas sa vocation pastorale. Il commença ses études à Saint-Maixent chez un dénommé Hévin. Il les poursuivit à Poitiers, puis à Châtellerault et enfin à Saumur.

Duplessis-Mornay le prit chez lui en 1612 pour être le précepteur de deux de ses petits fils. Il resta 7 ans à leur service. Après avoir voyagé en Italie, Allemagne et Angleterre, il reprit ses études de théologie et fut reçu ministre en 1623. Duplessis-Mornay le prit alors pour ministre en son château de la Forêt-sur-Sèvre.

Duplessis-Mornay étant décédé 11 novembre 1623, Jean Daillé resta à la Forêt-sur-Sèvre un an pour classer les matériaux des Mémoires de son bienfaiteur. Ce travail terminé, il vint à Saumur où il se maria au mois de mai 1625 avec Suzanne Arribat.

En 1626, le consistoire de Paris choisit Jean Daillé pour pasteur. Il acquit alors une grande influence par son zèle et sa science théologique. En 1659, il présida à Loudun le dernier synode général que les protestants aient tenu avec la permission de Louis XIV. Il mourut le 15 octobre 1670. Son épouse Suzanne Arribat était décédée le 31 mai 1631. Il a écrit un grand nombre d’ouvrages de controverse, publié 20 volumes de recueils de sermons et laissé de nombreux manuscrits.

 

3° Adrien (ou Jean) Daillé, baptisé le 31 octobre 1628 dans l’hôtel de l’ambassadeur de Hollande à Paris. Il fut reçu ministre en 1653, il exerça le ministère à La Rochelle, puis à Charenton. Il émigre à la Révocation. Il épousa le 25 mai 1659 au temple de Charenton, Anne Falaiseau. Elle lui donna quatre enfants :

- Anne, baptisée le 9 août 1665, accompagna son père à Zurich à la Révocation.

- Jean, écolier en l’Académie, né 1666, † 12 janvier 1677.

- Joseph, † 1672.

- Joseph, né le 8 décembre 1672, † 1673.

A la Révocation Adrien Daillé se retira à Zurich où il mourut en 1690. Il a écrit un Abrégé de la vie de M. Daillé avec le catalogue de ses ouvrages, 1670.

 

4° François Daillé fut marchand tanneur à Châtellerault. Il épousa vers 1620 Jeanne Vergnon (voir à ce nom). Elle lui donna notamment une fille :

- Rachel Daillé, épousa le 1er septembre 1660 à Châtellerault le marchand Job Beaupoil, sieur de la Pivardière. Elle lui donna 13 enfants. Job Beaupoil abjura le 28 octobre 1685 à Usseau et Rachel Daillé le 15 janvier 1686 également à Usseau. Ils réclamèrent en 1690 les biens d’Adrien (Jean) Daillé (ci-dessus en 3°).

 

5° Daniel Daillé, né vers 1611, dernier fils de François Daillé et de Jeanne Berthon, après avoir été marchand à Châtellerault, vint à Saumur dans la seconde moitié des années 1670. Il était marié à Suzanne Carré, née v. 1617 à Châtellerault. Elle lui donna trois fils :

- Pierre, né v. 1648, après avoir achevé ses études de théologie à Saumur et été brièvement professeur à l’Académie, partit en Hollande. Au début de l’année 1683, il s’embarqua pour l’Amérique. Il devint pasteur à New York City puis en 1696 à Boston. il resta en exercice dans cette dernière église jusqu’à sa mort le 20 mai 1715 à l’âge de 67 ans.

- Paul, marchand à Saumur, se réfugia en Hollande.

- Charles, qui suit en 6°.

Le 21 août 1678, son épouse Suzanne Carré y fut inhumée, en présence de ses enfants Pierre Daillé, étudiant en théologie et de Charles Daillé, horloger à Saumur. Daniel Daillé décéda le 1er février 1679 à Saumur à l’âge de 68 ans.

 

6° Charles Daillé, fut horloger à Saumur. Il est taxé à 3 livres comme “nouveau converti” en 1686 sur Saint-Pierre.

Charles Daillé de son premier mariage avec Marie Fradin eut trois enfants :

- Suzanne-Marie, baptisée le 2 juin 1680 au temple de Saumur, † 9 juillet 1682.

- Jean Charles, baptisé le 1er mai 1681.

- Pierre, baptisé le 9 décembre 1682, † 16 décembre 1682.

Veuf, Charles Daillé se remaria dans la Religion catholique avec Suzanne Le Tonnelier. Elle lui donna trois enfants :

- Daniel, baptisé le 29 mars 1700 à Saint-Pierre de Saumur; il suit en 7°.

- Louis-Charlemagne, baptisé le 1er octobre 1701 à Saint-Pierre.

- Jeanne qui épousa Adrien Bouffé.

 

7° Daniel Daillé, né en 1700, fut horloger et orfèvre à Saumur. Il épousa le 18 novembre 1728 à Loudun, Madeleine Lambert. Daniel Daillé fut inhumé le 7 août 1769 à Saint- Pierre de Saumur. Sa postérité se perpétue à Saumur.

 

8° à noter :

. Marie Daillé, née v. 1608, † 6 septembre 1676 à Saumur, épousa en 1ères noces av. 1631, François Robin (voir à ce nom), † av. 1662; elle épousa en 2des noces, v. 1662, Claude Amirault (voir à ce nom), baptisé le 15 août 1602 au temple de Saumur, † 25 février 1677 à Saumur, veuf en 1ères noces de Marguerite Colpin.

- Marie Dallie (elle signe ainsi !), † ap. 1665, épousa av. 1647, Théodore Crespin (voir à ce nom), † 12 septembre 1661 à Saumur, veuf de Marguerite Ouzan.

. Jeanne Daillé, † 10 juillet 1631 à Saumur, épousa av. 1598, Jehan Vergnon (voir à ce nom) (ou Vergnion), marchand de draps de soie, † 10 mai 1631 à Saumur.

. Madeleine Daillé, † ap. 1631, épousa av. 1626, Jean Desbordes (voir à ce nom), † av. 1629.

. Françoise Daillé, Née v. 1619, † 4 mai 1681 à Saumur, épouse (probablement) en 1ères noces N.... Jouffart (voir à ce nom) ; elle dut épouser ensuite Nicolas Janvier, de Châtellerault, † ap. 1681.

 

DALLER

 

Les Daller, orfèvres, originaires de Francfort en Allemagne, s’étaient établis à Angers.

Philippe Daller, orfèvre à Angers, baptisé le 20 juillet 1647 au temple de Sorges, fils de feu Mathieu, orfèvre à Angers, et de Catherine Boucher, épousa le 23 août 1676 au temple de Saumur, Andrée Guicherit (voir à ce nom), née v. 1630, veuve de Jérémie Aubert, orfèvre à Saumur, sans doute fille de feu Abraham Guichery, marchand à Loudun, et de René Champion.

Mathieu Daller, frère de Philippe ci-dessus, épousa le 15 juin 1670 au temple de Sorges, Catherine Pecqueur (voir à ce nom), fille de François et de Catherine Gaultier.

 

DANDRILLON

 

1° Pierre Dandrillon, probablement † 4 juin 1645 à Saumur, épousa Anne Simonin, † 5 mai 1663 à Saumur ; dont six enfants :

- Espérance Dandrillon, baptisée le 24 février 1630 au temple de Saumur, épousa en 1ères noces av. 1656, Pierre Lagofin (voir à ce nom) ; elle épousa en 2des noces av. 1670, Pierre Hudel (voir à ce nom), marchand fripier, taxé en 1686 à 60 livres.

- Pierre, baptisé le 16 mars 1631, † 18 janvier 1636.

- Marguerite, baptisée le 27 août 1633, † ap. 1686, épousa av. 1659 en 1ères noces, Jean Dutertre (voir à ce nom), tailleur, † 21 avril 1662 à Saumur ; elle épousa en 2des noces vers 1663, François Perrineau (voir à ce nom), tailleur d’habits, né v. 1641, † 22 octobre 1686 à Saint-Pierre de Saumur.

- Anne, baptisée le 5 novembre 1634.

- Étienne, baptisé le 29 décembre 1635.

- Louise, baptisée le 7 juillet 1638.

 

2° à noter :

. Jehan Dandrillon, † 19 octobre 1639 à Saumur.

. Marguerite Dandrillon épousa av. 1648, Jacques Couste (voir à ce nom) ; il s’agit très certainement de “la bonne femme Couste”, qui meurt 3 novembre 1660 à Saumur.

. Marie Dandrillon, † 9 mars 1662 à Saumur épousa av. 1641,Isaac Jussy (voir à ce nom)

. Marie Dandrillon épousa av. 1649, Jacques Folio (voir à ce nom), tonnelier.

. Marie Dandrillon épousa av. 1657, Michel Bancelin (voir à ce nom).

 

DARCHU (ou DAREHEU , DARCHEU)

 

1° Crespin Darchu, dit “le Picart”, cordonnier, † 16 janvier 1647 à Saumur, épousa Françoise de Russé (probablement la fille de : “Mr de Russé, très homme de bien”, † 29 novembre 1615, à 76 ans, à Saumur) ; dont dix enfants :

- Catherine, baptisée le 7 mars 1613 au temple de S, 17 mars 1620.

- Samuel, baptisé le 9 novembre 1614, † 10 septembre 1616.

- Marie, baptisée le 7 août 1616, † 11 août 1616.

- Angélique, baptisée le 22 octobre 1617, 10 juillet 1619.

- Judith, baptisée le 13 octobre 1619, épousa en 1ères noces av. 1640, Jacques Tullier (voir à ce nom), cordonnier ; elle épousa en 2des noces av. 1654, David Quantès (voir à ce nom)(ou ? Queuter), “ouvrier en ouvrage de fer blanc”, né v. 1634, † 15 août 1679 à Saumur.

- Marie, baptisée le 21 avril 1621.

- Paul, baptisé le 14 avril 1624, † 26 août 1626 à Saumur.

- Isabelle, baptisée le 20 juin 1626.

- Esther, baptisée le 12 mai 1630, † 2 juin 1630.

- Suzanne, † 22 avril 1635.

 

DAUBIGNÉ (voir à DOBIGNÉ)

 

DAUNÉ (ou DAUNAY , DOSNÉ , DONÉ)

 

à noter :

. Marie Dauné épousa av. 1603, Richard Radingant (voir à ce nom).

. Anne Daunay, † 18 avril 1623 à Saumur, épousa av. 1616, Pierre Dugrès (voir à ce nom), dit “le Pierre”.

. Betsabée Dosné, † 25 août 1651 à Saumur, épousa av. 1650, Nicolas Legris (voir à ce nom), remarié en 2des noces à Renée Gouin.

 

DAVID (ou DAVY)

 

1° Robert David épousa Marthe Trotereau; dont un fils :

- Estienne, baptisé le 4 octobre 1598 au temple de Saumur.

 

2° Jean David, sieur de Boismignon, † 23 décembre 1659 à Saumur, avait, peut-être, épousé en 1ères noces, le 1er octobre 1614 au temple de Saumur, Françoise Prieur (voir à ce nom) ; il épousa le 1er mai 1626 au temple de Saumur, Élisabeth Bigot (voir à ce nom) ; dont une fille :

- Élisabeth, baptisée le 17 juin 1629 au temple de Saumur, épousa av. 1645, Isaac d’Huisseau (voir à ce nom), né v. 1608, † 26 septembre 1672 à Saumur.

 

3° à noter :

. Élisabeth David, épousa le 13 avril 1614 au temple de Saumur, Mathieu Huet (voir à ce nom).

. Rachel David, née v. 1605, † 23 novembre 1677 à Saumur, épousa av. 1628, Pierre Liger (voir à ce nom).

. Madeleine David, † 1er mars 1642 à Saumur, est marraine en 1637 au temple de Saumur d’un enfant des précédents.

. Jacqueline David est marraine au temple de Saumur en 1645.

. Élisabeth David, née v. 1644, qui abjure à Thouars le 24 janvier 1686, fille de feu Yves et de Élisabeth de Beaucorps, épousa le 22 avril 1688, Balda de Lastes (voir à ce nom).

. Marthe David, † 30 novembre 1649 à Saumur, épousa Paul Herbault (voir à ce nom), † 30 octobre 1640 à Saumur

 

DEBRAIS (voir de BRAIS)

 

DECORÈCHE (ou de COURRÈGE)

 

Guillaume Decorèche, menuisier, épousa Marguerite Galand (voir à ce nom), baptisée le 10 avril 1634 au temple de Saumur, fille de Pierre Galand, menuisier ; dont cinq enfants :

Isaac (19 décembre 1660 au temple de Saumur), Marguerite (19 novembre 1662, † 28 octobre 1668), Suzanne (10 janvier 1666), Paul (21 août 1669) et Élisabeth (18 novembre 1674).

 

DELABRISE (ou DELABRIZE)

 

1° David Delabrize épousa Bartholomée Jacquet (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Isaac, baptisé le 10 octobre 1649 au temple de Saumur.

 

2° à noter :

. Marie Delabrise, né v. 1601, † 11 juin 1671 à Saumur, épousa en 1630, Jean Lesnier (voir à ce nom), marchand libraire, † 30 décembre 1658 à Saumur, veuf en 1ères noces de Madeleine Girard.

 

DELACOUR (ou DELACOURT)

 

1° Michel Delacour, orfèvre, baptisé le 12 janvier 1572 à Saint-Saturnin de Tours épousa Catherine (ou Marie) Drouyn; fille de Sébastien, ouvrier en soie : dont cinq enfants, parmi lesquels :

- Michel, baptisé le 25 avril 1621 au temple de Saumur, orfèvre, épousa le 15 octobre 1654 à Paris, Madeleine Ducloux, née v. 1637, fille de feu Étienne, orfèvre à Paris, et de Charlotte Erondelle : dont postérité.

- Anne, épousa le 27 août 1654 à Tours, René Collas (voir à ce nom), sieur de la Treille, pasteur à Preuilly-sur-Claise : dont postérité.

 

2° à noter :

. Angélique Delacour, née v. 1660, † 30 janvier 1677 à Saumur.

 

DELADOUESPE

 

Jean Deladouespe, docteur en médecine à Bourgueil, sieur de la Parrière, né v. 1640, † av. 1715, abjure en 1685 en même temps que sa femme. Il épousa le 20 novembre 1680 au temple de Saumur, Madeleine Delagalère (voir à ce nom), née v. 1660, † 24 mars 1695 à Bourgueil. Dont deux enfants :

- Jean, baptisé le 20 janvier 1684 au temple de Saumur.

- Madeleine, baptisée le 10 janvier 1686 à l’église de Bourgueil, qui se marie à Bourgueil en 1711.

- sans doute, Marguerite, mariée avant 1715 et qui meurt à Bourgueil en 1719.

 

DELAGALERE (ou de LA GALÈRE)

 

1° Philippe(-Jacques) Delagalère, sieur de l'Estard (ou de l’Essart”, ou de Lessert), dit “l’Estard”, né v. 1623, était marchand à Bourgueil. D’un premier mariage avec Renée Boesnier (voir à ce nom), † 12 avril 1657 à Saumur, fille de Nicolas Boesnier, il eut deux fils :

- Philippe, né circa 1649, qui suit en 2°.

- Jacques, sieur des Perrières, né circa 1654, qui suit en 3°.

Philippe Delagalère, qui fut inhumé le 3 décembre 1688 à Saint-Germain de Bourgueil, épousa, en secondes noces, Madeleine Amyrault (voir à ce nom), née v. 1643, † 24 mars 1693 à Saint-Germain de Bourgueil, fille de Abel Amyrault, pasteur de Saint-Aignan au Maine, et de Elisabeth Passedoit. Ils avaient, l’un et l’autre, abjuré à Bourgueil, avec leurs enfants, dans le dernier trimestre de 1685. Ils avaient eu trois enfants :

- Madeleine, née circa 1660, épousa, le 20 novembre 1680 au temple de Saumur, Jean de La Douespe (voir à ce nom), sieur de la Parrière, docteur en médecine à Bourgueil, † av. 1715. Elle abjure avec son mari à Bourgueil en 1685. Elle fut inhumée le 14 juin 1715 dans la paroisse Saint Germain de Bourgueil.

- Abel, qui suit en 4°.

- Pierre, baptisé le 9 août 1672 au temple de Saumur, qui suit en 5°.

 

2° Philippe Delagalère, marchand, né vers 1649, se maria deux fois. La première, le 20 août 1679 au temple de Saumur avec Anne Boesnier (voir à ce nom), sa cousine germaine, née v. 1645, † 20 octobre 1683 à Saumur, fille de Jacques et de Jeanne Lattay; dont une fille :

- Jeanne, baptisée le 29 août 1683 au temple de Saumur, † 29 juin 1688 à Saint-Pierre de Saumur.

Il épousa en 2des noces, 16 avril 1684 au temple de Saumur, Jeanne Poitevin (voir à ce nom), baptisée le 19 mai 1647 au temple de Saumur., fille de Paul et de Marie Lebeuf.

Taxé d’office à 200 livres (lui, ou ? son père), en 1686 comme ‘nouveau converti” sur Saint-Pierre.

 

3° Jacques Delagalère, sieur des Perrières, marchand de draps de soie, qui abjure avec sa femme à Bourgueil en 1685, né v. 1657, avait épousé, le 27 novembre 1680 au temple de Saumur, Marthe Morin (voir à ce nom), fille de Jacob, sieur de la Giraudière, marchand tanneur à Bourgueil, et de Marthe Levieil.

Jacques De La Galère fut inhumé le 28 janvier 1694, âgé de 37 ans. Marthe Morin se remaria à l'âge de 44 ans le 12 février 1700 dans l'église Saint Germain de Bourgueil avec le maître-apothicaire Claude Leheu, âgé de 24 ans, de Durtal. Marthe Morin avait eu cinq filles de son premier mari :

Marthe (née 9 octobre 1681 à Bourgueil et ° 29 mars 1682 au temple de Saumur), Marthe (2 décembre 1682 au temple de Saumur), Renée (née 8 novembre 1683 à Bourgueil et ° le 21 11 au temple de Saumur), Madeleine (27 août 1687 à Saint-Germain de Bourgueil) et Jeanne (23 septembre 1688 même paroisse).

 

4° Abel Delagalère, né 166?, conseiller du Roi, grenetier au grenier à sel, abjure à la Révocation. Il épousa, le 18 juin 1693 en l'église Saint-Nicolas de Bourgueil, Jeanne Beauvalet, † 20 octobre 1707 à Bourgueil, fille de Charles Beauvalet et de Jeanne Brunet. Dont nombreuse postérité.

 

5° Pierre Delagalère, sieur de la Chesnaie, chirurgien, abjure à la Révocation. Il épousa le 22 février 1696 en l'église Saint Germain de Bourgueil Claude Baratte, † 17 février 1717 à Bourgueil, fille de Claude Baratte, sieur de la Varenne, exempt de la maréchaussée de Tours et de dame Marguerite Hudault. Dont nombreuse postérité.

 

6° à noter

. Jehan Galère (ou ? “Delagalère”) épousa le 8 mai 1622 au temple de Saumur, Perrine Grimaudet (voir à ce nom), baptisée le 14 septembre 1603 au temple de Saumur, fille de Pierre Grimaudet et de Madeleine de la Noue.

. Anne Delagalère épousa av. 1641, Michel Boesnier (voir à ce nom), sieur de la Mothe, demeurant à Bourgueil, fils de Pierre et de Renée Milsonneau.

. François Delagalère, sieur du Plessis, docteur en théologie, pasteur à Montoire, puis à Saumur, † av. 1659, épousa en 2des noces, 28 juillet 1647 au temple de Tours, Madeleine Martin (voir à ce nom), baptisée v. 1605, † 28 janvier 1680 à Saumur, veuve de Jacques Masnier, marchand à Tours, fille de Siméon Martin, marchand à Tours, et de Élisabeth Ballereau. Du second mariage de Madeleine Martin, une fille : Françoise, baptisée le 3 mai 1648 au temple de Tours.

 

DELAMEER (ou de LA MEER)

 

1° Deux enfants de Jean Delameer, marchand à Amsterdam, et de Élisabeth Van Santvort, vinrent à Saumur dans les années 1660 :

- Conrad, qui suit en 2°.

- Christine, † 7 mai 1670 à Nantes, épousa, le 4 août 1669 au temple de Saumur, Mathieu Hoost (voir à ce nom), marchand à Nantes ; il se remaria avec Madeleine Druet, puis avec Jeanne Le Royer, qui se retira à Londres en 1684.

 

2° Conrad Delameer épousa, en 1664 ou 1665, Anne Druet (voir à ce nom), baptisée le 3 novembre 1643 au temple de Saumur, fille du professeur Jean Druet et de Marie Genest ; ils eurent onze enfants :

Marie (27 mars 1667 au temple de Saumur, inhumée le 15 septembre 1682), Jean (15 février 1668, inhumé le 19 février 1668), Conrad-Jean (31 mars 1669), Isaac (29 janvier 1670), Jacques(29 janvier 1671, inhumé le 1er février 1671), Henri (10 avril 1672, inhumé le 26 janvier 1675), Pierre (4 juin 1673, né le 31 mai), Anne-Elisabeth (25 juillet 1674), Henri (31 mai 1676, inhumé le 2 août 1679), Suzanne-Henriette (5 juin 1678, inhumée le 9 juin suivant) et Suzanne (20 août 1681).

Après le décès de son époux, Anne Druet se retira en en Angleterre et fit acte de reconnaissance le 15 janvier 1688 dans l'Eglise de Threadneedle Street de Londres[201].

 

3° Pierre De La Meer fut chirurgien. De son mariage avec Anne ...?..., il eut notamment deux enfants : Anne baptisée dans l'Eglise d'Hungerford Market le 24 décembre 1700 et Judith-Anne baptisée dans l'Eglise de Wheeler Street le 19 avril 1722[202]. Parmi les parrains se relèvent Abraham Meure (1722).

Judith-Anne De La Meer, en présence de sa mère Anne De La Meer, épousa le 8 mai 1740 dans l'Eglise de West Street le ministre de l'Eglise de la Savoie Paul Convenent[203]. Le 15 juillet 1748 Anne De La Meer fut dans l'Eglise de la Savoie la marraine de sa petite fille Anne[204].

 

DELAPLACE (ou de LA PLACE)

 

Josué Delaplace avec Moïse Amirault, Louis Cappel est une des grandes figures de l'Académie de Saumur. Philippe Le Noir de Crevain qui fut son élève dit à son propos : "simple et lent étoit d'un fond inépuisable de théologie pour la controverse, très subtil et de profonde méditation". Les Frères Haag ont donné la liste de ses œuvres[205].

 

1° Josué De La Place, né à Jersey vers 1596, était le plus jeune fils du pasteur Pierre De La Place qui s'était réfugié dans cette île après la Saint-Barthélemy[206]. Il fit ses études de théologie à Saumur. A leur achèvement, il obtint, malgré son jeune âge, une chaire de philosophie.

Josué De La Place épousa, en premières noces le 26 février 1623 au temple de Saumur, Marie de Brissac (voir à ce nom), dame du Pré, baptisée le 1er juillet 1601 au château de Poligny, † 15 décembre 1633 à Saumur, fille de Jacques de Brissac et de Jeanne Chevalerie. En 1625, il devint pasteur de Nantes où il resta huit ans. Pendant ces années il eut au moins trois enfants : Claude, Élisabeth et Marie.

Josué De La Place fut rappelé à Saumur pour devenir professeur de théologie à l'Académie. Il prit possession de sa chaire le 16 juin 1633 par un discours inaugural De justificatione hominis coram Deo qu'il dédia à ses frères qui l'avaient élevé.

1633, l'année du retour à Saumur, fut moralement très dur pour Josué De La Place. Il perdit au cours de cette année deux de ses enfants : Claude, inhumé 13 février 1633 et Élisabeth, inhumée 7 mars 1633 et sa femme en décembre. L'année suivante, mourut également sa dernière fille : Marie, inhumée 10 décembre 1634.

Après un an de veuvage, Josué De La Place épousa en secondes noces au début de l'année 1635 Élisabeth (ou Marie) de La Ferre (ou de La Serre, de La Faire), dont on ne sait d'où elle était originaire. Elle lui donna cinq enfants :

Élisabeth (16 décembre 1635 au temple de Saumur) qui suit en 2° , Louis (18 mai 1637), Marie (26 septembre 1638, inhumée le 5 août 1642), Suzanne (13 novembre 1639) et Pierre (29 mai 1641, inhumé le 3 janvier 1644).

Josué De La Place est décédé le 27 août 1655 à l'âge de 59 ans à Saumur. Elisabeth de La Ferre, son épouse, est décédée le 6 mai 1673 à Rennes chez sa fille, à l'âge de 70 ans.

 

2° Elisabeth De La Place apparaît être le seul enfant de Josué De La Place à avoir atteint l'âge adulte. Elle épousa dans les années 1660 sans doute au temple de Saumur Jean Ravenel, sieur du Boisteilleul, banquier à Rennes. Elle lui donna cinq enfants en 166?, 1670, 1672, 1674 et 1676.

A la Révocation, Élisabeth de La Place et deux de ses filles se réfugièrent à Londres, puis passèrent en Hollande.

 

3° à noter :

. Madeleine Delaplace épousa Georges de Brissac (voir à ce nom), né v. 1599, † 17 mai 1671 à Vitré.

 

DELAPORTE

 

Charles Delaporte, † av. 1661, épousa Anne Champion (voir à ce nom), † 28 avril 1661 à Saumur ; dont une fille :

- Marie, baptisée le 13 juin 1655 au temple de Saumur.

 

DELARIVIÈRE

 

N.... Delarivière, médecin du Roi épousa Jeanne Blanpin (voir à ce nom), sans doute baptisée le 30 septembre 1629 au temple de Saumur, fille de David et de Anne Caillaud, dont un fils :

- Henri-Adrien, baptisé le 19 juillet 1654 au temple de Saumur.

 

DELAVILLE

 

David Delaville est un marchand libraire qui n’est pas répertorié par Pasquier & Dauphin). Il était marié à Marthe Cailloué (voir à ce nom), baptisée en Février 1631 au temple de Quevilly, fille du libraire Rouennais Jacques Cailloué. Elle lui donna un fils :

- David, baptisé le 28 février 1652 au temple de Saumur, † 13 novembre 1661.

David Delaville fut inhumé le 27 août 1652 à Saumur. Marthe Cailloué se remaria dès 1653 avec René Péan (voir à ce nom), libraire à Saumur. Elle passa en Angleterre à la Révocation.

 

DEMAHIS (ou de MAÿ , de MAHIS)

 

1° Henri Demahis, marchand, épousa Judith Baux. Ils firent baptiser trois enfants au temple de Saumur :

Marthe (19 janvier 1659), Henry (15 février 1660, † 29 avril 1671) et Hugues (3 avril 1661, † 15 octobre 1661).

Henri Demahis était décédé en 1663. Judith Baux, âgée de 60 ans, abjura le 6 octobre 1685 dans l’église Saint-Médard de Thouars.

 

2° à noter :

. Marie Demahys, † ap. 1672, épousa av. 1654, Pierre Champion (voir à ce nom).

. Adam Demahys, parrain au temple de Saumur en 1656.

. Louise Demahys, marraine au temple de Saumur de Hugues ci-dessus.

. Marguerite Demahis, marraine en 1662 au temple de Saumur d’un enfant de Pierre Champion.

. Jacques Demahis, chirurgien à Thouars, parrain en 1672 au temple de Saumur d’un autre enfant de Pierre Champion. Il abjura le 30 septembre 1685 avec son épouse Louise Demahis dans l’église Saint-Médard de Thouars.

 

DEMONNERY (ou DEMONNERIE , MONNERI)

 

1° Pierre Demonnery (ou “de Monnevy”), avocat, épousa Rachel Boesnier (voir à ce nom), † ap. 1682, fille de Nicolas Boesnier ; dont huit enfants :

- Abraham, né v. 1657, † 5 janvier 1670 à Saumur.

- Rachel, baptisée le 9 novembre 1659 au temple de Saumur, † 26 mai 1661.

- Renée, baptisée le 14 novembre 1660, † 8 novembre 1661.

- Pierre, baptisé le 28 décembre 1661, † 12 décembre 1662.

- Philippe, baptisé le 30 juin 1663, † 23 juin 1670.

- Pierre, baptisé le 11 mai 1664, † 7 avril 1665.

- Élisabeth, baptisée le 27 septembre 1665, épousa le 31 octobre 1683 au temple de Saumur, Daniel de Superville (voir à ce nom), ministre à Loudun, né v. 1657, fils de feu Jacques, médecin, et de Marthe Pillet

- Pierre, baptisé le 6 janvier 1672, † 11 avril 1674.

Pierre Demonnery abjura à Bourgueil en 1685. Il est taxé, sous le nom de “Monneri”, en 1686 à 25 livres, sur Saint-Pierre comme “nouveau converti”.

 

2° Anne Demonnery, † av. 1677, sœur de Pierre qui précède, épousa av. 1648, Pierre Boesnier (voir à ce nom) du Portal, † entre 1670 et 1677; ce Pierre Boesnier était un oncle de Rachel Boesnier ci-dessus.

 

   3° à noter :

   . Abraham de Monnerie, de Bourgueil, † 6 août 1664 à Saumur

 

DENFER (ou DENFERT , DANFERT)

 

1° Philippe Denfer, † 3 juillet 1634 à Saumur, était avocat. Il était marié à Élisabeth Prieur (voir à ce nom), † 14 décembre 1657 à Saumur. Elle lui donna quatre enfants :

- Marguerite, baptisée le 25 janvier 1609 au temple de Saumur, épousa en 1628 au temple de Saumur, le quincaillier Jean Dumaretz (voir ce nom), fils de Pierre et de Jeanne Bécha. Elle lui donna cinq enfants en 1630, 1631, 1635, 1638 et 1639.

- Jean, baptisé le 21 mars 1610, qui suit en 2°.

- Marie, baptisée le 31 août 1611, épousa en 1634 le marchand potier d'étain Samuel Langlois (voir à ce nom). Elle lui donna trois enfants à Saumur en 1635, 1637, 1638, Veuve, elle abjura le 29 septembre 1685 dans l'église Saint Médard de Thouars.

- Élisabeth, baptisée le 23 août 1615, épousa en 1638 André Le Suire (voir à ce nom), de Loudun, † 4 février 1662 à Saumur. Elle lui donna six enfants à Loudun en 1639, 1642, 1644, 1647, 1650 et 1652 et un à Saumur en 1660.

 

2° Jehan Denfer, avocat, né en 1610, † 11 mai 1681 à Saumur, épousa en 1639 au temple de Loudun, Gilonne Hugues (voir à ce nom), † 11 juillet 1651 à Saumur ; dont six enfants :

Élisabeth (25 mars 1640 au temple de Saumur), Marie (26 mai 1641, † 18 juin 1643), Jean (14 février 1644, † 19 mars 1646), Daniel (4 mars 1646), Esther (2 septembre 1648) et Marie (1er mai 1650).

 

3° à noter :

 Guillaume Denfer, sieur du Lys, † 14 octobre 1617 à Saumur, épousa Suzanne Rochelle, † ap. 1617, fille de Pierre, sieur de la Maison-Blanche et de Beauregard.

. Marie Denfer, † ap. 1641, épousa Mr ...?... de la Roche, † av. 1635.

. Marie Denfer épousa Barthélemy Bérault, † av. 1670.

. “d’Enfer”, “nouveau converti”, est taxé à 2 livres en 1686.

 

DENIS

 

1° François Denis, de Bourgueil, épousa av. 1631, Louise Boesnier (voir à ce nom), fille de Pierre et de Renée Milsonneau; dont cinq enfants :

- Élisabeth, baptisée le 16 avril 1634 au temple de Saumur.

- François, qui suit en 2°.

- Pierre, chirurgien à Châtellerault, vivant en 1671.

- Jacques, qui suit en 3°.

- Olivier, qui suit en 4°.

 

2° François Denis, marchand, épousa Catherine Gouin (voir à ce nom) ; dont un fils :

- François, baptisé le 4 novembre 1668 au temple de Saumur.

 

3° Jacques Denis, marchand pintier, potier d’étain, épousa Jeanne Dumaine (voir à ce nom) ; dont quatre enfants :

Jeanne (17 octobre 1666 au temple de Saumur), Madeleine (19 septembre 1668, † 4 mars 1671), Anne (21 mai 1670) et Jacques, (3 mai 1671, † 2 août 1671).

 

4° Olivier Denis, marchand poiler à Bourgueil, né v. 1631, mort à Bourgueil et † 20 mai 1684 à Saumur, épouse en 2des noces, Élisabeth Savary; dont cinq enfants :

- Olivier, né à Bourgueil, baptisé le 20 février 1667 au temple de Saumur.

- Louise, née à Bourgueil, baptisée le 29 septembre 1667 au temple de Saumur.

- Pierre, né le 5 Juillet à Bourgueil, baptisé le 12 août 1671 au temple de Saumur.

- Madeleine, née le 1er juin à Bourgueil, baptisée le 1er août 1679 au temple de Saumur/

- Jeanne, qui abjure à Bourgueil en 1684.

 

5° Pierre Denis, habitant près de Chinon, épousa Urbanne Yvert (lecture incertaine) ; dont deux enfants :

Élisabeth (23 juillet 1628 au temple de Saumur) et Jacques (16 septembre 1635).

 

DELERPINIÈRE (voir LERPINIÈRE)

 

DESBORDES (“ouvrier en soie” ou “tailleur”)

 

1° Le maître-tailleur Jean Desbordes, de son mariage avec Madeleine Daillé (voir à ce nom), de Châtellerault (?) eut six enfants

- Jehan, baptisé le 10 décembre 1614 au temple de Saumur, inhumé le 5 septembre 1616.

- Jehan, baptisé le 10 septembre 1617,

- Jean, baptisé le 24 mars 1619, inhumé le 9 mai 1621.

- Madeleine, baptisée le 5 décembre 1621, inhumée le 11 août 1622.

- Jean, baptisé le 17 mars 1624.

- Suzanne, baptisée le 11 janvier 1626.

Jehan Desbordes fut inhumé le 16 juin 1627 à Saumur.

 

2° Henri Desbordes, ouvrier en soie à Tours, né v. 1635, fils de feu Charles, tailleur d’habits à Chinon, et de Michelle Pelletier, veuf en 1ères noces de Anne Chauffour, épousa le 28 juillet 1675 au temple de Saumur en 2des noces, Anne Galand (voir à ce nom), née v. 1637, fille de feu Pierre, menuisier, et de Bastienne Serrault.

Á noter que les “Desbordes libraires” de Saumur, signent à ce mariage.

(à voir : l’article “Desbordes” dans “Les Protestants en Touraine”)

 

DESBORDES (“libraires”)

 

Le chef de cette famille de libraires célébrés Isaac Desbordes était tailleur d’habits et originaire de Chinon[207].

 

1° Isaac Desbordes, imprimeur, † 11 décembre 1620 à Saumur, fils de René Desbordes, épousa Isabelle Audriau, † 1er avril 1634 à Saumur ; il eut neuf enfants :

- Isaac, baptisé le 10 mai 1606 au temple de Saumur, qui suit en 2°.

- Jehanne, baptisée le 26 août 1607, inhumée le 3 juin 1614.

- Elisabeth, baptisée le 10 novembre 1608, épousa le gantier Paul Guillot (voir à ce nom). Elle fut inhumée le 28 juin 1672 à Saumur en présence de son frère Isaac et de son neveu Jean Desbordes, le jeune.

- Abraham, baptisé le 21 février 1610.

- Marie, baptisée le 3 juin 1611, inhumée le 19 septembre 1614.

- Magdeleine, baptisée le 10 octobre 1612.

- Jacob, baptisé le 7 octobre 1615.

- Daniel, baptisé le 2 novembre 1616.

- Samuel, baptisé le 7 janvier 1618, inhumé le 27 décembre 1619.

 

2° Isaac Desbordes, né v. 1604, s'associa dès 1629 avec le libraire Jean Lesnier. Il publia la plupart des ouvrages de Moïse Amyrault. Il épousa en premières noces Marie Roquette (voir à ce nom) (ou Roquet), † 21 mai 1643 à Saumur. Elle lui donna dix enfants :

- Isaac, baptisé le 8 juin 1629 au temple de Saumur † 18 mars 1634.

- Jehan, baptisé le 8 janvier 1631, qui suit en 3°.

- Marie, baptisée le 12 septembre 1632, fut inhumée le 28 août 1634 à Saumur.

- Élisabeth, baptisée le 11 mars 1635, inhumée le 25 décembre 1637.

- Marie, baptisée le 13 avril 1636.

- Suzanne, baptisée le 8 novembre 1637.

- Isaac, baptisé le 17 avril 1639. Apparemment, le 28 mai 1663, à La Rochelle (où il se trouve chez le marchand libraire, Jacob Mancel), il signe un “engagement pour Saint-Christophe, en même temps que Samuel Bequet et Josué Berchaud (3.E.307 étude Cherbonnier, à La Rochelle).

- Jeanne, jumelle du précédent.

- Jacques, baptisé le 12 juin 1640, fut inhumé le 7 mai 1643.

- Élisabeth, baptisée le 14 décembre 1642, inhumée le 27 mai 1664 à Saumur.

Isaac Desbordes se remaria en 1644 avec Esther Richou (voir à ce nom). Elle lui donna treize enfants :

- Louis, baptisé le 19 mai 1645, fut inhumé le 20 juillet suivant.

- Esther, baptisée le 11 février 1646, abjura le 17 novembre 1680 à Brézé. Elle épousa le 11 février 1681 dans l'église Saint Pierre de Saumur Charles Le Proust, sieur de Fonchèze (ou ? Foncluze), fils de Jacques, sieur de la Chanuère, et de Françoise Le Blanc.

- Guillaume, baptisé le 19 juin 1647, qui suit en 5°.

- Marie, baptisée le 9 août 1648, épousa le 10 juillet 1676 au temple de Saumur, Michel Jacob, de Tours, fils de Michel et de Judith Landrée.

- Henri, baptisé le 28 novembre 1649, qui suit en 6°.

- Louis, baptisé le 28 décembre 1650.

- Claude, baptisée le 27 décembre 1651.

- Marie, baptisée le 3 août 1653, épousa le 19 juillet 1676 au temple de Saumur Michel Jacob (voir à ce nom), horloger à Tours. Elle mourut avant 1688. Michel Jacob se remaria à Anne Prieur, puis à Marie Gobert.

- Pierre, baptisé le 19 août 1654, fut inhumé le 19 octobre 1658.

- Jeanne, baptisée le 6 octobre 1655, épousa, le 11 octobre 1682 à Saumur, Henri-Wolfert Van Bulderen (voir à ce nom), libraire natif de La Haye.

- Isaac, baptisé le 5 novembre 1656, est décédé le 8 août 1679.

- Jacques, baptisé le 13 mars 1658, fut orfèvre. Il fut reçu membre de l'Eglise d'Amsterdam le 14 novembre 1683 par témoignage de l'Eglise de Saumur. Il mourut le 24 février 1710 à Amsterdam.

- Etienne, baptisé le 20 février 1662, inhumé le 18 octobre 1662.

Isaac Desbordes est décédé le 30 mai 1682 à Saumur à l'âge de 78 ans. Esther Richou est taxée en 1686, comme “nouvelle convertie”, à 25 livres, sur Saint-Pierre.

 

3° Jean Desbordes le jeune, libraire, né en 1631, de son mariage avec Marie Chérelles (voir à ce nom), fille de Isaac et de Andrée Marseille, eut sept enfants :

- Esther, baptisée le 1er juillet 1657 au temple de Saumur, épousa le 26 janvier 1681 au temple de Saumur, Jean Boisnet (voir à ce nom) (ou Boinet), marchand poislier, veuf de Suzanne Van Ceulen.

- Isaac, baptisé le 28 juillet 1658.

- Jean, baptisé le 25 février 1660.

- Marie, baptisée le 11 juin 1662, inhumée le 12 octobre 1662.

- Samuel, baptisé le 20 janvier 1664, inhumé le 19 décembre 1672.

- Suzanne, baptisée le 20 septembre 1665.

- Jacques, baptisé le 5 octobre 1667, qui suit en 4°.

Jean Desbordes avec Lesnier fut l'éditeur de Moïse Amyrault et notamment des six tomes de La morale chrestienne de 1652 à 1660.

Jean Desbordes obtint le 11 juillet 1685 un brevet du Roi l'autorisant de vendre ses biens et de passer en Hollande avec son épouse. Ils gagnèrent Nantes et s'embarquèrent pour la Hollande. Jean Desbordes, sa femme et sa fille furent reçus en décembre 1685 comme membres de l'Eglise de Leyde par témoignage de l'Eglise de Saumur.

 

4° Jacques Desbordes, né en 1667, fils de Jean Desbordes et Marie Chérelle, s'établit en 1696 comme libraire à Amsterdam dans Pieter Jacobsstraat. Il épousa le 11 mars 1703 Suzanne de Caux, originaire de Dieppe. Il mourut le 25 février 1718, et son épouse le 31 octobre 1727. Leur fils Jacques (1704-1742) fut également libraire à Amsterdam.

 

5° Guillaume Desbordes, né en 1647 de Isaac et Esther Richou, † av. 1680, épousa le 25 octobre 1671 au temple de Niort, N...e Bureau, fille de Philippe Bureau, imprimeur à Niort. Il en eut six enfants ; dont trois fils :

- Philippe, imprimeur ou libraire à La Rochelle.

- Isaac, qui alla s’établir à Londres en 1702.

- Jacob, mort à Niort en 1741, qui fut le père de René-Jacob Desbordes, imprimeur à La Rochelle en 1745.

 

6° Henri Desbordes, né en 1649, fils d'Isaac Desbordes et de sa seconde épouse Esther Richou, s'associa à son père dans le milieu des années 1670 comme imprimeur et libraire.

Henri Desbordes épousa, le 7 novembre 1677 au temple de Blois, Jeanne Dufour (voir à ce nom) de cette ville, baptisée le 10 décembre 1645 au temple de Saumur, fille de Charles Dufour, sieur de Montillet, receveur des traites à Montreuil-Bellay, et d'Anne Gribelin. Elle lui donna un fils 

- Henri Charles (25 juin 1679 au temple de Saumur).

Jeanne Dufour fut inhumée le 6 avril 1681 à Saumur. Henri Desbordes se remaria le 25 janvier 1682 au temple de Blois avec Marie Tremblay, fille de Jacques Tremblay, marchand tanneur à Blois et de Madeleine Paras.

Ayant été l'objet en 1681 d'une interdiction d'exercer sa profession pendant un mois, pour avoir publié un ouvrage condamné par le Conseil d'Etat, Henri Desbordes quitta en 1682 Saumur pour Amsterdam. Il fut reçut dans l'Eglise wallonne d'Amsterdam le 5 juillet.

Henri Desbordes s'établit comme libraire dans la Kelverstraet d'Amsterdam. Il a joué un rôle dans l'Histoire de la littérature en chargeant en 1684 Pierre Bayle de la rédaction d'un périodique dont il assurait l'édition, ce furent les célèbres Nouvelles de la République des Lettres. Pierre Bayle s'étant retiré en 1687 en raison de sa mauvaise santé, Desbordes poursuivit jusqu'en 1689 l'édition des Nouvelles avec comme rédacteur Laroque et l'ancien professeur de théologie de Saumur Jean Barin.

Marie Tremblay donna à Henri Desbordes douze enfants à Amsterdam :

Jean Jacques (8 novembre 1682), Marie Anne (30 mars 1684), Magdeleine (10 octobre 1685), Henri (1er janvier 1687), Suzanne (5 mai 1688), Daniel (22 janvier 1690), Jacques (25 mars 1691), Magdalene (11 décembre 1692), Magdalene (21 janvier 1694), Jeanne (24 mars 1695), Pierre (31 mai 1696), Isaac (23 janvier 1698).

Marie Tremblay décéda le 15 septembre 1706. Henri Desbordes se remaria le 28 juin 1709 avec Anne Texier de Blois, veuve de Moïse Bellanger[208]. Il décéda le 20 octobre 1722 à Amsterdam.

Sa fille Marie Anne (Marianne) épousa Daniel Pain qui s'associa à son beau-père. Son fils, Jean-Jacques épousa le 1er novembre 1726 Suzanne Alery, veuve de Jean de Bois.

Marcelline Desbordes-Valmore (née à Douai en 1785, † à Paris en 1859) “serait” issue des Desbordes émigrés à Amsterdam ?

 

8° Jacques Desbordes, de Chinon, épousa Thiénette Audriau; dont un fils :

- Jacques, baptisé le 5 septembre 1612 au temple de Saumur.

 

9° à noter :

. Jehan Desbordes, fils de René, de Chinon, épousa le 18 décembre 1611 au temple de Saumur, Marye Chrestien (voir à ce nom), † 16 mars 1612 à Saumur.

. Isaac Desbordes, tailleur d’habits à Chinon, † 11 décembre 1620 à Saumur.

. Jeanne Desbordes, † 19 février 1640 à Saumur, épousa Isaac Aubert (voir à ce nom), † ap. 1640.

 

 

DESLANDES

 

Joseph Deslandes, ancien et “administrateur des pauvres”, † 19 septembre 1620 à Saumur, épousa Jaquine Bouquet (voir à ce nom) ; dont cinq enfants :

- Élisabeth, baptisée le 23 janvier 1591 au temple de Saumur, épousa le 15 mars 1617 au temple de Saumur, Michel Du Tertre (voir à ce nom), dit “la Mothe”, de Luynes. On trouve (avec discordance de dates et de prénom) : Marie Deslandes, † à 65 ans, le 23 septembre 1672 à Saumur, veuve de Dutertre, dit la Motte.

- Philippe, baptisé le 20 juin 1593, probablement † 6 mars 1640 à Saumur.

- Jehan, baptisé le 9 juillet 1595.

- Daniel, baptisé le 4 mai 1597.

- Isaac, baptisé le 19 avril 1600.

 

DESLOGES

 

Japhet Desloges, † 27 janvier 1646 à Saumur, épousa en 1res noces, Barbe Dorléans (voir à ce nom), † 22 avril 1612 à Saumur ; dont cinq enfants :

Salomon (11 décembre 1605 au temple de Saumur) ; Samuel (20 mai 1607, † 24 mai 1614), Françoise (5 janvier 1611, † 27 septembre 1612), Ester (8 février 1612, † 25 novembre 1619) et Gabriel († 6 mars 1617).

Il épousa en 2des noces, 9 octobre 1613 au temple de Saumur, Jehanne Peltier (voir à ce nom) ; dont deux enfants :

Judith (22 juin 1616 au temple de Saumur, † 25 juin 1616) et Jacques (4 août 1619, † 18 août 1619).

 

DESMARETS (voir à DUMAREST)

 

DHUISSEAU (voir à d’HUISSEAU)

 

DIEUXIVOIS (ou DIEUXINOIS)

 

1° Alexandre Dieuxinois, ancien, † 16 octobre 1620 à Saumur, épousa Barbe Renault (voir à ce nom), † 1er juin 1631 à Saumur ; dont quatre enfants :

Anne (16 octobre 1597 au temple de Saumur), Samuel (8 août 1599, † 2 avril 1621), Marthe (1er février 1609) et N...., “escollier”, († 23 janvier 1611).

 

2° René Dieuxivois, marchand, † 14 juillet 1626 à Saumur, épousa le 30 octobre 1611 au temple de Tours, Claude Corbeau; dont une fille :

- Charlotte, baptisée le 21 septembre 1622 au temple de Saumur.

 

2° à noter :

. Marthe Dieuxivois, baptisée le 1er février 1609 au temple de Saumur, † ap. 1650, fille de André et de Jeanne Renault, épousa av. 1630, Jean Niotte (voir à ce nom).

. Anne Dieuxivois, † ap. 1640, épousa le 20 juillet 1614 au temple de Saumur, André Girard (voir à ce nom), marchand poêlier, † 15 juin 1642 à Saumur/

. Jeanne Dieuxivois, † 12 mars 1642 à Saumur, épousa Daniel Prunier (voir à ce nom), † av. 1623.

 

DISSAUDEAU

 

1° François Dissaudeau, médecin, † 31 mai 1624 à Saumur, épousa Catherine Panchèvre, † 8 décembre 1632 à Saumur ; dont cinq enfants :

Philippe (22 novembre 1615 au temple de Saumur), Catherine (1er janvier 1617, † 6 février 1617), Catherine (22 juillet 1618), Samuel (18 août 1619, † 1er janvier 1620), Françoise (11 octobre 1620) et Anne (2 novembre 1622, † 26 décembre 1626) et Marie († 21 mars 1626).

 

2° Philippe Dissaudeau (qui est probablement le fils aîné de François), écuyer, sieur de Petit Saucé (en 1653), épousa le 28 novembre 1638 au temple de Baugé, Suzanne Pineau (voir à ce nom) ; fille du pasteur, sieur de la Cantinaie : dont deux enfants:

- Philippe, baptisé le 23 décembre 1648 au temple de Baugé.

- Jean, baptisé le 9 mai 1656 au temple de Sorges.

 

DOBIGNÉ (ou DOBIGNY , DAUBIGNÉ , DAUBIGNY)

 

1° René Dobigny, † 16 février 1660 à Saumur, eut d’un premier mariage un fils, qui suit en 2°.

Il épousa en 2des noces, Marie Meurin (voir à Meure), † 15 janvier 1668 à Saumur.

 

2° René Dobigné, marchand corroyeur, épousa Marie Langlois, dont six enfants :

Renée (13 février 1656 au temple de Saumur), Noël (20 octobre 1658, † 3 novembre 1658), Renée († 16 janvier 1660), Élisabeth (3 octobre 1663, † 8 août 1665), Marie (25 mars 1670, † 18 juillet 1674) et Suzanne (25 novembre 1666, † 18 octobre 1671).

 

3° à noter :

. Noé Daubigny, marchand corroyeur, dit “Daubigné”, † 3 novembre 1658 à Saumur

. Renée Dobigné épousa av. 1658, Étienne Corbineau (voir à ce nom).

. Renée Daubigné, qui abjure à Tours à la Révocation, † 1703 à Tours, épousa av. 1655, Philippe Godin (voir à ce nom), † 1708 à Tours ; morts tous deux en refusant les sacrements.

(à voir : l’article “Daubigny” , dans “Les Protestants en Touraine”)

 

DOOSTHORN (ou DOSTORNE)

 

1° Le Flamand Guillaume Dostorne épousa, le 22 octobre 1617 au temple de Saumur, Sarah Gervais dont il eut trois enfants :

Catherine (22 juillet 1618 au temple de Saumur), Anne (7 juin 1620) et Catherine (7 mai 1623).

"Monsr d'Ostorne, flamand, gendre de Mme Gervais, flamand, femme du sieur Gilbert", fut inhumé le 7 décembre 1623 à Saumur.

 

2° Piet Doosthorn van Sonnevelt, “ancien”, bourgeois de Saumur, épousa, en 1645, Marguerite Amyrault (voir à ce nom), née v. 1625, fille d'Abel Amirault et de Jeanne Fagot, et nièce de Moïse Amyrault. Elle lui donna douze enfants :

- Corneille, baptisé le 16 mai 1646 au temple de Saumur.

- Pierre, baptisé le 23 juin 1647, né le 20.

- Abel, baptisé le 13 septembre 1648, inhumé le 30 Mars 1656.

- Élisabeth, baptisée le 22 décembre 1649.

- Guillaume, baptisé le 16 août 1651.

- Moyse, baptisé le 25 septembre 1652, inhumé le 18 mai 1659.

- Henry, baptisé le 14 janvier 1654.

- Jean, baptisé le 6 juillet 1656, † 21 mai 1659.

- Jeanne ° 7 avril 1658.

- Abel, baptisé le 18 juin 1659, inhumé le 19 avril 1663.

- Jacques, baptisé le 20 octobre 1660.

Piet Doosthorn fut taxé à 5 livres en 1686 comme “nouveau converti”, sur Saint-Pierre. Marguerite Amirault fut reçue en l’Église d’Amsterdam le 28 décembre 1687.

 

3° à noter :

. Anne Doostorne épousa av. 1663, Philippe Perroteau (voir à ce nom), fils de Philippe, avocat, et de Hélène Guérin.

 

DORLÉANS

 

1° Samuel Dorléans, chapelier, Louise Mayet ; dont cinq enfants :

Samuel (14 avril 1619 au temple de Saumur), Jehanne (12 avril 1620), Abel (6 janvier 1622), Jacques (30 juin 1624, † 19 février 1625) et Anne (24 décembre 1625).

 

2° à noter :

- Barbe Dorléans, † 22 avril 1612 à Saumur, épousa av. 1605, Japhet Desloges (voir à ce nom), † 27 janvier 1646 à Saumur, remarié en secondes noces à Jehanne Pelletier.

- Claude Dorléans, † 21 février 1621 à Saumur, épousa av. 1607, Daniel Grossin (voir à ce nom), marchand, † 18 février 1654 à Saumur.

 

DOULL (ou DOOL , DOELE , DOULLE)

 

1° Guillaume Doull, Écossais, était professeur en éloquence à l'Académie de Saumur. Il épousa vers 1646 Jeanne Amyrault (voir à ce nom), née v. 1620, veuve du professeur Patrice Pible, fille de Abel Amyrault et de Jeanne Fagot, et nièce de Moïse Amyrault. Elle lui donna onze enfants :

- Guillaume, baptisé le 10 juillet 1647 au temple de Saumur ; voir en 2°.

- Jeanne baptisée le 18 novembre 1648.

- Élisabeth, baptisée le 23 janvier 1650.

- Suzanne, baptisée le 23 août 1651, son parrain était son oncle Abel Amyrault, pasteur à Saint-Aignan. Elle fut inhumée le 12 novembre 1661.

- Françoise, baptisée le 24 novembre 1652.

- Jeanne, baptisée le 7 février 1654

- Marguerite, baptisée le 19 avril 1655, est marraine au temple de Saumur en 1675.

- Jean, baptisé le 29 novembre 1656, épousa en 1684 au temple de Loudun sa cousine Anne Amyrault.

- Anne, baptisée le 25 août 1658, inhumée le 3 novembre 1658 à Saumur.

- Moïse, † 18 mai 1659.

- Jacques, baptisé le 26 mars 1662, inhumé le 4 avril 1662 à Saumur.

- Moyse, jumeau du précédent, inhumé le 25 décembre 1663 à Saumur.

Guillaume Doull fut touché en 1671 par l'interdiction faite aux étrangers de professer à Saumur. Il ne retourna pas en Ecosse comme le disent nombres d'auteurs qui ne paraissent avoir jamais consulté les registres de l'Eglise de Saumur, mais resta à Saumur où il mourut le 3 octobre 1679 à Saumur à l'âge de 63 ans.

Jeanne Amyrault se retira à Bourgueil où elle abjura en 1685 dans la paroisse Saint-Germain. En 1687, lorsque la surveillance fut relâchée sur les côtes, elle passa en Angleterre en 1687 et fit acte de reconnaissance le 23 janvier de cette année dans l'Eglise de la Savoye[209]. Elle était alors âgée de 69 ans.

 

2° Guillaume Doull, docteur en médecine, né en 1647, † 14 septembre 1681 à Saumur, épousa en 1668 Françoise Leroy (voir à ce nom), dont il eut quatre enfants :

Guillaume (3 avril 1669 au temple de Saumur, inhumé le 8 juillet 1670), Jeanne (6 août 1670), Anne Eléonore (31 janvier 1672, inhumée le 9 août 1673) et Guillaume (25 mars 1673, inhumé le 13 décembre 1674).

Il est décédé le 13 septembre 1681 à l'âge de 34 ans et fut inhumé le lendemain en présence de son oncle Pierre Dostorne.

 

3 à noter :

. Moyse Doull, inhumé le 25 décembre 1663 à Saumur, à 21 mois, “fils de Michel Doull”.

 

DRUET (ou DROUET)

 

Jean Druet (qui est le frère de Paul Druet, en 3°), né en 160?, fut pendant plus de cinquante ans professeur de philosophie à l'Académie de Saumur où il débuta ses fonctions en 1631. Il épousa en 1633 Marie Genest (voir à ce nom), baptisée le 16 novembre 1614 au temple de Saumur, fille de Paul Genest et de Marie Delavau. Elle lui donna quatorze enfants :

- Jean, baptisé le 26 novembre 1634 au temple de Saumur, mort en bas âge.

- Marie, baptisée le 27 janvier 1636, épousa en 1658 le marchand Jacques Masnier de Tours, fils de Jacques Masnier et de Marie Legendre. Elle lui donna cinq enfants : Marie (mai 1659 à Tours), Marthe (baptisée le 5 décembre 1660 au temple de Saumur), Madeleine (1663, inhumée le 16 décembre 1669 à Tours), Jacques-Samuel (baptisé le 16 novembre 1664 à Tours) et Jacques (baptisé le 11 novembre 1668 à Tours). Marie Druet et son époux Jacques Masnier et leur fille Marie se réfugièrent à Londres en 1681. Ils firent acte de témoignage le 19 octobre de cette année devant l'Eglise de Threadneedle Street. Ils obtinrent la denization le 8 mars 1681/2[210].

- Élisabeth, baptisée le 18 janvier 1637.

- Suzanne, baptisée le 30 décembre 1637, fut inhumée le 22 septembre 1678 (âge indiqué : 34 ans !) ;.elle épousa av. 1664, Mathieu Coutant (voir à ce nom), fourbisseur d’épées, né v. 1603, † 16 août 1670 à Saumur

- Jean, baptisé le 23 janvier 1639, qui suit en 2°.

- Pierre, baptisé le 7 décembre 1639, inhumé le 17 août 1661.

- Paul, baptisé 2 juin 1641, qui émigre.

- Anne, baptisée 25 juin 1642, inhumée le 19 janvier 1643.

- Anne (dont nous ne pensons pas qu’elle ait épousé en 1ères noces Mathieu Coutant), baptisée le 3 novembre 1643, épousa, av. 1665, le Hollandais Conrad Delameer (voir à ce nom).

- Charles, baptisé le 27 novembre 1644.

- Barbe, inhumée le 8 juillet 1645.

- Madeleine, baptisée le 1er juillet 1646, épousa le 9 juillet 1673 au temple de Saumur Mathieu Hoost (voir à ce nom), marchand à Nantes. Elle est décédée le 27 novembre 1674 à Nantes.

- Isaac, baptisé le 5 janvier 1648.

- Isaac, né le 22 avril 1650, fut baptisé le 4 mai suivant.

Jean Druet cessa d'enseigner en 1683. Il resta à Saumur où il abjura à la Révocation. Son acte de sépulture, du 29 août 1686 à Saint-Pierre de Saumur, révèle que son abjuration n'était qu'apparence :

"... ancien professeur de philosophie dans l'Académie de ceux qui faisaient ci-devant profession de la Religion prétendue réformée, après avoir fait abjuration de l'hérésie de Calvin, ayant été enterré dans les Chardonnets, par sentence des juges pour n'avoir pas donné des marques suffisantes de la sincérité de son abjuration, a été exhumé par arrêt de la Cour et inhumé dans le cimetière de Saint Nicolas".

Paul Druet, fils de Jean Druet émigra

 

2° Jean Druet, étudiant en philosophie en 1664, bourgeois de Saumur, “professeur” et axé d’office à 250 livres en 1686 comme “nouveau converti” (à moins que ce ne soit son père), né en 1639, épousa Anne Endelin (ou Eudelin, Edelin) ; dont une fille :

- Marie-Anne-Henriette, baptisée le 22 janvier 1679 au temple de Saumur, † 4 juin 1679.

 

3° Paul Druet, sieur de la Chesnaye (en Véron), orfèvre, né v. 1606, † 23 novembre 1678 à Saumur, épousa av. 1636, Charlotte Armanson, née v. 1615, † 19 mars 1678.

Il est le frère de Jean Druet, le professeur de philosophie.

 

4° Élie Druet épousa le 22 octobre 1623 au temple de Saumur, Anne Massé (voir à ce nom), probablement ° 29 janvier 1597 au temple de Saumur, fille de François et de Anne Fougeau; dont deux enfants :

Anne (12 juillet 1624 au temple de Saumur) et Daniel (24 avril 1630).

 

5° à noter :

. Perrine Drouet (ou ? Druet), épousa av. 1596, Pierre Maliverné (voir à ce nom) de la Vignolle.

. Suzanne Drouet, “fille de Mr de Roche Drouet”, épousa le 6 avril 1611 au temple de Saumur, Jehan Bouvier, sieur du Boys.

. Marye Drouet, † 18 octobre 1626 à Saumur, épousa le 26 juillet 1617 au temple de Saumur, André Faligan (voir à ce nom), remarié à Anne-Antoinette Leclerc, puis à Élisabeth Catillon.

. Jane Druet, “soeur de Mr Druet, professeur”, † 28 janvier 1663, veuve de ...?... Robert.

. nous pensons que Anne Druet, † 5 février 1663 à Saumur, avait épousa av. 1622, Jacques Pelletier (voir à ce nom), dit l’aîné, orfèvre à Saumur

. Suzanne Druet, † 6 janvier 1633 à Saumur, épousa le 16 août 1624 au temple de Saumur, Abraham Gondouin (voir à ce nom), dit “Loyauté”.

 

DRUGEON

 

1° François Drugeon, sieur de Hautmont, avocat pour le Roi en la sénéchaussée de Saumur, † 19 décembre 1626 à Saumur, fils de Guy, avocat à Saumur, et de Jeanne de Montortier, paraît être passé au protestantisme en 1592, alors que ses deux frères et sa soeur restent catholiques. En 1ères noces, il épousa Jehanne Des Alluz, sans doute veuve de René Foulon; dont une fille :

Jeanne, “reçue en l’Église” (après la mort de sa mère), le 26 septembre 1602 à Saumur.

En 2des noces, il épousa Marguerite Deshayes, † 10 mai 1624 à Saumur ; dont quatre enfants :

- Jean, baptisé le 23 mai 1588 à Saint-Pierre de Saumur.

- Anne-Jehanne, baptisée le 26 août 1589 à Saint-Pierre, † 7 octobre 1674 à Saumur épousa av. 1609, Paul Bernard (voir à ce nom), protestant, sieur de Bouilly, avocat du Roi, né v. 1574, † 19 janvier 1662 à Saumur

- Guy, baptisé le 12 mai 1591 à Saint-Pierre.

- Renée, baptisée le 13 mars 1592 au temple de Saumur.

 

2° Pierre Drugeon épousa Marie Couet ; dont deux enfants :

Charles (13 septembre 1605 au temple de Saumur) et Marie (3 août 1608).

 

3° à noter :

. Philippe Drugeon, baptisé le 21 octobre 1598 au temple de Saumur (parents non indiqués).

 

DU BELLAY

 

Il s’agit ici d’une branche protestante d’une famille catholique pour la plupart de ses branches.

 

1° Charles Du Bellay, sieur du Plessis-Thiour (autrement appelé le Plessis-Raganne à Saint-Georges-des-Sept-Voies) de par sa mère, fut lieutenant d’une compagnie de chevau-légers du prince de Genevois dans l’armée du Roi de Navarre. Il épousa le 12 avril 1556, Renée d’Arcot. Elle lui donna quatre enfants :

- Robert, qui suit en 2°.

- Isaac, sieur du Grand-Lessigny (? Couziers, I & L), fut capitaine d’infanterie et fut inhumée dans la Religion réformée le 28 juin 1618 à Saumur.

- Zacharie, qui suit en 4°.

- Renée.

Charles du Bellay fut inhumé le 7 septembre 1587 à Saint-Georges-des-Sept-Voies. Son épouse, Renée d’Arcot, fut inhumée dans la Religion réformée le 26 octobre 1613 à Saumur.

 

2° Robert Du Bellay, sieur du Plessis-Thiour et du Bois-Raganne à Saint-Georges- le-Thoureil, fut guidon de la Cie d’Amville. † 10 juin 1629 à Saumur, épousa le 6 mai 1599, Anne Le Balleur (ou Lebailleur), † ap. 1652, fille d’Ambroise, sieur de la Plante et de Villeclerc; dont dix enfants :

- Charles, qui suit en 3°.

- Suzanne, baptisée le 3 juillet 1611 au temple de Sorges, épousa av. 1639, Jean de Chardon (voir à ce nom), sieur de Luigny, dont postérité.

- Anne, baptisée le 19 septembre 1612 au temple de Saumur, † le même jour.

- Claude, baptisée le 14 février 1616, † 30 septembre 1616.

- Jean, baptisé le 9 avril 1617.

- Robert, baptisé le 22 juillet 1618, † 22 octobre 1619.

- Isabelle, baptisée le 19 mars 1627 au temple de Saumur

- Henri, sieur de Pioger

- Louis.

- Zacharie qui suit en 4°.

 

3° Charles, sieur du Plessis-Thiour et du Bois-Raganne, fils aîné de Robert et de Anne Le Balleur, se convertit au catholicisme au début des années 1670. Il avait épousé en 1ères noces dans la Religion réformée Renée de Juiteau, née en 1603. Elle lui donna quatre ou cinq enfants :

- Charlotte épousa le 30 janvier 1669 au temple de Sorges, Jérémie de Maubert (voir à ce nom), sieur de Coibray, fils de Baptiste et de Suzanne de Boupaillard. Ils abjurèrent l’un et l’autre le 24 décembre 1685 à Saint-Georges-de-Sept-Voies. Dont postérité.

- Robert, baptisé le 4 août 1633 au temple de Sorges.

- Élisabeth, baptisée le 15 juin 1636 au temple de Saumur, épousa dans la Religion catholique le 11 février 1676 dans l’église Saint-Pierre de Saumur et à Saint-Lambert-des-Levées, Louis Jousselin, sieur de Freté (à Savigny en Vendômois) et du Rocher. Veuf, Louis Jousselin se remaria à Françoise Aubry, fille de Martin Jousselin et de Charlotte de Mellet.

- Gédéon, baptisé le 18 septembre 1639 au temple de Sorges.

- Anne “Bellai”, probablement (mais il y a doute !), épousa dans les années 1660 Auguste Le Goux (voir à ce nom), sieur de Lespoix ; dont postérité. Elle était décédée en 1693.

Renée de Juiteau fut inhumée dans la Religion réformée le 12 octobre 1670 à Saumur. Charles du Bellay se remaria dans la Religion catholique le 1er février 1671, dans l’église Saint-Pierre de Saumur, avec Jeanne-Élisabeth Moreau, veuve de Jacques de Fesques, sieur de Lesperonnière.

 

4° Zacharie Du Bellay, troisième fils de Charles et de Renée d’Arcot, sieur du Plessis-Bellay et de Belleville en Thouarsais, après avoir été capitaine d’un régiment français au service des Pays-Bas, fut le gouverneur du duc Henri de La Trémoille. Il épousa dans les années 1610 Jeanne Herbert de Bellefonds, fille de François de Bellefonds et de Jeanne Baron. Elle lui donna : Claude, seigneur d’Anché, Charles, seigneur de Lésigny, Thimothée, seigneur de Rochette, Théodore, seigneur de Montbrelais, Charlotte épouse de Louis de Granges, seigneur de Montfermier puis en 1646 de Charles Fouquet, sieur de Bournizeau, Eléonore épouse de Jean-Louis Rogier, sieur de Belleville.

Claude du Bellay, chevalier, seigneur d’Anché fut maintenu noble par Barentin avec son frère Théodore[211]. Claude du Bellay d’Anché s’établit à Berlin plusieurs années avant la Révocation. Frédéric-Guillaume en fit son chambellan et lui confia la fonction de gouverneur des trois margraves Albert‑Frédéric, Charles‑Philippe et Chrétien‑Louis, issus de son second mariage. Il favorisa l’établissement des réfugiés huguenots dans le Brandebourg. Il fut l’un des fondateurs de l’Eglise française de Berlin et exerça la fonction d’ancien jusqu’à sa mort le 4 mai 1694. Il ne paraît pas avoir eu d’enfant de son épouse Marie Rogier[212].

Théodore du Bellay, chevalier seigneur de Montbrelais et son fils Charles du Bellay, seigneur de Puyoger (Piogé) abjurèrent le 7 février 1686 à Thouars et Suzanne Prévost, son épouse le 7 mars suivant. Théodore du Bellay rejoignit son frère aîné à Berlin. Il fut nommé conseiller d’ambassade par l’électeur de Brandebourg et assuma des fonctions importantes dans les corps supérieurs des colonies françaises. Il mourut le 20 juin 1711 à Berlin[213].

 

5° à noter :

. Robert Du Bellay, † 30 septembre 1616 à Saumur, fils de Robert Du Bellay et de Suzanne de Savigné.

 

DUBOIS (ou DUBOYS)

 

1° Jehan Dubois (ou “Duboys”), soldat, épousa Fleurie Du Houllay; dont trois enfants :

Jehanne (9 août 1609 au temple de Saumur, † 27 août 1609), Anceau (9 mars 1611), Jouachim, jumeau du précédent , Gilles ( † 29 juillet 1612) et Isaac († 23 mars 1613).

Jehan se remarie sans doute avec Catherine Mathé; dont trois enfants :

Jeanne (20 mai 1618 au temple de Saumur, † 24 mai 1618), Françoise (10 novembre 1619, † 29 mai 1620) et Abraham (21 juillet 1601, † 4 septembre 1621).

 

2° à noter :

. Bastienne Duboys, † 27 août 1609 à Saumur, épousa Élye Pousset (voir à ce nom), † 23 mai 1618 à Saumur.

. François Dubois épousa av. 1621 Abraham Fontanion; dont une fille : Catherine Fontanion, baptisée le 23 mai 1621 au temple de Saumur

. Mlle Dubois, † 1er juin 1624 à Saumur.

 

 

DUFOUR (ou DU FOUR)

 

Cette famille est également implantée à Loudun.

 

1° Balthazar Du Four, † av. 1677, épousa Marie Rousseau (voir à ce nom), probablement ° 26 novembre 1607 au temple de Saumur, † av. 1677, fille de Estienne et de Anne Huet ; dont sept enfants :

- Marie, baptisée le 18 septembre 1639 au temple de Saumur

- Anne, baptisée le 11 décembre 1640, † 13 octobre 1642.

- Isabelle, baptisée le 8 juin 1642.

- Jeanne, baptisée le 11 mars 1646.

- Marthe, jumelle de la précédente.

- Suzanne, baptisée le 16 mars 1650.

- Philippe, qui suit en 2°.

 

2° Philippe (ou Vincent) Dufour, marchand, demeurant en 1677 à Verruyes en Poitou (Deux- Sèvres), puis ensuite maître d’école à Saint-Maixent, † av. Nov. 1681, fils de feu Balthazar et de feue Marie Rousseau, épousa le 16 juin 1677, au temple de Saumur, Marie Pinsonneau (voir à ce nom), baptisée le 30 juillet 1650 au temple de Saumur, remariée à Julien Gallais, fille de Vincent Pinsonneau, cordonnier, et de Anne Lepère : dont une fille :

- Marie, née en 1679, † 21 novembre 1681 à Saumur.

 

3° Charles Dufour, sieur de Montiller, receveur des traites à Montreuil-Bellay, épousa Anne Gribelin; dont une fille :

- Jeanne, baptisée le 10 décembre 1645 au temple de Saumur, † 6 avril 1681 à Saumur, épousa le 7 novembre 1677 au temple de Blois, Henry Desbordes (voir à ce nom), né v. 1649; remarié en secondes noces à Marie Tremblay, fils de Isaac et de Esther Richou..

 

4° à noter :

. Marie Dufour, † 5 mars 1624 à Saumur, épousa av. 1617, Pierre Bigot (voir à ce nom), † ap. 1629.

. Marie Dufour épousa av. 1661, Paul Daverton; dont quatre enfants baptisés au temple de Baugé.

. Suzanne Dufour, † 22 septembre 1661 au temple de Saumur, épousa Jean Cadours, pasteur, † 13 septembre 1677 à Saumur.

 

DUGRÈS

 

Pierre Dugrès, dit “le Pierre”, épousa Anne Daunay (voir à Dauné), † 18 avril 1623 à Saumur ; dont quatre enfants :

Mathieu (28 août 1616 au temple de Saumur), Marie († 10 octobre 1617), Isaac (12 mai 1619, † 17 novembre 1626) et Paul (10 avril 1622, † 1er août 1626).

 

DUJARDIN (voir à : JARDRIN)

 

DUMAINE (ou DUMAYNE)

 

Les Dumaine protestants sont assez nombreux à Loudun.

 

1° Thobie Dumaine épousa Élisabeth Augeart ; dont deux fils :

Daniel (13 novembre 1593 au temple de Saumur), Charles (1er septembre 1596).

 

2° à noter :

. Marye Dumayne épousa av. 1619, René Amelot (voir à ce nom).

. Suzanne Dumaine, baptisée le 7 juillet 1621 au temple de Saumur, fille de Pierre et de Anne Mareau épousa av. 1648, Pierre Archambault (voir à ce nom), tailleur d’habits, né v. 1628.

. Jeanne Dumaine épousa av. 1666, Jacques Denis (voir à ce nom), marchand pintier, fils de François et de Louise Boesnier.

. Pierre Dumaine, † 1er mars 1661 à Saumur.

. Gabrielle Dumaine, marraine en 1666 au temple de Saumur.

 

DUMAREST (ou DUMARETZ , DU MARAIS)

 

1° Pierre Dumaretz, de son mariage avec Jehanne Bechas (ou ? “Bechar”), eut :

Jehan (23 juillet 1603 au temple de Saumur), Pierre (28 février 1605) et Georges (12 octobre 1608).

 

2° Le quincaillier Jean Dumaretz, † 27 décembre 1655 à Saumur, épousa, en 1628 au temple de Saumur, Marguerite Denfer (voir à ce nom), baptisée le 25 janvier 1609 au temple de Saumur, fille de l'avocat Philippe Denfert et d'Elisabeth Prieur. Elle lui donna onze enfants:

- Marguerite, baptisée le 21 juillet 1630 au temple de Saumur, marraine en 1644.

- Jeanne, baptisée le 17 juillet 1631.

- Madeleine, baptisée à Pâques 1633, † 1er mars 1645.

- Marie, baptisée le 22 avril 1635.

- Anne, baptisée le 27 janvier 1638.

- Jean, baptisé le 19 janvier 1639; qui suit en 3°.

- Marie, baptisée le 15 avril 1640.

- Élisabeth, baptisée le 19 août 1641, épousa le 19 avril 1676 au temple de Saumur, Étienne Bocot, “soit-disant médecin”, natif de Semur, né v. 1617 ; pas d’enfants baptisés à Saumur.

- Daniel, baptisé le 10 juin 1643, † 18 septembre 1643.

- Pierre, baptisé le 17 décembre 1645.

- Françoise, baptisée le 11 septembre 1647.

 

3° Le maître-armurier ou “arquebusier” Jean Dumaretz, né en 1639, mort entre 1717 et 1722, épousa, le 27 janvier 1672 au temple de Saumur, Marie Lamiche (voir à ce nom), fille de François Lamiche et de Madeleine Ardouin. Elle lui donna sept enfants :

- Marie, baptisée 12 juillet 1673 au temple de Saumur, épousa, le 26 août 1709 dans l'église Saint Pierre de Saumur, le marchand tapissier Isaac Dumontel, de Saint-Saturnin de Tours, amis qui avait été baptisé le 14 juin 1676 au temple de Tours, fils de Léonard Dumontel et de Marie Robichon. Dont postérité.

- Catherine, baptisée 28 juillet 1675, inhumée le 11 septembre 1679.

- Suzanne, baptisée 14 juillet 1677.

- Jean, baptisé 18 octobre 1679.

- Jacques, baptisé 14 septembre 1681.

- Abel, baptisé 2 février 1684, horloger, épousa; le 16 novembre 1722 dans l'église Notre-Dame-de-Nantilly à Saumur, Anne Herbault (voir à ce nom), fille du marchand chapelier René Herbault et de Catherine Thibaut. Dont deux enfants baptisés à Nantilly en 1723 et 1724.

- Catherine, baptisée 168?, qui abjure à Saint-Nicolas de Saumur le 16 mai 1717, épousa le 29 mai 1717 à Saint-Pierre de Saumur, le chapelier Jean Son, originaire de Saint-André de Niort, fils de feu Pierre Son et de Marie Boudard. Dont sept enfants baptisés à Saint-Pierre, puis à Nantilly, entre 1717 et 1729. La descendance prend pour patronyme : Son-Dumarais.

 

4° à noter :

. Marie Desmarets, † 15 février 1638 à Saumur, épousa le 1er décembre 1613 au temple de Saumur, Abraham Chrestien (voir à ce nom), arquebusier, † en Nov. 1643 à Saumur.

 

DUMOUSTIER (ou DU MOUTIER)

 

Famille protestante nombreuse, mais principalement implantée à Loudun.

 

1° Pierre Dumoustier[214], né v. 1604, avocat au siège de Loudun, épousa le 2 février 1632, Catherine Quéniot ; dont, entre autres :

- Catherine , née en 1642 à Loudun épousa le 20 février 1678 au temple de Saumur, le marchand Isaac Pelletier (voir à ce nom), veuf d'Anne Girard. Elle lui donna trois enfants à Saumur en 1679, 1680 et 1681. Catherine Dumoustier fut inhumée le 28 novembre 1681 à Saumur.

2° à noter :

. Jeanne Dumoustier épousa av. 1649, Marc Cruchon (voir à ce nom).

- Samuel, marchand à Saumur, épousa en 1667 Suzanne Faquelis (voir à ce nom), baptisée le 25 septembre 1650 au temple de Saumur, fille de Frantz et de Suzanne Amirault. Suzanne Faquelis fut inhumée le 13 août 1668 à Saumur ; il s’est sans doute remarié, av. 1677 avec Élisabeth Amirault.

 

 

DUNCAN

 

1° Marc Duncan, médecin originaire d'Ecosse, vint s'établir à Saumur à l'appel de l'Académie qui le chargea de plusieurs cours notamment de ceux de grec, de philosophie et de métaphysique[215]. En 1616, il fut nommé principal du collège et exerça cette fonction jusqu'en 1624, année où le synode de Charenton supprima cette charge. Il continua toutefois à porter ce titre jusqu'à sa mort.

Marc Duncan épousa, en premières noces le 7 janvier 1611 au temple de Saumur, Suzanne Gorin (voir à ce nom) (ou Gorrhin, Gorain). Pour ne pas obliger celle-ci à vivre en Angleterre, il renonça à la proposition que le roi d'Angleterre Jacques Ier lui avait faite de devenir son médecin ordinaire. Suzanne Gorin lui donna au moins huit enfants :

- Marc, sieur de Cérisante, baptisé le 21 septembre 1611 au temple de Saumur, est le héros d'une Historiette de Tallemant des Réaux[216]. Il brilla à l’Hôtel de Rambouillet.Il séjourna en Suède, Turquie, Pologne. Il se convertit au catholicisme à Rome en 1647. Il mourut à Naples le 28 février 1648 des suites d'un blessure reçue au pied lors d'un combat contre les Espagnols ; il est inhumé à Sainte-Anne-des Carmes, à Naples.

- Guillonne (ou Guillemine), baptisée le 7 octobre 1612, épousa, en novembre 1633 au temple de Saumur, Jean Bouchereau (voir à ce nom), sieur de la Manche, ministre de Laval puis de Nantes, baptisé le 13 avril 1600 au temple de Saumur, fils de Gilles, avocat, et de Esther Chalopin. Elle est décédée le 29 novembre 1670 au bourg de Sucé où était situé le temple de l'Eglise de Nantes ; son mari mourut le même jour.

- Rachel, baptisée le 3 novembre 1613 épousa au début de l'année 1635 Philippe Martin (voir à ce nom), conseiller au bailliage de Loudun. Elle lui donna huit enfants en 1635, 1637, 1639, 1641, 1646, 1647, 1648 et 1649. Madeleine, née en 1647, fut baptisée le 13 juillet de cette année au temple de Saumur.

- Suzanne, baptisée le 16 septembre 1615, inhumée le 18 septembre 1615.

- François, sieur de Sainte-Hélène, baptisé le 15 janvier 1617, qui suit en 2°.

- Suzanne, baptisée le 11 avril 1618, inhumée le 23 octobre 1618.

- Claude, baptisée le 13 octobre 1619, probablement † 6 septembre 1684 à Saumur, épousa Louis Bouchereau (voir à ce nom), docteur en médecine.

- Jean, sieur de Montfort, baptisé le 18 février 1624, entra au service de Christine de Suède et mourut à Stockholm où il fut inhumé le 19 janvier 1646.

Suzanne Gorin fut inhumée le 18 juillet 1629 à Saumur. Marc Duncan se remaria le 15 décembre 1630 au temple de Saumur avec Marie Pinault (voir à ce nom) (ou Pineau) ; il s’agit sans doute de “ Mademoiselle Duncan ”, † 12 mai 1640 à Saumur.

Marc Duncan fut victime à l'occasion de son second mariage d'un chahut général de certains de ces élèves qui lui reprochaient sa sévérité excessive. Fait qui leur valurent des punitions corporelles à la demande du conseil académique. L'année suivante, la discorde qui l'opposait à Jean Benoist[217], l'autre professeur de grec de l'Académie prit un tel tour que le synode de Charenton dut leur imposer une réconciliation publique.

Marc Duncan fut appelé en 1634 comme expert lors de la célèbre affaire des possédées de Loudun, il y vit seulement l'effet d'une mélancolie organique c'est à dire de l'hystérie. Il publia ses conclusions dans son Discours de la possession des religieuses ursulines de Loudun[218] : “ Un peu de supercherie, beaucoup de pathologie, de possession néant ”. Malgré les ménagements dont il avait fait preuve envers Laubardemont et l'évêque de Poitiers, il n'échappa aux foudres de ceux-ci que grâce à la protection de la maréchale de Brézé.

Marc Duncan, “ docteur en médecine et principal du collège et acadesmy de Saumeur ” fut inhumé le 22 mars 1640 à Saumur. Sa maison se voit encore à Saumur au N° 2 de la rue des Païens.

 

2° François Duncan, sieur de Sainte-Hélène (Saintr Hailainne), né en 1617, à la différence de ses frères Cerisante et Montfort, resta en France. Il fut capitaine des gardes de Mr. de Comminges.

François Duncan épousa, le 7 juin 1641 dans la Religion catholique dans l'église Saint-Pierre de Saumur, demoiselle Claude Girault (voir à ce nom) (famille ? protestante) “ en vertu de l'absolution de l'hérésie dudit Duncan, à lui impartie par R. P. Paul de Montaigu, capucin, prédicateur de la Mission ” ; née v. 1626, elle fut inhumée le 4 novembre 1686 à Épieds.

Ce qui ne l’empêcha pas de faire baptiser ses enfants dans la Religion réformée :

Françoise (12 février 1642 au temple de Saumur, inhumée le 5 mars suivant), Claude (22 mars 1643), Jeanne (3 juin 1646, † ap. 1670), Marc (25 mars 1648; c’est lui, sans doute, ou son frère, dont Haag dit qu’il mourut en Irlande), Claude (fille) (2 février 1650, † ap. 1682) et François Pierre (15 octobre 1653).

A la Révocation François Duncan se réfugia à Londres où il mourut le 20 janvier 1697.

 

DUPERAT (ou DU PEYRAT)

 

1° Pierre Duperat, sieur des Noyers, né v. 1608, † 26 décembre 1678 à Saumur, était marié à Marguerite (ou Madeleine) Renard (voir à ce nom). Elle lui donna trois enfants à Saumur.

- Elisabeth, baptisée le 5 août 1663 au temple de Saumur, inhumée le 31 décembre 1664.

- Jean, baptisé le 3 décembre 1664, inhumé le 2 juillet 1673.

- Catherine, baptisée le 16 janvier 1667 qui passa en Angleterre après la Révocation. Elle se maria, à l'âge de 22 ans, le 22 septembre 1689 dans l'Eglise d'Hungerford Market de Londres avec l'orfèvre Philippe Renou, fils de Philippe Renou et de Marie Viet[219], baptisé le 7 novembre 1660 au temple de Tours.

 

Philippe Renou et Catherine Duperat eurent huit enfants baptisés dans les Eglises du Carré et d'Hungerford Market : Marie (18 octobre 1691), Philippe Henri (27 novembre 1692), Claude (13 septembre 1696), Catherine (20 mai 1698), Jacques Gabriel (28 janvier 1700), Pierre Philippe (6 mai 1703), Philippe (2 février 1707), Jean (5 septembre 1708)[220].

 

2° Jacques Du (Peira), licencié en droit, † av. 1641, épousa Renée de Balue (ou “de Ballue”, “de Ballut”), † 12 mai 1641 à Saumur ; dont deux enfants baptisés au temple de Saumur:

Madeleine (12 juillet 1626) et Jacques (25 novembre 1629).

 

3° Paul Duperat épousa Catherine Maillet (ou ? “Baillou”) ; dont trois fils :

Jacques (6 mai 1635 au temple de Saumur), Abraham (23 octobre 1637) et Nicolas (13 mars 1639).

 

4° Pierre Du Pera épousa Justine Bureau; dont quatre enfants :

Marie (16 septembre 1635 au temple de Saumur, † 4 octobre 1635), Moïse (29 mai 1639), Philippe (jumeau du précédent) et Anne (11 février 1637).

 

5° à noter :

. Marie Du Perat, † 4 octobre 1635 à Saumur.

. Élisabeth Dupérat épousa av. 1660, Guy Gourdineau (voir à ce nom), baptisé le 17 avril 1611 au temple de Saumur, fils de Charles, mesureur au grenier à sel, et de Françoise Ouvrard.

 

DUPIN

 

Les Dupin étaient originaires de Loudun et n'apparaissent à Saumur que dans la seconde moitié des années 1630. Une autre ? famille protestante de ce nom coexiste à Angers.

 

1° Théodore Dupin, fils d'André Dupin et de Catherine Penin, fut baptisé en janvier 1590 au temple de Loudun. Il épousa, en janvier 1634 au temple de Loudun, Marie Bertrand, fille de Gilles Bertrand et d'Anne Perron, baptisée en décembre 1599 au temple de Loudun. Dont cinq enfants :

- Anne fut baptisée en décembre 1634 au temple de Loudun.

- Théodore fut baptisé au temple de Saumur le 30 mars 1636.

- Paul le 27 mai 1637, qui suit en 2°.

- Nicolas le 6 février 1639[221].

- Marie le 20 mai 1640, née en Mars.

“Mr. de la Tourette-Dupin” fut inhumé le 10 novembre 1661 à Saumur.

 

2° Paul Dupin, sieur de la Tourette, perruquier, né en 1637, épousa, le 1er mai 1672 au temple de Saumur, Charlotte Nouel (voir à ce nom), fille de Jacques Nouel, poêlier, et de Charlotte Leroux, baptisée le 14 juillet 1647 au temple de Saumur. Six enfants furent baptisés au temple de Saumur :

Paul (28 juin 1673, inhumé le 31 juillet 1674), Charlotte (3 juin 1674), Paul (9 février 1676), Jean (14 février 1677), Marie (30 mars 1678) et Salomon (4 octobre 1679, inhumé le 23 novembre 1679).

Paul Dupin était perruquier. Il se réfugia à Londres avec sa famille en 1681 ou 1682. Le 16 mai 1683, Paul Dupin et Charlotte, son épouse obtinrent la denization[222]. Paul, Carolina et Mary Du Pin leurs enfants obtinrent à leur tour la denization le 9 avril 1687[223]. Paul Du Pin se remaria le 14 juillet 1690 dans l'église d'Hungerford Market avec Marie Guiraud, native de Rouen[224].

Paul Dupin passa ensuite en Irlande avec sa famille. Sa fille aînée Charlotte épousa le 19 février 1692 en l'église Saint Patrick de Dublin Armand Ledru de Valenciennes[225] et sa fille cadette Marie épousa le 6 janvier 1704 dans la même église Henri Bringuier originaire du Languedoc[226]. Paul Dupin fut inhumé le 30 décembre 1706 à Dublin âgé de 70 ans[227].

 

DUPLESSIS-MORNAY

 

Philippe de Mornay, sieur du Plessis-Mornay, dit communément Duplessis-Mornay, le plus proche conseiller du roi de Navarre, entra dans l’histoire de Saumur en prenant le 17 avril 1589 ses fonctions de gouverneur et lieutenant-général de la ville, château et sénéchaussée, charge que lui avait conférée Henri III. Quelques temps après, il fut rejoint par son épouse et leurs enfants.

Philippe de Mornay, sieur du Plessis-Marly, né le 5 novembre 1549 à Buhy-en-Vexin, était la conscience du parti protestant[228]. Tout en défendant courageusement les libertés protestantes auprès de la cour, il joua un rôle de modérateur et détourna constamment ses coreligionnaires de la révolte armée. Le soulèvement protestant de 1620 causa sa ruine. Malgré son loyalisme, Louis XIII, lors de sa marche sur la place de Saint-Jean-d’Angély tenue par Soubise, lui retira le 15 mai 1621 le gouvernement de Saumur. Après la paix de Montpellier, le Souverain ne lui rendit pas sa charge comme il lui avait fait espérer.

Duplessis-Mornay avait épousé le 3 janvier 1576 à Sedan Charlotte Arbaleste, veuve de Jehan du Pas, sieur de Feuquères. Elle lui donna neuf enfants dont elle a soigneusement consigné les naissances et les mariages dans ses Mémoires[229] :

- Marthe, née le 17 décembre 1576 au Plessis, épousa le 14 avril 1599 à Saumur Jean de Jaucourt (voir à ce nom), sieur de Villarnoul, député général des Églises réformées de France de 1608 à 1611, fils de Louis de Jaucourt et de Élisabeth de La Trémoille. Elle fut inhumée le 26 mars 1633.

- Elisabeth, née le 1er juin 1578 à Londres, épousa le 2 mai 1601 à Saumur Jacques de Saint-Germain (voir à ce nom), sieur de Fontenay.

- Philippe, marquis de Bauves, né le 20 juillet 1579 à Anvers, fut tué le 23 octobre 1605 lors d'un combat aux Pays-Bas. Sa dépouille rapportée à Saumur, par le Sieur de Licques et le capitaine La Roche, fut déposée le 21 avril 1606 dans le sépulcre que son père avait fait aménager.

- Maurice, né en 1581 aux Pays-Bas, mort à l’âge de 3 mois.

- Anne, née en 1582 au Plessis, épousa le 29 octobre 1603 au temple de Saumur Jacques des Noues, sieur de la Tabarière puis en 1640 le maréchal de La Force.

- Jumeaux, mort-nés en 1583 à Rouen.

- N…., née le 19 juin 1586 à Montauban où elle mourut.

- Sara, née le 7 décembre 1587 à Nérac, morte en cette ville à l’âge de 3 mois.

Brisée par la mort de son fils, Charlotte Arbaleste mourut le 15 mai . 1606 à Saumur à l’âge de 57 ans et fut inhumée auprès de son fils dans la sépulture que Duplessis-Mornay avait fait aménager près du temple. Duplessis-Mornay survécut quinze ans à son épouse. Il mourut le 11 novembre 1623 à l’âge de 74 ans en son château de La Forêt-sur-Sèvre, entouré de ses trois filles et de ses gendres MM. Villarnoul et de La Tabarière. Dans le codicille qu’il fit le 24 octobre 1623 à son testament considérant “ que l’estat de la ville de Saumur est grandement altéré, & que le peuple de contraire Religion audit lieu, s’est montré extrêmement animé contre nous sans nul sujet ”, il ordonna que les corps de son épouse et de son fils soient transportés dans le sépulcre qu’il avait fait aménager en son château de La Forêt-sur-Sèvre[230]

.

 

 

DU PONT (ou DUPONT)

 

1° Philippe Du Pont, sieur de Marans, † 5 octobre 1651 à Angers, (mais) “sépulture à Saumur”, épousa Marguerite Genest (voir à ce nom), baptisée le 23 janvier 1611 au temple de Saumur, fille de Pierre et de Françoise Jacqueau; dont une fille :

- Élisabeth, baptisée le 18 décembre 1633 au temple de Sorges, épousa en 1ères noces 15 janvier 1652 au temple de Sorges, Louis Amat, † 14 avril 1664 à Angers, fils de Pierre et de Marie Lepelletier (dont, entre autres, Élisabeth, baptisée le 8 septembre 1655 au temple de Saumur) ; elle épousa en 2des noces 20 janvier 1669 au temple de Sorges, Gabriel Huet, avocat à Baugé, fils de Gabriel et de Anne Belot.

 

2° à noter

. Suzanne Dupont épousa av. 1613, Pierre Fresnay (voir à ce nom).

 

DUPORTEAU (ou DU PORTAU , voir aussi à PORTEAU)

 

1° Michel Duporteau, sieur de Beauvais, était receveur. Il épousa Marie Chapeau (voir à ce nom). Elle lui donna six enfants :

- Perrine, baptisée le 13 avril 1596 au temple de Saumur, son parrain était Pierre Maliverné, sieur de la Vignolle.

- Michel, baptisé le 27 août 1597 qui suit en 2°.

- Abraham, baptisé le 16 septembre 1598

- Jean, baptisée le 9 septembre 1601

- Pierre, baptisé le 27 octobre 1602, inhumé le 28 novembre 1610.

- Jehan, baptisé le 19 septembre 1604

Michel Duporteau, sieur de Beauvais fut inhumé le 14 janvier 1627 à Saumur et Marie Chapeau le 7 juin 1633.

 

2° Michel Duporteau, sieur de Beauvais (ou “sr. de Hautbois et de la Blanchardière), lieutenant au grenier à sel de Saumur, né en 1597, épousa, le 1er avril 1621 au temple de Saumur, Claude Martin (voir à ce nom), née v. 1602, † 28 juin 1682 à Saumur, remariée à Adam Le Beuf, fille de Paul Martin et de Marie Bourceau. Elle lui donna cinq enfants :

- Marie, baptisée le 20 mars 1622 au temple de Saumur, dont le parrain était Michel Duporteau, son aïeul. Elle épousa en 1654 Jacques Marion (voir à ce nom) et lui donna quatre enfants. Elle perdit son époux en 1678. Elle abjura à la Révocation à Saumur, mais réussit au mois de septembre 1686 à gagner Londres. Elle y mourut 7 février 1687 à l'âge de 64 ans.

- Magdeleine, baptisée le 13 août 1623, marraine au temple de Saumur en 1656.

- Claude, baptisée le 13 janvier 1624, inhumée le 31 décembre 1626.

- Marc, baptisé le 11 août 1630

- Élisabeth, baptisée le 30 janvier 1633, épousa en 1653 Louis Cappel (voir à ce nom), sieur du Tilloy, baptisé le 2 juillet 1631 au temple de Saumur, qui abjure à Angers le 3 mars 1670, fils de Louis et de Suzanne Delaunay.

 

3° René Du Porteau, sieur de la Blanchardière (frère ? du précédent), épousa Marguerite Doisseau; dont trois enfants :

Isaac (19 février 1623 au temple de Saumur ; son parrain est Isaac Doisseau, sieur de Richelieu), Marie (Février 1624) et Michel (13 janvier 1627).

 

4° à noter :

. Mathurin Du Porteau, tanneur, de Saintes, épousa le 27 novembre 1611 au temple de Saumur, Marie Donet (ou “Benet”), veuve de Richard Radegant. Dont un fils :

- Jacques, † 17 janvier 1612 à Saumur.

 

DURAND

 

1° Pierre Durand, apothicaire à Thouars, † ap. 1653, épousa Marguerite Nepveu d’une famille réformée de Thouars, † 1er mars 1671 à Saumur; dont, semble-t-il deux enfants :

- Marguerite épousa av. 1649, Jacques Mouchard (voir à ce nom), veuf de Françoise Royer ; il reste à Saumur en 1686.

- Pierre, qui suit en 2°.

 

2° Pierre Durand était marchand de draps de soie à Saumur ; il fut taxé d’office à 200 livres en 1686 comme “nouveau converti” sur Saint-Pierre. Il épousa, le 26 mai 1665 au temple de Tours, Suzanne Besnard, baptisée le 31 décembre 1632 à Tours, fille du maître- orfèvre Charles Besnard et de Catherine Secretin. Ils firent baptiser deux enfants au temple de Saumur :

Suzanne (11 avril 1666) et Charles (27 mai 1671).

 

3° à noter :

. Antoine Durand, “ancien”, † 4 février 1608 à Saumur.

. Israël Durand, qui est peut-être frère du précédent, épousa en 1ères noces, av. 1600, Marguerite Gouyn, et en 2des noces, le 6 février 1611 au temple de Sorges, Anne Pelletier.

. Marie Durand épousa av. 1645, Jehan Fournier (voir à ce nom), † 4 décembre 1679 à Tours.

. Élisabeth Durand épousa le 18 septembre 1622 au temple de Saumur, Abel (ou Clément) Trinquand (voir à ce nom).

 

DU ROQUET (ou DU ROGUET)

 

Louis Du Roquet épousa Esther Payan; dont un fils :

- Louis-Daniel, né le 27 juin 1673 et baptisé le 6 septembre suivant au temple de Saumur.

 

DU SOUL (ou DUSOUL , DUSSOUL , DUSSOL)

 

Les Du Soul protestants sont beaucoup moins nombreux que les Du Soul catholiques ; et nous n’avons pas détecté entre eux de liens de parenté; nous pouvons citer ceux que nous avons rencontré à Saumur.

 

1° Isaac Du Soul, procureur au présidial de Chinon, époux de Judith Rousseau eut entre autres un fils, qui suit en 2°.

 

2° Isaac Du Soul (né v. 1596, † juin 1676 à Saumur), pasteur à Lusignan de 1620 à 1649, devint professeur en théologie à l’Académie de Saumur, directeur de l’Académie en 1657-58 et 1661-62; il soutenait en théologie les positions de d’Huisseau, qui découlaient de celle d’Amirault, lequel professait “l’universalisme hypothétique”.

Isaac Du Soul épousa Aimée (ou Anne) Besly (ou Balis, Basly) (de la famille de l’historien des ducs d’Aquitaine), † 6 février 1661 à Saumur ; dont un fils, qui suit en 3°.

 

3° Isaac Du Soul devint pasteur à Fontenay-le-Comte en 1665. Il épousa en 1662 au temple de Saumur, Marie Martin (voir à ce nom), baptisée le 13 janvier 1638 au temple de Saumur, fille de Samuel, sieur de la Tourette, et de Perrine Grimaudet. Dont au moins deux fils :

- Isaac, baptisé le 19 septembre 1663 au temple de Saumur, qui suit en “4°.

- Moyse, baptisé le 9 mars 1665, † ap. 1729, qui émigre en Angleterre, connu comme traducteur et philologue[231].

Isaac Du Soul émigra à la Révocation. Il fut pasteur à Arnhem en 1686, puis à Dwinghelo dans la province de Drenthe.

 

4° Isaac Dusoul, né en 1663, bourgeois de Saumur, fut taxé à 3 livres en 1686 comme “nouveau converti”. Il épousa le 1er mai 1689 à Nantilly à Saumur, Marie Dupré, fille de René, avocat, et de Anne Beugnet (ou Bougnet) ; dont dix enfants baptisés à Nantilly entre 1690 et 1708.

 

5° à noter :

. Paul Du Soul épousa le 20 février 1633 au temple de Saumur, Judith Bouquet (voir à ce nom). Il s’agit sans doute de Judith, baptisée le 31 juillet 1616 au temple de Saumur, fille de Pierre Bouquet, marchand, et de Jeanne Descosse.

. Anne Du Soul épousa av. 1666, Jean Benoist (voir à ce nom) (ou Benoît), sieur de Clermont, baptisé le 19 avril 1626 au temple de Saumur, † 30 octobre 1678 à Saumur, fils de Jean, professeur de grec à l’Académie, et de Marie Grimaudet.

 

6° Bernard Dussol, avocat en Parlement, épousa Marie de Boisneux ; dont deux fils :

- Antoine Dussol, contrôleur des aides à Chinon, épousa av. 1733, Marie Mangot.

- Jean Dussol, sieur du Cros, contrôleur des aides, épousa le 4 mai 1733 à Saint-Pierre de Saumur, Anne Besnard (voir à ce nom) (d’origine protestante), baptisée le 14 février 1694 à la Trinité à Angers, qui abjure cependant en 1707, † 18 mai 1761 à Angers, remariée à Moïse Poitevin (d’origine protestante), fille de Gabriel Besnard, apothicaire à Angers, et de Anne Peltier.

 

DUTENS

 

1° Adam Dutens, né en 1557 à Blois, fils du célèbre avocat Jean Dutens, était un ingénieur du roi et à ce titre travailla aux fortifications de plusieurs villes : Fontenay, La Fère, La Rochelle. Il résida pendant une dizaine d’années à Saumur. Il avait épousé en 1602 à Blois Espérance Dalibert. Une fille Eve fut baptisée à Blois en 1604 et quatre enfants au temple de Saumur : Philippe (23 juillet 1608), Adam, (27 juin 1610) ; Isaac (13 décembre 1615) et Élisabeth (4 février 1618).

Adam Dutens, né en 1610, ingénieur du roi comme son père, fut tué au siège de Damvilliers.

 

2° à noter

. Daniel Dutens, né v. 1667, † 23 janvier 1685 à Saumur.

 

DUTERTRE (ou DU TERTRE)

 

1° Jacques Dutertre, tailleur d’habits à Bourgueil, épousa Marie Dareheu (voir à ce nom) (ou “Darcheu”) ; dont deux enfants :

- Marie, née v. 1646, épousa le 22 novembre 1671 au temple de Saumur, René Challet (voir à ce nom), texier, veuf de Esther Corbineau.

- Jacques, né v. 1650, qui suit en 2°.

 

2° Jacques, né v. 1650, est taxé à 2 livres en 1686 comme “nouveau converti” sur Saint Pierre : il avait épousé le 3 mars 1680 au temple de Saumur, Hélène Cruchon (voir à ce nom), baptisée le 13 février 1649 au temple de Saumur, fille de Troïle, sergent royal et de Catherine Vallet (ou Vallée) ; dont deux enfants :

Jacques (né en 1681, † 4 octobre 1683 à Saumur) et Jeanne (7 avril 1683).

 

3° Jean (ou François) Dutertre, tailleur, † 21 avril 1662 à Saumur, épousa Marguerite Dandrillon (voir à ce nom), remariée à François Perrineau, tailleur. Ils avaient eu quatre enfants :

Jean (5 janvier 1659 au temple de Saumur, † 29 mars 1662), Catherine (15 février 1660, † 27 juillet 1661), Madeleine (25 mai 1661, † 27 septembre 1661) et François posthume, (23 août 1662, † 24 novembre 1662).

 

4° Michel Du Tertre, dit “la Mothe”, de Luynes, ancien et administrateur des pauvres, † 19 septembre 1620 à Saumur, épousa le 15 mars 1617 au temple de Saumur, Élisabeth Deslandes (voir à ce nom), baptisée le 23 janvier 1591 au temple de Saumur, sans doute † 23 septembre 1672 à Saumur, fille de Joseph et de Jacquine Bouquet ; dont une fille :

- Sara, baptisée le 22 mars 1617 au temple de Saumur.

 

5° à noter :

. Abraham Dutertre, baptisé le 28 janvier 1673 au temple de Saumur, de “inconnu” et Marie Dutertre.

. Marthe Dutertre épousa av. 1677, François Lagoffin (voir à ce nom), peintre.

. Marie Dutertre épousa av. 1659, ...?... Douet ; dont une fille : Marie Douet, baptisée le 15 janvier 1659 au temple de Saumur.

 

DUVAL

 

1° Jean Duval, marchand de soie à Genève, épousa Judith Vautier, † av. 1676; dont un fils, qui suit en 2° :

 

2° Georges Duval, horloger, orfèvre, né vers 1651, épouse en 1ères noces, 9 février 1676 au temple de Saumur, Élisabeth Fromont (voir à ce nom) (ou Frémont), née v. 1643, † 17 mars 1683 à Saumur, veuve de René (ou Jean) Grangier, horloger ; dont deux enfants :

Marthe (10 juin 1676 au temple de Saumur, † 5 août 1676) et Madeleine (28 septembre 1677).

Il épousa en 2des noces, 4 juillet 1683 au temple de Saumur, Suzanne Dupuis, née v. 1655, fille de feu Simon, marchand de vins à Paris, et de Marie Buquet ; dont un fils :

- Georges-Mathieu, baptisé le 7 juin 1684 au temple de Saumur, † 22 juin 1684.

 

2° à noter :

. Sara Duval, † 1er février 1609, veuve de ...?... Bonneau.

 

EDISBEURY

 

Hendrick Edisbeury épousa Grace Edisbeury; dont une fille :

- Charlotte, baptisée le 6 janvier 1677 au temple de Saumur

 

FAGOT

 

1° Pierre Fagot épousa ...?... Legaigneux (voir à ce nom) ; dont un fils :

- Jehan, baptisé le 10 avril 1605 au temple de Saumur

 

2° à noter :

. Jeanne Fagot épousa av. 1620, Abel Amirault (voir à ce nom) baptisé le 1er décembre 1661 au temple de Saumur, fils de Abel et de Rachel Le Gangneux.

. Catherine Fagot épousa (vers les années 1640) Pierre Cyret (voir à : Herbault).

. Rachel Fagot est marraine en 1669 au temple de Saumur, née v. 1600, † 10 septembre 1675 à Saumur.

. N....e Fagot, veuve de “Mr Julienne” (voir à ce nom), inhumée 30 septembre 1661 à Saumur

. Suzanne Fagot, † ap. 1671, épousa av. 1642, Alexandre Ouatte (voir à ce nom).

. Madeleine Fagot, † ap. 1675, épousa av. 1663, Guillaume Michon (voir à ce nom).

 

FALIGAN (ou FALLIGAN)

 

1° L'orfèvre André (ou André-Nicolas) Faligan, mort entre 1648 et 1675 semble bien s’être marié trois fois.

La 1ère fois, il épousa le 26 juillet 1617 au temple de Saumur Marie Druet (voir à ce nom) (ou Druet) (ou “Drouet”), † 18 octobre 1626 à Saumur ; dont il eut cinq enfants :

- Pierre, baptisé le 12 juin 1619 au temple de Saumur, il suit en 2°..

- Anne, baptisée le 13 décembre 1620, fut inhumée le 25 octobre 1621.

- Marie, baptisée le 7 mai 1623, fut inhumée le 29 juillet 1624.

- Jacques, baptisé 16 mars 1625.

- Isaac Faligan, † 24 juillet 1629 à Saumur.

La 2de fois, nous pensons qu’il épousa Anne-Antoinette Leclerc; dont, sans doute une fille :

- Perrine, baptisée le 15 juin 1631 au temple de Saumur.

André Faligan épousa enfin Élisabeth (ou Isabelle) Catillon, née v. 1603, † 11 mai 1675 à Saumur ; dont il eut sept enfants :

- Isaac, baptisé le 31 janvier 1635 au temple de Saumur, voir en 3°.

- Elisabeth, baptisée le 16 mars 1636, épousa en 1664 l'orfèvre Isaac Poitevin (voir à ce nom). Elle décéda le 10 avril 1675 à Saumur, en donnant le jour à son dixième enfant.

- André, baptisé le 27 septembre 1637, mort en bas âge.

- André, baptisé le 5 décembre 1638.

- Anne, baptisée le 18 novembre 1640.

- Jehan, baptisé 10 août 1642, inhumé le 12 novembre 1643.

- Pierre, baptisé 6 janvier 1645.

 

2° Pierre Faligan, né en 1619 (du 1er lit), † 26 janvier 1660 à Saumur, épousa en 1ères noces, Isabelle Seheult (voir à ce nom), † 3 octobre 1645 à Saumur.

Il épousa en 2des noces, Marie Bouquillon (voir à ce nom) ; dont trois enfants :

Pierre (12 janvier 1648 au temple de Saumur, né le 27 décembre 1647), Marie (1er janvier 1649) et Pierre (16 mars 1650).

 

3° Isaac Faligan, orfèvre, né en 1635 (du 3me lit), épousa par contrat du 20 mai 1682 (Béguier, notaire à Poitiers) Marie Foucher, née en 1645 à Poitiers, fille du marchand Isaac Foucher et de Jeanne Hillairet. Ils eurent une fille Marie, baptisée le 18 août 1683 au temple de Saumur.

Isaac Faligan est taxé à 20 livres en 1686 comme “nouveau converti” dans la paroisse Saint-Pierre. Il mourut en 1686 ou 1687. Son épouse, Marie Faligan, était veuve lorsqu’elle fit acte de reconnaissance à Londres devant l’Eglise de la Savoie le 17 novembre 1687[232]. Elle était alors âgée de 42 ans. En 1691 elle fut la marraine dans l’Église d’Hungerford Market de François-Jacques, fils de Jacques Olivier et de Marie Foucher.

 

4° à noter :

. Isaac Faligan, orfèvre, épousa Suzanne Wasselis (ou “Vasseline”), née v. 1614, † 8 mars 1682 à Saumur.

 

FANJOUX

 

Mathieu III Fanjoux, baptisé le 2 avril 1662 à Tours, était le fils aîné de l'apothicaire Mathieu II Fanjoux et Catherine Thounois. Il fit ses études à Saumur. A la suite de la retraite en 1683 du professeur de philosophie Jean Druet en raison de son grand âge, le conseil de l'Académie le chargea de donner les cours que celui-ci assurait auparavant.

Les Fanjoux sont une illustration de la mobilité des réformés de Saumur[233]. Mathieu I Fanjoux, grand-père de Mathieu III, originaire de Paray-le-Monial en Bourgogne, s’était établit comme apothicaire au début des années 1630 à Tours où il s’y maria le 26 juillet 1635 avec Catherine Fleury. Elle lui donna trois enfants dont Mathieu II, né en 1639, père de Mathieu III.

Mathieu II Fanjoux fut apothicaire à Tours. Il épousa en 1661 Catherine Thouvois. Elle lui donna : Mathieu III (2 avril 1662), Paul (4 mars 1663), Catherine (17 février 1664), Jean (8 février 1665), Suzanne (1666) et Madeleine (19 avril 1668). Mathieu II Fanjoux était décédé en 1669.

Mathieu III Fanjoux à la Révocation chercha à fuir par la Bretagne avec sa mère Catherine Thouvois et ses soeurs, Catherine et Suzanne. Ils furent arrêtés en mer le 5 novembre 1685 devant Saint-Lunaire alors qu'ils faisaient voile vers Jersey[234]. Mathieu fit valoir en vain qu'il avait été professeur de philosophie à l'Académie de Saumur. Mathieu, Catherine et Suzanne abjurèrent le 11 décembre 1685 entre les mains de l'évêque de Saint-Malo. Leur mère Catherine Thouvois fit de même le 14 décembre.

Cet échec ne fut que partie remise, en 1687 ou 1688 lorsque la surveillance des côtes fut levée, Mathieu Fanjoux et sa famille passèrent en Angleterre. Le 23 juin 1689 Mathieu Fanjoux fut parrain d'un enfant dans l'Eglise de Threadneedle Street[235], les registres de l'Eglise de Threadneedle Street font également état de son frère Paul[236] et de sa sœur Suzanne[237].

Mathieu Fanjoux obtint la naturalization le 8 mars 1696/7 et son frère Paul la denization le 8 mai 1697[238].

 

FAQUELIS (ou FAKELIS)

 

Franz Faquelis, “marchand Flamand”, né v. 1609, † 7 janvier 1676 à Saumur, épousa le 19 décembre 1649 au temple de Tours, Suzanne Amirault (voir à ce nom), née v. 1620, † ap. 1678, fille de François et de Suzanne Lebloy. Ils eurent douze enfants baptisés au temple de Saumur :

- Suzanne, baptisée le 25 septembre 1650, épousa en 1667 le marchand Samuel Dumoustier de la famille de ce nom de Loudun (voir à ce nom). Elle décéda probablement en couches et fut inhumée le 16 août 1668 à Saumur à l’aube de ses 18 ans.

- Anne, baptisée le 4 février 1652, épousa le 31 janvier 1672 au temple de Saumur, Daniel Pain (voir à ce nom), ministre à Fontenay-le-Comte.

- François, baptisé le 25 mars 1654, † 12 août 1657.

- Marie, baptisée le 17 mars 1655, † 9 juin 1669.

- Jeanne, baptisée le 27 septembre 1656, † 4 novembre 1656.

- François, baptisé le 10 octobre 1657.

- Françoise, baptisée le 22 septembre 1658, † 11 juin 1661.

- Élisabeth, baptisée le 2 novembre 1659, épousa av; 1678, Jean Van Velthuysen (voir à ce nom).

- Catherine, baptisée le 19 janvier 1661, † 8 décembre 1662.

- François, baptisé le 5 mars 1662, † 2 septembre 1662.

- Abraham, baptisé le 5 août 1663, † 10 août 1663.

- Franz, baptisé le 10 décembre 1664 au temple de Saumur

 

FAURE (voir à FAVRE)

 

1° Pierre Faure, avocat en Parlement, épouse René Perilleau (voir à ce nom), fille de Samuel et de Renée Cougnet ; dont six enfants :

Esther (13 décembre 1656 au temple de Saumur), Pierre (10 mars 1658, † 15 novembre 1660), Philippe (22 octobre 1659), Élisabeth (5 décembre 1660), Jeanne (15 juillet 1663) et Renée (18 décembre 1661).

 

2° à noter :

. Claude Faure épousa Marie Gallée (voir à Gallet), née v. 1599, † 29 août 1674 à Saumur.

. Jacques Faure (ou ? Favre), † 7 mai 1656 à Saumur.

. David Faure, eschollier, né v. 1656, † 18 juillet 1671 à Saumur.

 

FAVRE (voir à FAURE)

 

Claude Favre, tailleur d’habits, né v. 1613, † ap. 1682, épousa en premières noces, Marie Gallée (ou “Gallie”, ou ? Gallais), née v. 1599, † 11 août 1674 à Saumur.

En secondes noces, Charles Favre épousa le 16 octobre 1675 au temple de Saumur, Suzanne Bailly (voir à ce nom), née v. 1633, fille de Simon et de Marie Girard ; dont une fille :

- Suzanne, baptisée le 11 octobre 1676 au temple de Saumur.

 

FAY de la TONNELLE

 

1° Antoine Fay, sieur de la Tonnelle, épousa le 19 juin 1622 au temple de Saumur Esther Hugues (voir à ce nom), née v. 1600, Elle lui donna sept enfants :

Isaac (17 novembre 1624 au temple de Saumur, inhumé le 7 janvier 1625),, Judith (3 février 1627, inhumée le 3 novembre 1627), Noé (27 décembre 1630), Jehan (18 décembre 1633), Marc (3 mai 1637), qui suit en 2° , Esther (1er juin 1639) et Esther (28 janvier 1643).

Antoine Fay fut inhumé le 8 novembre 1643 et Esther Hughes le 23 décembre 1676 à l'âge de 76 ans.

 

2° Marc Fay, sieur de la Tonnelle, régent en quatrième au collège, né en 1637, épousa en 1666 Élisabeth (ou Esther) Amirault (voir à ce nom), fille de Claude Amirault et de Marguerite Colpin. Elle lui donna quatre fils :

Marc (25 mars 1667 au temple de Saumur, inhumé le 22 septembre 1670), Marc († 5 juin 1669), Jacques (21 juin 1671, inhumé le 4 avril 1681) et Marc (28 mai 1673, inhumé le 10 octobre 1677).

Marc Fay se présenta devant le synode des Eglises wallonnes réuni à Dordrecht en 1681 pour "déclarer le dessein qu'il avoit de se retirer en ces provinces et d'y faire venir sa famille pour se garantir des persécutions"[239]. Il figure dans le Dénombrement de tous les Protestants Réfugiés de France à Amsterdam dressé en 1684, comme "humaniste et maître de langues latines et greque"[240]. Son épouse Elisabeth Amyrault fut inhumée le 5 mai 1684 dans le cimetière Saint‑Anthonius (à Amsterdam)

 

3° à noter :.

. ...?... de Fays, † 1er février 1640 à Saumur, fils de Pierre, commissaire d’artillerie, et de ...?... Trincant.

 

FIQUET (ou FIGUET , FICQUET)

 

1° Isaac Figuet, dit “Noville”, marchand, natif de Rouen, † 21 avril 1647 à Saumur, épousa le 19 mars 1613 au temple de Saumur, Renée Mésange (ou “Mésanger”), † 12 février 1662 à Saumur, fille de René, de Mareil-sur-Sarthe : dont dix enfants :

- Rachel, baptisée le 8 décembre 1613 au temple de Saumur, † 22 avril 1614.

- Isaac, baptisé le 17 décembre 1614.

- Rachel, baptisée le 17 janvier 1616, † 24 janvier 1618.

- Jacques, baptisé le 23 juillet 1617, † 22 août 1617.

- Jeanne, baptisée le 15 août 1618.

- Salomon, baptisé le 4 septembre 1619, † 15 septembre 1619.

- Jean, baptisé le 10 mars 1621.

- Rachel, baptisée le 2 octobre 1622, † ap. 1686 (elle est au rôle des “nouveaux convertis”) épousa av. 1659, Jean Courtin (voir à ce nom), né v. 1626, † 12 juin 1669 à Saumur.

- Pierre, baptisé le 15 avril 1625, † 22 janvier 1627.

- Marie, baptisée le 5 juin 1628, mort le même jour.

 

2° à noter :

. Pierre Fiquet, † 22 janvier 1627 à Saumur

. Jeanne Fiquet, est marraine au temple de Saumur en 1650.

 

FLEURY (ou BERTHE de FLEURY)

 

1° Charles Fleury, “mathématicien”, s Jeanne de Leddre (ou “Leddre”) ; dont sept enfants :

Samuel (7 février 1644 au temple de Saumur, † 18 février 1645), Jeanne (25 juin 1645), Nicolas (2 décembre 1646), Louise (7 juin 1648), Charles (9 février 1650), Anne (28 juin 1651) et Anne (6 novembre 1652).

 

2° à noter :

. Espérance Fleuri, † 4 décembre 1626, veuve de Blaize Picart, chirurgien.

. René Fleury, étudiant en l’Académie, † 7 mai 1632 à Saumur.

. Jeanne Fleury, † 18 février 1645 à Saumur.

 

 

FOLIO (ou FAULIAU , FOLIE)

 

1° Jacques Folio, tonnelier, † av. 1671, épousa Marie Dandrillon (voir à ce nom) ; dont six enfants :

- Anne, née v. 1649, † 28 septembre 1671 à Saumur, épousa le 18 mai 1670 au temple de Saumur, Jérôme Pierre (voir à ce nom), sieur de la Croix, † 31 octobre 1682 à Saumur remarié à Gabrielle Delage

- Marie, née v. 1653, † 29 mars 1671 à Saumur.

- Pierre, baptisé le 4 février 1657.

- Suzanne, baptisée le 28 juillet 1658.

- Moyse, baptisé le 15 novembre 1662, † 19 janvier 1664.

- Anne, baptisée le 25 septembre 1667, † 5 octobre 1667.

 

2° à noter :

. Élisabeth Folie (ou “Follye”), † 2 février 1623 à Saumur, épousa av. 1612, Zacharie Jarron (voir à ce nom), de Dangeau, † 6 4 612 à Saumur

. Marthe Foli épousa av. 1658, Louis Minier, de Loudun. Dont : Jean Minier, baptisé le 23 mars 1658 au temple de Saumur.

 

FORENT

 

1° Jean Forent, fut pasteur à Tours de 1635 à 1652. Il épousa le 8 septembre 1638 au temple de Tours, Marie Lepelletier (voir à ce nom), fille de Pierre, sieur de Villenelle, avocat, et de feue Françoise Gaillard ; dont huit enfants baptisés au temple de Tours entre 1639 et 1653; parmi lesquels, Jean, qui suit en 2° :

 

2° Jean Forent, baptisé le 12 février 1643 au temple de Tours, devint le 3 décembre 1673 ministre de l’Eglise de Sion en Bretagne. Il épousa le 4 avril 1674 au temple de Saumur, Rachel Liger (voir à ce nom), née v. 1639 (ou baptisée le 4 octobre 1628 au temple de Saumur), fille de Pierre Liger, apothicaire et de Rachel David. Elle suivit son mari en exil à Londres après la Révocation.

 

FOUCHER (ou FOUCHET , FOUSCHER)

 

1° Louis Foucher, tailleur à Thouars, épousa av. 1643, Marie Ollier (voir à ce nom), probablement baptisée le 1er juillet 1601 au temple de Saumur et fille de Florentin et de Élisabeth Bouquillon; dont trois enfants :

- Paul, qui suit en 2°.

- Elisabeth épousa après 1679, René Bouchet (voir à ce nom), orfèvre à Saumur

- Ester épousa le 28 août 1684 au temple de Saumur, Pierre Archambault (voir à ce nom), tailleur d’habits, baptisé le 1er novembre 1662 au temple de S, frère de Anne (en 2°).

 

2° Paul Foucher, marchand pintier, potier d’étain, taxé à 2 livres, comme “nouveau converti” en 1686 sur Saint-Pierre. Il avait épousé le 1er août 1677 au temple de Saumur, Anne Archambault (voir à ce nom), baptisée le 12 janvier 1659 au temple de Saumur, fille de feu Pierre, tailleur d’habits, et de Suzanne Dumaine : dont quatre enfants :

- Paul, baptisé le 23 novembre 1678 au temple de Saumur, qui suit en 3°.

- Isaac, baptisé le 13 octobre 1680, † 4 février 1683.

- Pierre, baptisé le 3 octobre 1683.

- Philbert, sans doute baptisé à l’église, qui suit en 4°.

 

3° Paul Foucher, né en 1678, marchand pintier, épousa Judith (ou Rachel) Guimond (voir à ce nom), baptisée le 7 juin 1671 au temple de Saumur, fille de Daniel et de Marie Léglise.

Dont six enfants, baptisés à Saint-Pierre de Saumur entre 1700 et 1706.

 

4° Philbert Foucher, fils de Paul et de Anne Archambault, marchand chapelier, épousa le 16 novembre 1722 à Nantilly à Saumur, Marguerite Herbaut (voir à ce nom), fille de René, marchand-chapelier et de Catherine Thibaut.

Dont six enfants baptisés à Nantilly à Saumur entre 1723 et 1729.

 

5° Paul Foucher, potier d’étain, épousa Marguerite Gamet (ou Jamette) ; dont quatre enfants baptisés à Saint-Nicolas de Saumur entre 1705 et 1711.

 

6° à noter :

. Renée Foucher épousa av. 1599, Bernardin Barbay.

. Gabrielle de Foucher épousa av. 1615 Henri de Rouchas.

. Jacques de Foucher, sieur de Rougeville à Mouliherne (Maine et Loire), † 4 février 1618 à Saumur.

. Marie Fouscher épousa av. 1683, Isaac Faligan (voir à ce nom), orfèvre à Saumur, dont une fille née à Saumur en 1683. Le 22 décembre 1691, “ veuve ”, elle est marraine dans l’Église de Hungerford Market de François-Jacques, fils de Jacques Olivier et de Marguerite Foucher.

 

FOUCQUES

 

1° Pierre Foucques, sieur de Boisabert (Boisdabert), était notaire royal à Saumur. Il épousa en 1641 Élisabeth Cartier (voir à ce nom). Elle lui donna sept enfants baptisés au temple de Saumur :

Élisabeth (9 février 1642), Françoise (3 mai 1643), Pierre (19 juin 1644), Siméon (10 décembre 1645, † 3 janvier 1663 à Saumur), Bernard (11 juillet 1648), Jacques (5 janvier 1650), qui suit en 2°, et Suzanne (21 septembre 1653).

Elisabeth Cartier est décédée le 11 juillet 1676 à Saumur à l'âge de 63 ans et Pierre Foucques le 14 juillet 1676 à l'âge de 65 ans.

“ Les demoiselles Foucques ” sont taxées à 3 livres en 1686, comme “ nouvelles converties ”, sur Saint-Pierre. Sur Saint-Pierre également, la même année, “ les Foucquettes, filles ” sont taxées à 2 livres. Suzanne émigra en 1685 avec son frère Jacques.

 

2° Jacques Foucques, sieur de Boisabert, né en 1650, fut régent en seconde au collège de Saumur. Il épousa le 13 octobre 1680 au temple de Tours Madeleine Godin (voir à ce nom), baptisée le 25 octobre 1663 au temple de Tours, fille de Philippe Godin et Renée Daubigné. Elle lui donna une fille : Magdeleine, baptisée le 6 mai 1683 et inhumée le même jour à Saumur.

Jacques Foucques, sieur de Boisdabert, reçut le 13 juin 1685 l'autorisation du Roi de se retirer en Angleterre avec son épouse[241]. Il emmena avec lui sa sœur Suzanne. En 1689, on les retrouve à Canterbury en 1689 où Suzanne épousa le 20 mai de cette année dans l'église de Saint Georges Gédéon Charles de Beaugency, fils de Gédéon Charles et d'Anne Viet. Leur frère Bernard et leurs soeurs aînées Elisabeth et Françoise figurent au rôle du Royal Bounty de 1705.

 

FOUQUET de BOURNIZEAUX

Les Fouquet, nobles dont l’origine remonte au milieu du XIVe siècle, étaient membres de l'Eglise de Thouars depuis sa création.

Henri-Charles Fouquet, écuyer, sieur de Bournizeaux, né à Thouars, fils de Charles Fouquet, sieur de Bournizeaux, et de Charlotte du Bellay (voir à ce nom), épousa le 9 novembre 1677 devant le notaire Gauthier à Saumur, Louise de Marconnay, fille de Gabriel Marconnay, sieur de la Tour et de Marie Rogier.

Henri-Charles Fouquet quitta la France avec sa famille en 1688 et s’établit en Prusse. Le Rôle général des français réfugiés dans les états de l'électeur de Brandebourg dressé le 31 décembre 1699[242] mentionne que Henri-Charles Fouquet, sieur de Bournizeaux, Louise de Marconnay, son épouse, leurs deux filles, sa mère Charlotte du Bellay et ses trois soeurs résidaient alors à Cologne. Henri-Charles Fouquet décéda le 10 octobre 1722 à Berlin, à l’âge de 76 ans.

 

FOUQUET

Madeleine Fouquet d’une famille roturière épousa av. 1671, Julien Galais (voir à ce nom), passementier au Mans.

 

FOURNIER

 

1° Claude Fournier, Suisse, semble avoir épousé, en 1ères noces, Isabeau Lefabre : dont deux filles baptisées au temple de Saumur :

Geneviève (23 août 1595) et Sarra (22 décembre 1596).

il dût épouser en 2des noces, Loyse Lorant ; dont un fils :

- Jehan, baptisé le 29 septembre 1607, qui pourrait être celui qui suit en 2°.

 

2° Jean Fournier, né v. 1623 (ou ? en 1607), † 4 décembre 1679 à Tours, épousa le 31 janvier 1644 au temple de Tours, Marie Durand (voir à ce nom) ; dont quatre enfants :

Joseph (9 avril 1645 au temple de Saumur), Jean (3 avril 1646 au temple de Tours), Adam (28 novembre 1647 au temple de Tours) et René (2 février 1650 au temple de Tours, † 12 octobre 1672 à Tours.

 

FOUSSIER

 

Jehan Foussier, † av. 1610, épousa Anne Michel (voir à ce nom) ; dont cinq enfants :

Daniel (1er janvier 1600 au temple de Saumur), Suzanne (23 mars 1603), Madeleine (24 avril 1605), Jeanne (17 juin 1607) et Jeanne (12 octobre 1609).

 

FROMONT (ou FRÉMONT)

 

1° Pierre Fromont (peut-être né en 1602 et fils de Simon, voir en 2°), horloger, † 5 février 1667 à Saumur, épousa Judith Pelletier (voir à Peltier), † 17 octobre 1641 à Saumur ; dont sept enfants :

- Judith, baptisée le 5 octobre 1631 au temple de Saumur, † 7 décembre 1669 à Saumur, est la mère de Judith, née “hors mariage” baptisée le 10 février 1658 au temple de Saumur.

- Pierre, horloger, baptisé le 13 novembre 1633, † 3 juin 1671 à Saumur, épousa av. 1667, Madeleine Besnard (voir à ce nom), remariée à Pierre Provost (voir à ce nom), horloger.

- Isabelle, baptisée le 15 avril 1635.

- Anne-Françoise, baptisée le 17 août 1636, † 20 septembre 1642.

- Gabriel, baptisé le 14 octobre 1637, † 15 mai 1642.

- Jehan, baptisé le 7 août 1639, sans doute † 14 octobre 1642.

- Jacques, baptisé le 26 août 1640 au temple de Saumur, † 16 octobre 1665 à Saumur

 

2° à noter :

. Simon Frémon, horloger, natif de Bruxelles, meurt le 16 août 1624 à Saumur ; il est sans doute le père de Pierre (voir en 1°), baptisé le 23 novembre 1602 au temple de Saumur, ainsi que de Simon, baptisé le 3 mai 1600.

. Marye Frémont, † 5 janvier 1624 à Saumur, épousa le 27 janvier 1613 au temple de Saumur, Hugues Bans (voir à ce nom).

. Anne Frémont, † 20 septembre 1642 à Saumur.